Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quand des militants socialistes invitent les citoyens à phosphorer sur la ré industrialisation...

Publié le 28 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Montastruc la Conseillère accueillait jeudi 26 février une soirée organisée par la section socialiste locale sur le thème de la ré industrialisation des sites sinistrés par les licenciements boursiers. Un enjeu devenu de plus en plus vital en ce temps de désertifications et de pertes de savoir faire chroniques.

La première partie de la soirée à été consacrée à la société Molex, exemple local de ces pratiques de voyous. Relatant les différents épisodes de la « chronique d'une mort annoncée » et redoutée dès le rachat par le groupe Molex, monsieur Bonhoure, syndicaliste F.O. à démontré que, par sa capacité de réactivité, son excellence industrielle, la fermeture de l'unité de Villemur restait irrecevable, ne trouvant son origine que dans la préférence pour les actionnaires au détriment des employés. Les dernières informations évoquent le maintien d'au maximum une centaine d'emplois sur le site dans des conditions encore peu définies, il serait question de la création de douze micro-sociétés.

Différents syndicalistes (C.G.T., CF.D.T.,U.NS.A) présents dans la salle ont pris la parole pour dénoncer ce miroir aux alouettes tant voulu par l'entreprise états-uniennes que par le pouvoir en place au travers de son représentant préfectoral.

Dans une seconde partie, Jean Claude Boudet Maire de Villemur à renouvelé son soutien et celui des pouvoirs locaux aux salariés. Émettant de sérieux doutes sur la volonté des dirigeants de Molex de travailler à la ré industrialisation du site. Il rappelle à la suite d'une question que la commune de

Villemur n'avait pas octroyé de fonds à la société Molex lui louant seulement un entrepôt. De son côté, Monsieur André Laur est intervenu pour rappeler l'attachement du conseil général, même s'il n'a pas de compétence en la matière, à la cause Molex. Il s'est inquiété de la discorde qui pourrait naître entre les salariés suite à la « reconversion » d'une centaine d'emplois sur le site. « Molex chercherait-il à se donner bonne conscience à peu de frais ? » Il a mis en avant « la détermination politique de l'assemblée départementale pour aller jusqu'au bout face à des décideurs qui ruinent l'industrie en prétextant la crise ».

Monsieur Didier Cujives, conseiller régional et président de Midi-Pyrénées Expansion à évoqué la ré industrialisation par les actions de la région avec beaucoup d'humilité. L'État à transféré de lourdes charges aux régions sans les moyens financiers adéquats, Midi-Pyrénées disposerait d'une simple enveloppe de cent millions d'euros par an pour ces enjeux. A propos du site villemurien « quelques pistes sont étudiées, indique-t-il, autour du relevé des compétences des employés afin de travailler à cette ré industrialisation ». Et de poursuivre sur ce dossier convaincu que :

« La meilleure ré industrialisation serait celle qui permettrait la poursuite d'une activité similaire ».

Parmi les quelques pistes existantes le rachat par Safran (snecma) de la société que l'entreprise nationale a bradé à Molex , paraîtrait-il si improbable ?

Une troisième partie a abordé le cadre législatif avec entre-autre l'intervention de Maître Leguevaque et  de monsieur Grégory Mérélo, suppléant de monsieur Bapt. Ils ont démontré la difficulté d'obtenir les réponses de l'État, neuf courriers concernant les délocalisations sont restés sans échos. Quant au projet pour limiter les licenciements boursiers, il a été retiré par le gouvernement. Des intervenants ont abordé le problème de l'harmonisation législative européenne du droit du travail à tirer vers le haut.

Un sujet difficile pour lequel les militants et les élus socialistes présents ont eu le courage de montrer à la fois leur détermination et leur impuissance. Détermination parce qu'ils n'entendent pas rester les bras croisés devint l'indicible loi du capitalisme sauvage. Impuissants par qu'ils ne détiennent ni les pouvoirs politiques et financiers suffisants à leurs yeux pour inverser les choix imposés d'ailleurs. Reste une interrogation déterminante pour l'avenir, que les élus présents n'ont pas abordé, : «  Comment transformer les collectivités -avec ou sans plan Balladur- en outil de résistance à la catastrophe politique et économique en cours ? ». En attendant mieux, les « Molex » montrent la voie. Seules la détermination, la lutte et l'unité des salariés et des populations, la Guadeloupe le prouve, peuvent faire reculer les féodalismes en cours.


