Les paroles s’envolent…

Les paroles s’envolent…

Après l’article dépêche du 5 août

Extraits :

« Alors que l’Etat lance un programme de relocalisation industrielle et de transition écologique, le parc d’activités des Portes du Tarn n’est pas retenu…

Alors qu’il est question de sites pilotes pour accélérer les transitions industrielles et écologiques, le parc d’activité économique de 190 ha des portes du Tarn situé à Saint-Sulpice n’est pas identifié dans les "territoires d’industrie" qui peuvent prétendre au soutien du plan gouvernemental…. »

Des éléments maintes fois dénoncés par des citoyens  sont pointés du doigt.

"Nous devons repenser une grande partie du projet, tant au niveau de l’actionnariat que de la logistique à grande échelle", confie Gérard Portes, le président de la communauté de communes Tarn Agout. Cette intercommunalité est l’une des membres du syndicat mixte des Portes du Tarn (Smix) avec Val d’Aïgo et les départements du Tarn et de la Haute-Garonne. Si l’Etat a fermé les yeux depuis 2 ans sur la composition du syndicat, il semble que cela ne soit plus le cas. En effet, côté préfecture, on s’impatiente de la situation majoritaire du conseil départemental du Tarn au sein des instances de gouvernance en contradiction avec les obligations nées de la loi NOTRe. »

 

Deux maires s’acharnent  à croire ou veulent nous faire croire en un avenir plus raccord avec les aspirations actuellement mises en avant.

« On a toujours des propositions pour des projets de logistique mais depuis un an on ne travaille plus sur ces dossiers, indique Raphaël Bernardin. Maintenant il faut attirer des industriels. Des pistes sérieuses sont à l’étude. Elles pourraient se concrétiser par des demandes de permis de construire d’ici la fin de l’année."

Pour Gilles Jiovado, il faut "réorienter Terra 2 vers le green business", à savoir des services et des produits qui respectent l’environnement.

L’élu de Buzet reconnaît : "Depuis des années, la commune se bat pour que cette zone accueille des entreprises innovantes. Après la crise de la Covid, les Portes du Tarn sont adaptées à la relocalisation de nos industries. Ne consommons pas nos hectares à mettre des entrepôts". Une analyse partagée par le maire de Saint-Sulpice. "Après le Brexit, des entreprises veulent revenir en souveraineté industrielle", affirme-t-il. Les zones de l’aire toulousaine sont pleines. »

« Bernardin et Joviado sont formels. Le dossier n’a pas été bien mené dès le départ. "La priorité de l’année 2020 est de répondre au problème de la compensation environnementale, estime Raphaël Bernardin, néanmoins compréhensif. Entre le moment de la création de la ZAC et maintenant, le monde a changé". Gilles Joviado sourit. "Finalement, on a eu raison trop tôt". Les deux hommes appellent également la région Occitanie à participer au tour de table de l’actionnariat afin d’impulser une nouvelle dynamique et de remettre un cadre légal au sein de la société publique locale des Portes du Tarn. »

 

https://www.ladepeche.fr/2020/08/05/les-portes-du-tarn-en-mal-de-reconnaissance-9007699.php

 

Voilà monsieur Bernadin qui s’exprime sur son Facebook

 

Que certains peuvent penser dire non à la ZAC des Portes du Tarn pourquoi pas ? Le monde est fait ainsi, et il faut savoir débattre.

Je rejoins les propos de mon collègue Gilles Joviado

https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=173179550913178&id=101852248045909

 

Dans les commentaires madame Mena lui répond longuement en effectuant quelques rappels utiles et en défendant son point de vue partagé par bon nombre.

« M. Bernardin, débattre n'est pas faire preuve de condescendance. Il est évident que nous avons des positions différentes sur la ZAC les Portes du Tarn et la plateforme logistique TERRA 2 vouée au e commerce, mais je peux vous assurer que je connais le dossier ZAC sur le bout des doigts depuis son origine. Donc, je suis d'accord avec vous pour dire que la ZAC les portes du Tarn est un sujet sérieux, puisqu'il représente une dépense de 87 millions d'argent public, mais je puis vous assurer que je ne raconte pas "tout et n'importe quoi" ! »

Des échanges via Facebook  fort intéressants à plusieurs niveaux, regrettons qu’il faille passer par cet intermédiaire.

Il est évident qu’une réunion publique sur le sujet et sur les deux intercommunalités concernées serait plus démocratique.

Du côté de Val’Aïgo il semblerait que le sujet soit délicat à aborder …

Et pour terminer un communiqué…

 

N’allez surtout pas imaginer que ces échanges sont réjouissants pour nous.

 

Non, ils alimentent plus nos inquiétudes que notre envie de polémiques qui reste elle,  à démontrer…

 

Nous avons encore et toujours du mal à comprendre les arcanes de ces pouvoirs locaux aux commandes qui gagneraient à l’harmonisation des objectifs, l’intérêt général y gagnerait aussi,  mais politique et harmonie… tout comme intérêt général…

Marie-Gabrielle Gimenez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog