Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Journée mondiale du refus de la misère. Un panier de proximité.

Publié le 17 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité, Infos pratiques - droit - services - social ..., Foi et société

Voici pour 100 sous du pain de la farine, un kilo de sucre et quelques clémentines et par-dessus tout ça on vous donne en étrennes…

Mais que donne-t-on en étrennes au « Panier Villemurien » ?

Beaucoup de temps et de chaleur humaine, quelques brins de solidarité à partager.

Les bénévoles du Panier travaillent avec pugnacité 4 matinées par semaine et la journée du mardi. Ils récupèrent toutes les marchandises qui pour diverses raisons ne seront pas vendues via le circuit commercial. Ils trient, rangent, prévoient…

Régulièrement ils effectuent des collectes dans les grandes ou moyennes surfaces qui acceptent de les recevoir. Les clients solidaires  peuvent laisser quelques marchandises pour reconstituer les stocks à distribuer.

Avec la contribution financière des bénéficiaires, les bénévoles  gèrent l’achat des denrées ou produits  plus rares mais nécessaires, viande, poisson, produits d’hygiène…

Le mardi c’est le jour de la distribution et il y a énormément d’occupations. Une véritable ruche où chacun travaille au mieux pour répondre aux besoins de tous et ce n’est pas toujours  facile car il y a des impératifs d’équité.

Au Panier, il y a le coin café, les bénéficiaires peuvent consommer un petit quelque chose tout en échangeant, papotant, c’est un lieu de convivialité.

Des vêtements sont aussi mis à disposition. Deux charmantes dames aident à trouver la bonne taille, elles connaissent leur stock.

Au coin lecture, il est possible d’emprunter des ouvrages divers et variés.

 

Quand viennent les fêtes de fin d’année les bénévoles s’installent dans le hall du

supermarché local et  confectionnent  les paquets cadeau contre quelques pièces. A cette occasion le Père Noel vient souvent leur tenir compagnie car il adore rencontrer les petits enfants, ne le répétez pas mais il joue un peu les stars, toujours prêt pour une photo.

Et à Noel, il faut penser aux joujoux pour les plus petits, l’association « Pouss les Murs » leur est d’un grand secours, tout comme les «  Tri’ copines » qui tricotent layette, bonnets écharpes…

Cette année des écoles primaires vont récupérer des jouets (Villemur, Mirepoix…).

Les élèves de 5éme du collège Albert Camus motivés par leurs enseignants ont pris leur courage à deux mains pour expliquer à l’ensemble des élèves de l’établissement combien la solidarité est  importante.

Profitant du traditionnel cross de début d’année qui coïncide avec la journée du refus de la pauvreté,  ils ont sollicité leurs camarades pour un acte de générosité. A chacun selon ses moyens d’apporter qui un paquet de pâtes qui un paquet de riz, qui une boite de conserve pour aider le Panier.

Cette journée restera dans le cœur et la mémoire des bénévoles qui ont appris cette belle action d’un jeune qui a gardé son argent de poche pour apporter sa contribution, qui ont entendu les mots de cette jolie jeune fille blonde qui s’excusait presque de n’avoir porté que cela car sa famille est nombreuse et…

Elle ne saura jamais qu’au-delà du «  merci, c’est déjà beaucoup », elle a provoqué une immense bouffée de chaleur humaine et d’espoir dans l’avenir.

 

Le Panier Villemurien c’est aussi un lieu d’orientation, il est possible d’y laisser des CV qui sont donnés à l’Espace Emploi Entreprise dédié à l’aide pour les personnes en recherche d’emploi. L’information sur les possibilités locales y est communiquée tout comme les forums.

Les personnes qui arrivent sur notre ville et sont en difficulté sont dirigées vers la conseillère en économie sociale et familiale  en poste à la mairie. Elle est habilitée à les écouter peut les aider. Au panier Villemurien on ne s’accorde pas le droit d’être inquisiteur et tout ce qui est communiqué par les bénéficiaires reste dans le secret.

Depuis quelques années, via l’Espace Jeune, aujourd’hui en réponse à la volonté des responsables scolaires locaux, le « Panier Villemurien » va à la rencontre des plus jeunes. Il faut répondre à leur curiosité, c’est quoi une association caritative, comment ça fonctionne ?

Des moments d’échanges passionnants et fructueux et il faut dire un grand merci à tous les initiateurs de ces échanges.

