Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Des portes qui mériteraient de se faire transparentes !

Publié le 15 Janvier 2017 par Un Oeil Sur Villemur in Notre actualité, Politique

Pour ceux qui ne lisent pas facebook : Analyse de M joviado Maire de Buzet

Et maintenant, le Conseil d'Etat...

Le SMIX, la SPLA81 et la CCTA n'ont toujours pas retiré leurs requêtes. Au lieu de cela, ils envoient des courriers faisant la leçon au Préfet et à la Communauté de Communes Val'Aïgo.
Ils jouent les candides sur le thème : "J'y suis pour rien, moi je voulais, le méchant c'est lui, moi je suis gentil, et l'autre il est incompétent mais moi je sais. Pas sûr qu'il comprenne l'autre mais je vais lui expliquer ce qu'il faut faire". Dans leurs têtes, le méchant c'est Val'Aïgo, l'autre c'est Monsieur Le Préfet....
Une drôle d'attitude pour des personnes soi-disant responsables qui disent vouloir aboutir à un accord.
Ils reprochent beaucoup de choses à la Haute-Garonne mais c'est encore l'histoire de la poutre, de l'œil et de la paille....
Le SMIX, la SPLA81 et la CCTA n'ont pris aucune délibération qui puisse indiquer qu'ils sont réellement favorables à l'entrée de Val Aïgo et du Conseil Départemental de la Haute-Garonne. En revanche, ces deux derniers l'ont fait.
Quelle conclusion en tirer ?
1. Oubli ? Pas possible !! Les dirigeants du SMIX, de la SPlA81 et de la CCTA savent tout mieux que tout le monde !!
2. Manque de transparence vis-à-vis des élus ? Pour moi, cela ne se joue pas à ce niveau. L'entrée de Val'Aïgo fait partie des discussions lors des réunions SMIX. Les conseillers communautaires CCTA en étaient informés (je suis d'ailleurs intervenu pour informer les conseillers en Conseil Communautaire) mais aucun débat ni délibération. Côté Conseil Départemental 81 : je n'en sais rien.
3. Véritable volonté de ne pas aboutir donc pas besoin de délibérer ?

Je penche pour le 3..... L'histoire du Docteur Jekyll et de Mister Hyde !!

Cette attitude est très dangereuse pour notre territoire et la commercialisation de la Zone : peut-être que les Porteurs du projet ne croient plus en cette zone finalement et sont prêts à faire n'importe quoi.
Ce qui est certain, c'est que cette attitude fatigue nombre d'interlocuteurs et d'observateurs. A tel point que, jeudi, le ministère a saisi le Conseil d'État.

Le retour à la table des négociations est impératif. Les démarches du SMIX, de la SPLA81, du Conseil Départemental 81 et de la CCTA ne sont pas faites pour arrondir les angles mais je ne crois pas que nous ayons atteint le point de non-retour. Peut-être faut-il faire intervenir un médiateur ? Une médiatrice ? J'y crois et en l'occurrence, La Région et Madame Delga. J'ai effectué une démarche en ce sens. Nous pouvons sortir rapidement par le haut de cette situation.

Il suffit pour cela que 3 conditions soient remplies :
1. les requêtes doivent être retirées,
2. les parents en crèche dans les structures CCTA doivent être rassurés : leurs enfants doivent pouvoir rester dans les structures jusqu'à leurs scolarités (sur les 6 enfants concernés, 3 seront scolarisés en septembre 2017... il s'agirait donc au final de 3 enfants..). Les discussions sont plutôt compliquées. Une réunion s'est tenue hier entre ccta et parents : Mister Hyde était encore présent...
3. Seuls les docteurs Jekyll peuvent désormais participer aux négociations...

PS : dans l'article ci-dessous, laZAC ne s'appelle pas éponyme mais ZAC des Portes du Tarn...

Merci Monsieur pour cette analyse honnête et sans démagogie.

 

Les citoyens n’ont que le petit bout de la lorgnette pour tenter de voir et leur petit cerveau pour comprendre

C’est bien suffisant, ils ne sont pas des « sachants » juste des payeurs, et après tout ils délèguent à ces représentants que sont les élus.

Des « représentants », il fut un temps où l’on donnait ce nom aux commerciaux entrainés à vendre leur marchandise.

Les citoyens ont raison de s’inquiéter et nos voisins tarnais ont des cheveux à se faire car leurs « représentants » ne sont pas très bon vendeurs pour la ZAC portée par le syndicat SMIX.

 

Un monde de zonards

 

Mais quelles sont les interrogations que peuvent se poser nos petits cerveaux.

Déjà, cette zone elle-même ne donne pas l’impression d’avoir été bien négociée avec les parties prenantes. Il semblerait qu’au sein même du département 81, l’enthousiasme ne soit pas de mise sauf pour certains très intéressés.

