Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une thérapeutique intelligence collective.

Publié le 4 Octobre 2016 par Un Oeil Sur Villemur in Au coin de l'oeil

Depuis les dernières élections municipales nous avons vécu de nombreux événements tant au plan national que local.

Il y a eu de quoi être déstabilisés, les égos disproportionnés, la quasi négation de l’intérêt général, des prises de position disproportionnées par rapport aux enjeux, des sentiments haineux et destructeurs et bien pire hélas !

Au plan local nous nous sommes sentis tellement impuissants, tellement ballotés, à ne plus savoir ce que nous pouvions penser des uns, des autres. Quand il y avait unanimité, n’était-elle qu’une façade rongée par le salpêtre des rancœurs ?

Nous avons toujours bien des doutes, bien des inquiétudes mais le conseil communautaire du jeudi 29 octobre nous a apporté une agréable bouffée d’espoir.

Le compte-rendu sera bientôt sur le site de l’intercommunalité, nous n’en doutons pas. Vous pourrez y retrouver des informations importantes car l’ordre du jour était fourni.

Ce que vous ne ressentirez pas c’est l’ambiance de mise ce jour là.

Il y a eu des prises de position affirmées sur les sujets concernant notre territoire, affirmées et argumentées avec lucidité.

Le dossier des « Portes du Tarn » a été ajourné car les enjeux ne sont pas clairement définis.

Le Schéma de Cohérence Territoriale actuellement en enquête publique soulève des contestations unanimes de la part des délégués locaux. Remarques à acter  par un courrier à son président Monsieur Petit, maire de Saint-Sauveur.

Unité face à un autre courrier soutenant la candidature de Bessières pour la construction d’un lycée. Ce lycée pourrait conduire à la création d’une piscine sur une autre  commune de Val’Aîgo.

Les débats ont été sereins, ouverts.

L’arrivée des réfugiés sur la commune villemurienne s’est invitée au débat.  Le constat s’est voulu unanime quant aux méthodes utilisées pour imposer le CADA sans concertation avec les élus locaux.

Monsieur le Président, maire de Villemur n’a de cesse de répéter les difficultés posées par l’arrivée de demandeurs d’asile sans pour autant rejeter le devoir de solidarité indispensable au nom de l’humain. Tous regrettent un passage en force injustifié assimilé à une maltraitance intellectuelle vis-à-vis des élus.

Monsieur le Maire de Bessières, également Conseiller Départemental a exprimé un nécessaire soutien en ces termes  « Il n’est pas question de laisser une commune se débrouiller seule…on ne pense pas tous pareil et c’est aussi la richesse de notre pays… » avant d’évoquer la nécessité d’une solidarité de territoire.

 

Alors là que dire ?

Que oui, que c’est bien là une richesse de notre pays que d’avoir des divergences de pensée. Si le compromis est souhaitable il ne doit pas pour autant édulcorer les débats. Nous pouvons être adversaires, cela ne signifie pas que nous soyons ennemis. Les conflits font vivre la démocratie. Les compromis permettent d’avancer.

Il est plus souvent salutaire de laisser exploser des colères, des différences de point de  vue que de laisser croire à un consensus mou qui sous de paisibles apparences peut conduire à de dangereuses dérives.

Oui Mesdames et Messieurs, vous pouvez être de « bords »  différents et travailler ensemble pour l’intérêt général dans le respect de vos valeurs.

 

En sortant de ce conseil nous étions pensifs, un peu rêveurs, nous nous prenions à espérer…

Pourvu que 2017 ne nous fasse pas descendre brutalement de notre petit, si petit nuage.

Marie-Gabrielle Gimenez

Pour info :

Commenter cet article