En ouvrant les portes des établissements scolaires ils ouvrent les cœurs et les esprits. De grands pas concrets vers la solidarité à et de tous les âges.

Des personnes bénéficient depuis plusieurs années des aides de l’association, à un certain âge il n’est pas facile de retrouver du travail. Avec de petites retraites un apport alimentaire même minime peut être d’un grand secours.

Et puis il y a ceux qui connaissent ce qu’on appelle « accident de la vie », ils ont besoin d’un soutien momentané pour tenir le coup.

L’une des plus grandes satisfactions des bénévoles c’est de recevoir un bénéficiaire qui vous dit «  c’est bon j’ai trouvé un poste ». L’une de leurs plus grandes récompense c’est de le ou la retrouver en tant que donateur lors d’une collecte où de le ou la voir revenir pour aider ou  porter quelques bricoles parce qu’il n’a pas oublié le soutien  apporté lorsque c’était dur pour lui ou elle.

C’est la mairie qui prend en charge le prêt et les coûts du local mais les membres de l’association aujourd’hui comme hier prennent des précautions, le chauffage est indispensable en hiver, les dépenses liées à l’utilisation des congélateurs et frigos aussi, ils sont bien conscients de cela et gèrent au plus juste.

Les élus d’hier comme d’aujourd’hui le savent.

 

Nous pourrions dire beaucoup plus, analyser plus précisément et judicieusement certains points, peut-être plus tard…

Il reste un secret à vous confier.

Le vœu le plus cher des bénévoles du Panier, c’est de disparaitre, si, si, nous vous l’assurons…

Non pas par lassitude, non pas par une décision autoritaire où démagogique de quelque autorité, non juste pour la plus belle des raisons, c’est qu’il n’y aurait plus personne en situation de précarité mais hélas...

 

« La pauvreté fait peur et dresse des barrières autour d’elle. On préfère détourner son regard plutôt que de le changer. »

 

A écouter, car la misère, le dénuement peuvent frapper chacun de nous…

A lire :

commentaires

Flinguer avec placidité…

Publié le 16 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Nous avons eu quelques révélations ce matin en découvrant des similitudes de pensées avec Monsieur Cazeneuve. Non, pas vraiment  sur le fond, mais sur la forme.

 

Nous n’avons hélas pas son calme olympien, ni la sobriété avec laquelle par des mots châtiés, il flingue en douceur ceux qui ne correspondent pas à ses attentes.

Nous avons retenu quelques conseils.

« En politique la légitimité est éphémère, un peu de sobriété et de modestie dans l’exercice du pouvoir peut être une porte ouverte à la modernisation… »

Mais aussi, «  L’idée que pour être entendu en politique il faille tous les jours par la transgression tenir des propos qui blessent ceux auxquels ils s’adressent… la politique c’est une certaine retenue…

Le rôle de ceux qui sont en responsabilité ça doit être d’avoir une parole mesurée et à chaque fois qu’un mot peut blesser ceux auxquels il s’adresse…j’ai tendance à croire que ce n’est pas un mot utile, la politique c’est une certaine sobriété… »

« Ce qui réveille en politique c’est l’efficacité et le résultat… »

« Parfois quand vous connaissez bien les acteurs vous savez d’avance ce qu’ils vont dire avant qu’ils ne s’expriment… »

 

Vous pouvez aussi relever de petites phrases assassines dites avec courtoisie et sourire.

De quoi rendre jaloux les plus démoniaques.

commentaires

Lévothyrox : Mieux connaitre la thyroïde.

Publié le 16 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique, Notre actualité, Infos pratiques - droit - services - social ...

Un médecin porte plainte contre le laboratoire.

D’autres se posent des questions.

Nous avons adressé une lettre ouverte à notre député, celui de la 5eme circonscription de la Haute-Garonne.  Monsieur Portarrieu.

                                              Monsieur,

 

Nous avons l’honneur de vous soumettre notre situation de malades souffrant de troubles du fonctionnement thyroïdien.

Alors que notre traitement nous assurait un équilibre certain, depuis quelques semaines nous subissons divers troubles. Le Lévothyrox nouvelle formule est mis en cause.

Vous n’ignorez pas la pétition signée par plus de 200 000 personnes ni le nombre de déclarations, malgré les difficultés d’accès,  faites auprès de l’agence de sécurité du médicament.

Il y a environ 3 millions de personnes atteintes de troubles thyroïdiens, le nombre de réclamations est donc relativisé par les autorités, nous pourrions en rire si nous y avions le cœur et ajouter ironiquement  qu’en certaines circonstances de faibles pourcentages constituent d’éclatantes victoires.