M.G. Gimenez et Jean Philippe Tizon



 

 

commentaires

"Charte Marianne" patronyme républicain signifie-t-il égalité ?

Publié le 25 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Infos pratiques - droit - services - social ...

La charte Marianne à été lancée en janvier 2005 par Renaud Dutreil, ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’État, et Éric Woerth, secrétaire d’État à la Réforme de l’État de l'époque.

Voici ce que l'on demandait à notre administration, quoi de plus légitime!

 

Cette charte traduit l’engagement pris par chacun des services déconcentrés de l’État pour :

1 - faciliter l’accès des usagers dans les services ;

2 - accueillir de manière attentive et courtoise ;

3 - répondre de manière compréhensible et dans un délai annoncé ;

4 - traiter systématiquement la réclamation ;

5 - recueillir les propositions des usagers pour améliorer la qualité du service public.

Lire sur :

http://www.fonction-publique.gouv.fr/IMG/pdf/CharteMarianne_20050103.pdf

 

Peut-on faire confiance à ceux qui doivent appliquer cette charte ?

Voici peut-être une réponse, on peut la trouver sur le portail de l'administration française, donc ne doutons pas de son bien-fondé :

Une « enquête mystère » réalisée fin 2005 destinée à évaluer l’application concrète des 5 engagements de la Charte a révélé que seulement 3 sites sur 10 les appliquaient vraiment.

Lire dans la Gazette de service-public.fr du 31 novembre 2008 :

http://www.service-public.fr/actualites/001029.html

 

Une belle expression « la charte Marianne » !

 

Comme dans toute notre société, l'administration est composée de gens honnêtes, respectables travailleurs, mais hélas il y a les autres.

Les autres ne se soucient guère de cette charte, quelles sanctions encourent-ils ?

Vous vous sentez alors désarmé contre cette administration qui fait la sourde oreille et parfois faisant preuve d'une injustice intolérable. Ou sont vos droits et que faire ?

 

Il ne faut pas se décourager et continuer à se battre lorsqu'on veut demander justice.

 

Quand tout est épuisé, une des solutions est de faire appel au délégué du Médiateur de la République.

 

Les délégués sont des bénévoles qui s’engagent à tenir une permanence ouverte au public au moins deux demi-journées par semaine. Anciens fonctionnaires, ou cadres d'entreprise à la retraite, ou encore jeunes doctorants, ils ont tous une bonne formation juridique ou une expérience du secteur public. Ils sont nommés par décision du Médiateur de la République pour une durée d’un an renouvelable.

Les délégués reçoivent directement les citoyens dans des structures de proximité où ils les informent, les orientent, cherchent à résoudre leur problème à l’échelle locale. Dans des cas plus complexes, ils les aident à constituer le dossier qu’ils transmettront au Médiateur.

 

Pour plus d'information et pour obtenir les coordonnées des délégués de votre département :

http://www.mediateur-republique.fr/

 

Bon courage aux victimes, agissez sans perte de temps.

commentaires

La prescription revue et corrigée

Publié le 24 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Infos pratiques - droit - services - social ...

Le saviez-vous ? La nouvelle loi de prescription du 17 juin 2008, loi n° 2008-561 modifie de nombreux délais de prescription.


Cette loi touche de nombreux domaines sur lesquels nous reviendrons sûrement mais pour commencer sachez qu'elle concerne aussi la durée d'archivage de vos papiers.


Tout le monde sait qu'il y a des documents à garder à vie mais connaissez vous ceux que vous devez

conserver :


  • Tous les papiers relatifs aux paiements de vos loyers 5 ans après la dernière échéance.

  • Vos factures EDF-GDF 5 ans car un rappel de facturation peut remonter sur ces 5 années.

  • Les relevés de comptes et talons de chèques 5 ans. Savez vous qu'en cas de débit frauduleux avec votre carte bancaire vous avez 70 jours pour déposer une réclamation à compter de la date de l'opération contestée.

  • Un contrat de crédit bancaire 2 ans après la dernière mensualité.

  • 10 ans pour un prêt immobilier.

  • Les avis d'imposition et de mise en recouvrement 4 ans (en cas d'omission ou d'erreur vous disposez de 2 ans à compter de la réception de votre avis pour contester).