Il faut dire qu’une commune partenaire a déjà de nombreuses préoccupations avec son budget.

Mais Monsieur le Président du département est un homme expérimenté qui sait ce qu’il veut, quant à connaitre les limites de sa volonté…

Les mémoires sont encore douloureusement à vif en souvenir de SIVENS.

L’implantation de cette ZAC répond-elle aux nécessités du moment ?

Il y a déjà tout autour et sur la métropole des zones qui peinent à se remplir.

Quand on est élu il faut être visionnaire…

Si la vision est faussée ce sera le problème des « suivants ».

On nous serine, protection des terres agricoles, désertification des centres-villes, nécessité des circuits courts, d’une consommation mesurée…

Et partout continuent de pousser des ZAC, des ZIR …

Mais nous avons déjà évoqué ces incohérences.

Selon quelques érudits, la situation de la ZAC est parfaitement étudiée, de toute façon il est peut être trop tard pour y réfléchir.

 

Le départ de Buzet de la CCTA.

 

Ils tombent des nues nos voisins !

Même nos petits cerveaux ont assimilé pour partie la loi Notr toujours en évolution.

Nous entendons évoquer depuis plus d’un an toutes les transactions sur l’intégration de Buzet dans notre intercommunalité.

Les élus locaux et les administratifs, qu’ils soient de Buzet comme de Val’Aïgo s’échinent à parachever le travail en tenant compte des contraintes pour les uns et les autres.

Mais eux, SPLA 81, SMIX, CCTA attendent le dernier moment pour acter auprès du tribunal leur désaccord.

Ils devaient être en léthargie à moins que ce ne soit en lévitation tant ils sont sûrs de leur vérité et de leur bon droit

Sur le terrain, d’autres, certains de la valeur de leurs arguments, fatigués qu’on veuille leur imposer sans concertation des statuts qui en plus d’être vagues peuvent s’avérer dangereux commencent à s’impatienter

.Dans le journal local ça fait de supers titres, un buzz comme disent les spécialistes.

Suite à la douche froide, toutes les « huiles » départementales se mélangent pour donner l'onction et chasser le vinaigre qui pourrait perturber la cérémonie.

En hauts lieux, ouverture des vannes financières, on construit des textes permettant de contourner la légalité, on se plie, on se contorsionne.

Maintenant il faut en appeler à une région élargie qui a pris la compétence économie.

Ne nous a-t-on pas dit à demi-mot que la région avait déjà à s’occuper d’autres zones dans le Gers, dans le Lot…

Qui croire, que peut-on attendre ?

 

.

 

Et le bon peuple face à ça ?

 

 

Ben le bon peuple il en a marre !

Marre qu’on ne lui explique pas clairement les tenants et les aboutissants de cette situation.

Marre de savoir que des personnes s’épuisent à travailler avec cohérence comme notre DGS et que tout son travail soit bafoué par des volontés politiciennes.

Le bon peuple il s’épuise lui aussi. Il sait que ce n’est pas évident de gérer les territoires en ces temps de bouleversements législatifs mais voir la mauvaise foi, les égos et les intérêts de quelques uns supplanter le simple bon sens et l’intérêt général, ça finit par le rendre coléreux.

Alors bien sûr il paraitrait que la colère est mauvaise conseillère. Ah les beaux et bons mots.

La colère elle est aussi très saine, c’est ne pas l’exprimer qui peut être beaucoup plus dangereux.

 

Il faudrait prendre conscience que les citoyens, ce ne sont pas des pions que l’on tente de déplacer au gré des scrutins.

Qu’entre temps ils se contentent tous de subir les décisions des « spécialistes. »

Qu’il ne va plus suffire de leur jeter à des moments jugés opportuns quelques os à ronger.

Certains de nos élus sont de vrais acteurs dignes d’un César.

Ils arriveraient à vous persuader que vous n’êtes que de vilains polémistes des jamais contents…

Parfois ils jouent les offusqués, comment pouvez vous avoir semblable opinion de moi, allons …

Peut-être pourraient ils envisager de nous considérer réellement nos gentils élus et de nous considérer comme de grandes personnes en capacité de comprendre, d’analyser, d’échanger, de construire à leur coté.

Il est trop simpliste de dire que les citoyens ne se sentent pas concernés.

N’est ce pas le rôle de nos élus de nous faire participer et ainsi de dynamiser la citoyenneté et l’appropriation de nos territoires avec toutes les prises de conscience sous entendues ?

En ce début d’année, en cette période de vœux plus chaleureux les uns que les autres, voici une fois encore celui que nous formulons, sans trop d’espoir. Qu’ils nous entendent !

L’espérance n’empêche pas la lucidité née de l’expérience. Ca devient triste, voir même grave.

 

 

Voir aussi

Commenter cet article