Un temps, il n’a été opposé à notre détresse qu’un  discours autoritaire dénué d’empathie.

Nous étions victimes d’une forme  « d’hystérie collective », subissions un effet « nocebo ».

Puis un leurre consistant à la remise momentanée et en nombre limité sur le marché de l’ancienne formule a tenté de calmer les esprits. Normal il n’y aurait  que lui d’atteint !

Peut-être aurez-vous les réponses à nos questions ?

La notice du Lévothyrox a été revue en septembre 2016, pourquoi ne pas avoir clairement informés médecins, pharmaciens et malades ? Nul spécialiste ne peut ignorer la marge thérapeutique étroite de ce médicament.

Notre attention n’a été attirée que sur le packaging ?

Pourquoi sommes-nous le seul pays européen à avoir adopté ce changement ?

Pourquoi n’a-t-il pas été tenu compte des expériences d’autres pays ?

Le Mannitol est par ailleurs utilisé comme Principe Actif pour d’autres médicaments.

Alors, simple excipient ?

Quelle part en volume occupe t-il dans le médicament ?

Ne peut-il modifier l’absorption de la thyroxine ?

Il est plus que regrettable de devoir ester en justice pour se faire entendre.

Cela ne peut que déconsidérer les laboratoires mais aussi l’Etat et inciter les patients à encore plus de méfiance avec les risques que cela comporte.

Doit on opter pour une défaillance coupable de l’Etat ou se persuader que seul compte l’intérêt financier du lobbying pharmaceutique, à moins que les deux soient en cause.

Nous sollicitons qu’au-delà des alternatives promises, vous vous fassiez notre interprète pour demander le retour pérenne de l’ancienne formule du Lévothyrox qui convenait à la majorité des malades.

Cette requête, parce que nous avons le sentiment d’obligation de nous mêler de notre santé puisque le manque de transparence sur un sujet aussi sensible s’affirme  dans notre démocratie.

 

Nous vous remercions Monsieur le Député de votre considération et vous adressons nos salutations distinguées.

 

 

 

commentaires

Info : « Les Portes du Tarn »

Publié le 16 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

commentaires

Des nouvelles de l'UsinoTOPIE

Publié le 16 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

commentaires

L’écrin ne fait pas tout…

Publié le 14 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

Le cadre est magnifique.

L’ambiance est feutrée.

Une douce musique

Invite à déguster

Un menu d’apparat

Qui nous fait saliver.

Personnel investi

Ajoute encore au lieu

Et vous donne l’envie

De bons mets copieux

Par le texte promis.

Dès la première assiette

Vous voilà déchantant.

Si le service est preste,

Il n’est pas rassurant

De voir quelques légumes

Dans un bouillon flottant.

Si les zestes d’agrumes

Attirent le regard

Ils ne font oublier

Le fond malgré le fard.

C’est sur  plusieurs sujets

Qu’il nous faut réfléchir

Et bien se méfier

De ce qui peut séduire.

Un écrin prometteur

Vide de contenu

Laissera à nos cœurs

Nombre d’espoirs déçus.

 

 

Nous avons beaucoup cogité et au risque d’en remettre une « couche » nous revenons sur ce sujet primordial, l’école.

Un débat par presse interposée s’est déroulé sur les rythmes scolaires. En fait il ne s’agissait pas de choisir de manière définitive, juste de dire sa préférence.

Les résultats pour le maintien de la semaine à quatre jours et demi  sont tombés, ils vont prendre le chemin d’autres décideurs départementaux que nous souhaitons inspirés par le seul devenir de nos enfants.

 

Cette consultation a provoqué des colères de part et d’autre.

D’un coté des parents mécontents de la méthode qui ne respectait pas l’anonymat et ne posait pas une argumentation construite sur l’intérêt des enfants tel que présenté dans nombre d’études. De l’autre des élus se retranchant derrière « de toute façon quoiqu’on fasse nous serons critiqués » 

 

D’un coté des parents qui disent que le manque d’anonymat est toutes proportions gardées un déni de démocratie, de l’autre des élus qui invoquent l’urgence.

 

D’un coté des parents qui remettent en question la politique enfance et jeunesse de la municipalité. Ils  formulent une crainte que nous espérons illégitime de voir s’effondrer les avancées concrètes et porteuses de ces dernières années.  De l’autre des élus qui trouvent ce constat trop sévère et injuste.