  • 3 ans au moins tous les documents concernant vos allocations chômage (en cas de fraude ou de fausse déclaration l'ASSEDIC à 10 ans pour vous demander le remboursement des sommes indûment perçues).

  • Pour terminer, savez-vous que les décomptes de remboursement de la sécurité sociale doivent être conservés 2 ans (une caisse dispose d'un délai de 5 ans en cas de fraude d'un assuré) ?

  • Les décomptes de remboursements complémentaires de votre mutuelle doivent être aussi conservés 2 ans (article L 221-11 du code de la mutualité et L 114-1 du code des assurances).


A bientôt pour d'autres infos.


Nos sources : AMELI - SERVICE PUBLIC - EDITION LE PARTICULIER

 

 

commentaires

main tendue

Publié le 24 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Infos pratiques - droit - services - social ...



But de cette rubrique « infos pratiques ».


Chacun de nous peut se trouver confronté à un différend plus ou moins important dans les domaines tels que la consommation, les rapports avec l'administration ... .

Avec de la bonne volonté tout peut se régler à l'amiable, si ce n'est pas le cas certaines procédures vous rendront la vie intenable.

A travers cette rubrique, essayons d'apporter une aide à ceux qui peuvent en avoir besoin.

Les compétences et le vécu de tous seront considérés, si possible mis en ligne afin d'atteindre cet objectif.

commentaires

Réaction d'un lecteur au « Quatre quarts » distribué par Villemur un cœur qui bat

Publié le 19 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Ça y est, c'est reparti, les critiques stériles sont relancées.

Au sujet de la tempête, à moins de ne jamais s'informer par le biais de la télé, de la radio, des journaux, comment aurions nous pu ignorer le risque ?

Il serait peut être intéressant de ne pas toujours se reposer sur la collectivité.

En l'occurrence les mairies sont impuissantes pour rétablir l'électricité, le téléphone, n'imputons pas ces dysfonctionnements à un niveau local.

Il se peut que tout n'ait pas été fait dans les règles de l'art lors de cette tempête mais il y a eu 1999, 2003, quels enseignements ont été tirés par la précédente municipalité ? Alors trêve de polémique.

Sur un tel sujet la solidarité reste de mise.

Pour ce qui concerne les berges du Tarn, que ce soit l'ancienne municipalité ou la nouvelle il serait plus intelligent de rester dans l'expectative.

Quand on considère un ascenseur en dysfonctionnement, les trous apparus sur les aménagements suite à une légère montée du Tarn, il reste à espérer que ces petites cavités ne deviendront pas des gouffres financiers.

On évoque des rues plus belles, celles du centre-ville le sont et pourtant combien de chutes !

Tout le monde pourrait revendiquer des améliorations devant chez soi.

Et si on assurait déjà la sécurité.

Qui s'est à ce jour inquiété des murs de soutènement et des balustrades le long des berges du Tarn ?

Au même titre, qui s'est inquiété de la dégradation des biens communaux que sont Brusson et Bernadou ?

Qui s'est inquiété des nids de poules sur les petites routes de nos hameaux ?

Qui s'est inquiété du manque de panneaux de signalisation ?

Qui s'est inquiété de faire respecter les lois sur l'urbanisme ?

Pour ce qui concerne la ligne de bus « HOP » remarquons qu'elle est en service depuis septembre, soit cinq mois après le départ de l'ancienne municipalité.

Laissons le temps à cette municipalité de travailler, ne l'accablons pas au bout de quelques mois sur des manquements déjà bien anciens.


L'ORGELET

commentaires

Le symbolisme : de la force au côté obscur de l'esprit

Publié le 12 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil


La commune de Villemur possède grâce ou malgré son histoire politique et sociale ancienne et contemporaine une force symbolique souvent mal maitrisée. Celle-ci, duale, peut éclairer ou replonger notre cité dans des pratiques obscures. Prenons pour exemple, la symbolique politique de la présence, lundi 9 février, du directeur général des services, assis à la table du conseil, au côté du premier des conseillers.

Cette présence peut rappeler celle d'un autre DGS au côté d'un précédent premier conseiller. Sans devenir chagrin, il devient urgent de faire attention. Souvent la forme d'une réunion, d'une manifestation renvoie indubitablement au fond de la démarche et à ses propres contradictions.