 

Construire des infrastructures, rénover l’existant,  pour l’accueil de nos petits est une nécessité. C’est devenu une priorité pour nos élus qui assurent ouvrir une nouvelle maternelle d’ici la fin du mandat.

De nouveaux  bâtiments améliorent déjà les  conditions de travail dans le primaire. Personne ne peut révolutionner la situation en un mandat d’autant que les restrictions budgétaires sont de mise.

Par ailleurs, nos élus maintiennent le cap pris par l’ancienne municipalité avec le gel des impôts au niveau communal et intercommunal.

L’implantation du CADA a compliqué les choses même si elle a accéléré la rénovation des immeubles. Elle s’est en plus accompagnée d’un afflux de nouveaux habitants peu ou pas alphabétisés.

 

Un skate park, le retour du cinéma pour tous, des actions culturelles gratuites et diversifiées etc

 

Mais aussi, la fin d’un conseil municipal d’enfants, la fermeture d’un poste indispensable à la MJC, un manque de soutien pour un élément clé de notre commune, l’UsinoTOPIE…

Et surtout une absente malgré quelques efforts, la concertation, c’est ce que nous ressentons à travers tous les commentaires que nous entendons.

 

Il serait souhaitable pour tous que ce territoire soit apaisé, que la politique jeunesse se construise avec toutes les énergies. Qu’en fait les écrins bâtiments contiennent  de vrais trésors pédagogiques élaborés avec le soutien de l’ensemble des partenaires.

 

Il faut se parler, éviter les rancœurs, les faux fuyants, les jugements hâtifs, les commentaires désobligeants.

Nous savons qu’il y a des problèmes dans notre ville mais à quoi servent les constats si on ne cherche pas les solutions tous ensemble.

Des parents qui démissionnent de leur rôle, consciemment  ou non, il y en a toujours eu.

Des familles en situation de précarité il en existe peut être plus qu’hier tant la solidarité familiale est parfois compliquée.

La détresse morale n’est pas forcément liée aux difficultés financières dans ce monde qui tend à l’individualisme.

Cela signifie que nous avons échoué et pas seulement ici à responsabiliser les individus.

La solution nous ne l’avons pas.

Pourtant ce n’est pas en s’arc boutant tous sur nos positions que nous améliorerons la situation.

Dans certains quartiers, chez nous,  les conditions de vie se dégradent.

Entre l’angélisme prêt à tout excuser au nom du tout sécuritaire,  il faut être clair et trouver le juste milieu.

La seule répression, ou des caméras, contre les incivilités des jeunes ne représentent pas la solution si ce n’est dans l’immédiateté et encore.

Ces incivilités comme les mesures répressives ont un coût. Quel est celui de la prévention ?

La prévention passe par l’éducation.

Comportons nous en responsables, posons cartes sur table et avançons, échangeons sur nos divergences, examinons nos points communs,  travaillons au  Villemur de demain.

Il passe par notre jeunesse, par une politique réfléchie et constructive sur ce sujet.

Bien sûr ce ne sera pas simple, ce sera long, bien sûr c’est plus facile actuellement  de dire que de faire mais si nous n’essayons pas, vraiment, dans le respect de nos opinions.

Adaptant la célèbre citation de St Exupéry nous avons envie de clamer

Aimer nos gamins ce n’est pas s’opposer les uns les autres, c’est regarder dans la même direction, c’est voir à l’horizon toutes ces têtes enfantines brunes et blondes et se dire que notre devoir c’est, dans le respect de leurs différences,  de tous travailler à ce qu’elles soient bien faites.

 

 

commentaires

Les uns avec les autres…

Publié le 10 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Comment aborder localement le problème de l’éducation sans y substituer le terme coéducation ?

Il est là le cœur des problèmes.

Il nécessite que nous tous, parents enseignants, élus, citoyens remettions nos pratiques en question, cessions les « postures »car l’enjeu est primordial, c’est l’avenir de nos gamins, celui de notre communauté de vie.

Avouons le, nous sommes fatigués de tous les problèmes liés à une mauvaise ou une absence d’information ou de communication, choisissez le mot qui vous parait opportun, qui plombe l’ambiance de notre ville.

L’éducation est un sujet qui mérite mieux que des démêlés étalés dans la presse.

Mettre en avant des doléances sans considération pour les efforts consentis est tout aussi maladroit que de refuser d’entendre les inquiétudes concernant des choix en matière d’éducation et de politique jeunesse.

Personne ne sortira gagnant de cette méthode et surtout pas nos jeunes.

Débarrassons-nous de cette défiance nuisible à des échanges constructifs.

D’un coté admettons que nos élus travaillent à améliorer des lieux d’accueil pour nos enfants, lieux  en souffrance depuis nombre d’années. Il reste possible de contester, discuter des choix mais commençons par acter la volonté car des infrastructures plus adaptées ce n’est pas négligeable et c’est aussi bénéfique aux apprentissages.

De l’autre, admettons qu’il est plus que maladroit même par les temps qui courent de mettre en avant les coûts et un gain de sommeil pour argumenter une consultation sur les rythmes scolaires.

Il est temps de réaliser que nous ne pourrons pas travailler au mieux être, au mieux vivre, au mieux apprendre de nos petits sans faire alliance les uns avec les autres.

L’enseignant connait l’élève, le parent son enfant, l’élu ses contraintes et ses possibles.

Conjuguons les volontés, les capacités, les idées, les moyens…

Est-ce si compliqué d’organiser des concertations entre tous les contributeurs à l’éducation de nos enfants ?

Arrêtons de voir partout de bornés contestataires aux opinions divergentes ou de piètres démissionnaires.

Agissons dans le respect, la considération, nous avons tous une place importante et légitime dans la communauté éducative.

Oserons-nous pour terminer ?

 

On aura beau tirer sur des bourgeons, on ne fera pas naitre des feuilles, il faut arroser, enrichir la terre, beaucoup de soins pour qu’elles s’épanouissent.

 

Soyons de bons jardiniers pour faire refleurir l’arbre de la compréhension fourni de feuilles d’échanges et de dialogues.

 

commentaires

Conseil Communautaire du 28 septembre 2017.

Publié le 9 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

En complément…

 

Si Monsieur le Président de l’intercommunalité fait de louables efforts pour être entendu de tous, il nous est difficile le plus souvent de saisir l’ensemble des échanges autour de la table du conseil. Echanges souvent complexes dans leur contenu et leurs subtiles nuances.

Nous n’oserons pas au vu des restrictions budgétaires réclamer un micro pour les personnes qui s’expriment, ce d’autant que même lorsque les salles en sont pourvues, ils ne sont pas utilisés.

La lecture du CR du dernier conseil prive les lecteurs de la partie « questions diverses » au cours de laquelle Monsieur le Maire de Bessières s’est exprimé.

Tout d’abord en souhaitant acter de manière formelle l’ouverture de la maison au public qui donne à notre intercommunalité un corps bicéphale.

Des échanges ont eu lieu sur certains coûts et notamment celui de la permanence d’avocats qui ne fait pas moins que de passer de 7 000 euros à 15 000.

Monsieur Raysséguier a rapidement évoqué l’avenir financier des collectivités territoriales impacté par nombre de décisions et qui le sera plus encore dans l’avenir.

Revenant sur « nos amis de Buzet » et le SMIX, il a souhaité appeler l’attention de ceux qui s’intéressent aux limites tarnaises en expliquant qu’à St-Sulpice les habitants vont devoir retourner aux urnes. De nombreuses démissions au sein du conseil municipal ont conduit à cette situation.

Même s’il y a accord de principe pour la sortie de Buzet de la Communauté Tarn Agout, CCTA, il ne peut pour le moment être entériné.

Du point de vue financier il apparait impossible pour notre intercommunalité de recommencer en 2018 comme en 2017 avec une commune toujours officiellement rattachée au Tarn. Monsieur Raysséguier énonce « ou on est d’un coté ou on est de l’autre » en précisant qu’il ne dit pas les choses quand les gens ne sont pas là, signifiant ainsi que Monsieur le Maire de Buzet est informé de son point de vue.

Actons qu’il n’est pas opposé aux « Portes du Tarn »mais appelle à la lucidité, la prudence et la cohérence.

Il est rejoint par Monsieur le Président, ce d’autant que le recours devant le Conseil d’Etat ne peut être retiré.

Tout peut prendre du temps et il ne faut négliger ni l’aspect juridique, ni l’aspect financier car la commune de Buzet est pour le moment fiscalement rattachée au Tarn même si des conventions sont passées par ailleurs avec Val’Aïgo.

 

 

Elections à St-Sulpice

commentaires

Lévothyrox : Villemur sur Tarn, réunion publique

Publié le 9 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité, Politique, Infos pratiques - droit - services - social ...