Nous avons connu l'aventure villemurienne de l'ombre. Celle-ci possédait même un patronyme et une fonction. A la grande joie citoyenne et de nombreux nouveaux élus la gestion locale allait passer enfin de l'ombre à la lumière. Absolument rien ne peut prédire l'avenir mais une interrogation se pose avec force et à laquelle il faudra peut être que chacun apporte des réponses politiques innovantes : et si l'ombre était d'abord un état d'esprit avant d'avoir été un patronyme ?


L'OEIL

commentaires

Réunion du conseil municipal de Villemur du 09/02/2009

Publié le 11 Février 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique



Villemur sur Tarn :
Un conseil municipal entre affaires courantes et interrogations citoyennes.

Le  Conseil Municipal s'est réuni en séance publique le  09/02/2009.
Etaient absents : trois élus de la minorité (une seule procuration), un de la majorité.
Nouveauté, avait pris place à coté de Monsieur le Maire, à la table du conseil, le nouveau Directeur Général des Services.

Les points essentiels de ce conseil ont porté sur :
 
Gestion et mouvements de personnels :

  • Les logements de service attribués de droit.
  • L'éventuel départ de la mairie d'un cadre B responsable des travaux.
  • La création dans ce même service d'un poste d'ingénieur (cadre A), embauche motivée par l'ampleur et la complexité des travaux envisagés, Brusson, Bernadou...
  • La titularisation d'un employé de mairie au service financier.
  • Les subventions ou avances pour certaines associations.

Tempête et travaux :

  • Un rapide bilan local sur la tempête avec des remerciements aux agents communaux qui de leur propre initiative ont participé dès le samedi aux divers travaux nécessaires pour remettre la commune en ordre de fonctionnement.
  • Le maire à souligné l'efficacité de l'adjoint de permanence soutenu en cela par par un ancien élu de la majorité sortante.
  • Quelques mises au point sur les réunions des commissions de travaux. En effet, un élu de l'opposition, issu de l'ancienne majorité municipale s'est étonné de l'absence de réunion de la commission des travaux. L'adjoint en charge a expliqué que des empêchements personnels l'avaient limité dans sa volonté de réunir régulièrement les élus de la commission.

Point de vue pratique, attention au stationnement et aux clôtures :
  • Notre commune étant située en zone inondable, toute nouvelle clôture nécessite comme avant une demande d'autorisation
  • Les véhicules en stationnement prolongé ou gênant pourront dans l'avenir être mis en fourrière, coût variable + PV + frais de garde du véhicule. Pour plus d'informations nous vous conseillons :

http://www.dossierfamilial.com/auto/droits-demarches/mise-en-fourriere-combien-ca-coute,333

Des citoyens montent au créneau
 
Dans l'assistance deux personnes ont pris la parole :
  • L'une inquiète du danger que représente un arbre fragilisé par la tempête, cette personne déplorant que son inquiétude ne soit pas partagée par les responsables municipaux contactés a insisté obtenant la promesse d'une vérification rapide.

  • Un autre membre de l'assistance a sollicité Monsieur le Maire afin de connaître son point de vue sur l'éventuelle suppression de la taxe professionnelle. Celui-ci pense cette suppression impossible à moins d'envisager son remplacement par une taxe équivalente, par exemple la taxe carbone comme évoqué dans la presse
  • Ce même interlocuteur à souhaité connaître la position des élus face aux divers dangers menaçant l'éducation nationale. Une motion à été présentée aux élus. Ces derniers ont souhaité reporter leur position à une date ultérieure considérant qu'ils sont actuellement en discussion avec l'inspecteur d'Académie pour le devenir local.
Notre équipe citoyenne et blogueuse souhaite la bienvenue à Madame SEVEQUE, Directrice des Ressources Humaines, Monsieur REFLOCH, Directeur Général des Services, Monsieur DUGAIN, Directeur de Cabinet de Monsieur le Maire ainsi qu'au nouveau responsable de la police municipale.

LES SEANCES DU CONSEIL MUNICIPAL SONT OUVERTES A TOUS AVEC UNE INNOVATION, EN FIN DE SEANCE LA PAROLE EST DONNEE AU PUBLIC POUR DES QUESTIONS COURTES



commentaires