Lévothyrox : Villemur sur Tarn, réunion publique
commentaires

Lévothyrox : Vers un scandale sanitaire…

Publié le 9 Octobre 2017 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité, Politique, Infos pratiques - droit - services - social ...

Lévothyrox : Vers un scandale sanitaire…

Ce dimanche 8 octobre c’est prés de 1000 personnes qui se sont retrouvées dans la grande halle de l’Union afin d’échanger et de s’informer sur le Lévothyrox dont le changement de formule provoque de graves soucis de santé.

C’est l ’Association Française des Malades de la Thyroïde(AFMT) qui avec le soutien du docteur Gérard Bapt a organisé cette réunion.

Etaient présents (es) autour de Monsieur Bapt et de Madame Chantal L’Hoir, présidente fondatrice de l’AFMT, Madame Sylvie Chéraud animatrice du collectif St Gaudinois, Monsieur le docteur Vergnes, représentant des pharmaciens de Midi Pyrénées, Maitre Lévy, avocat du collectif de Saint-Gaudens et  Maitre Bertella Geffroy avocate de l’AFMT.

 

Madame L’Hoir s’appuyant sur son expérience n’a pas été tendre avec le lobbying pharmaceutique, « dogme bien pensant qui aide le monde de la finance ». Poursuivant sur un  «  mensonge d’Etat » qui va nourrir le trou « abyssal » de la Sécurité Sociale, cette forte personnalité dont une fois encore on ne peut qu’apprécier la pugnacité a évoqué tous les appels de détresse et tous les troubles de santé ressentis par les malades de la thyroïde suite à la prise de la nouvelle formule du Lévothyrox avec Mannitol.

Madame Chéraud a elle aussi évoqué sa situation personnelle et la multitude de témoignages reçus  suite à son initiative d’oser publiquement la parole.

Partout sur le territoire des citoyens se révoltent et les réseaux constituent une force pour faire entendre la détresse mais aussi la colère et pour intensifier les actions auprès des pouvoirs publics décideurs.

 

Bien des questions pertinentes ont été posées.

 

Pourquoi si peu d’information des malades, des médecins ?

Pour rappel, révision de la notice, septembre 2016.

Pourquoi faire croire que le médicament est de retour alors qu’il est plus que parcimonieusement distribué aux pharmaciens ?

Pourquoi ce changement de formule en France alors que partout en Europe l’ancienne formule est toujours commercialisée ?

Pourquoi ne pas avoir tenu compte de l’expérience d’autres pays comme la Nouvelle Zélande qui a fait machine arrière après avoir tenté le changement ?

Pourquoi ce mépris vis-à-vis de malades qui ne cessent de crier leurs troubles parfois très invalidants et ce depuis plusieurs mois ?

Quels sont les effets du Mannitol et de l’acide citrique à court,  moyen, long terme ?

Beaucoup de colère, d’incompréhension parmi les personnes présentes.

Bien d’autres questions ont été posées, les réponses difficiles à trouver, certaines débouchant sur la dénonciation de pratiques honteuses pour notre pays un temps exemplaire en matière de santé publique.

Mais ça c’était avant, lorsque le souhait d’une volonté d’équité devant la maladie habitait les consciences  qui dirigent notre pays.

 

Impossible :

 

De reporter tout le contenu de cette réunion, les aspects juridiques entre voie pénale et voie civile. C’est bien trop complexe même si Maitre Bertella Geffroy à été claire et honnête sur les différentes possibilités.

 

En conclusion et à notre humble avis, au-delà du laboratoire, l’Etat et l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament sont coupables, comment dire … de «  négligence ».

 

Quel est le prix ?

Nous ne savons pas, nous connaissons seulement celui que paient les malades de la thyroïde qui servent actuellement de cobayes pour une gigantesque « étude pharmacologique ».

 

 

Important :

 

Ne pas arrêter la prise de Lévothyrox, la Thyroxine est indispensable à l’organisme.

Se méfier des commandes par internet.

Ne pas céder au chantage et à la surenchère des prix et du trafic du médicament.

 

Agir :

 

Monsieur Bapt à ouvert la réunion avec l’espoir par lequel nous terminerons.

«  En s’emparant du Net, les malades sont devenus acteurs de leur propre santé. »

 

Alors continuons …

Plus d’infos et adhésion à l’AFMT via le site suivant.

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>