Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LE BONHEUR N’A PAS DE PRIX !

Publié le 29 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

PC180549Villemur reprend peu à peu ses habitudes après une agitation bienvenue avant les fêtes.

 

Noël aurait-il retrouvé un peu de son sens premier ? Ce jour de nativité, signe d’espérance et de foi, victime au fil des siècles d’une logique mercantile effrénée, a ressuscité dans notre ville durant ces deux dernières semaines.

 

Ce constat peut sembler légèrement « fleur bleue », mais réfléchissons quelques minutes à ce que quelques chalets, une patinoire, un public sympathique… et un peu d’argent ont apporté à notre communauté.

 

Bien sûr, nous avons prononcé le mot qui fâche, qui gâche, qui agace : l’argent ! Comment pourrions-nous faire autrement que de nous accommoder de temps en temps de ce que nous rejetons le plus souvent à cause des méandres dans lesquels il nous plonge ? Alors hypocrisie, mauvaise foi ou réalisme ? Chacun sera libre de choisir le qualificatif PC180552dont il voudra bien m’affubler. Peu importe.

 

Le marché de Noël a été un travail communautaire dont on ne peut que se féliciter. Son organisation a réuni des partenaires qui, malgré leur diversité, ont prouvé qu’il était possible de réfléchir et de travailler ensemble. Ce qui n’empêche pas, bien sûr, que les intérêts et les motivations de chacun puissent être différents.

 

Les habitants de Villemur et ceux des communes avoisinantes se posent la question du coût d’une telle manifestation. A ce jour, la municipalité n’est pas en mesure de déterminer ce dernier avec précision (elle s’est engagée à le faire connaître lors de la prochaine séance du Conseil Municipal). Mais, nous pouvons d'ores et déjà préciser qu’il s’agit d’un engagement financier et humain commun puisque la Communauté des Communes a financé l’installation des PC180568chalets, l’Association des Commerçants de Villemur s’est chargée de la communication, la mairie de notre ville a pris en charge la location de la patinoire et de ses accessoires et le Comité Multifêtes a assumé bénévolement la gestion de la patinoire et le goûter de Noël des enfants entre autre.

 

Il faudrait tenir compte de plusieurs paramètres pour estimer la justesse du projet qui a vu le jour cette année dans notre ville.

 

En premier lieu, il conviendrait de rapprocher le budget consenti en 2009 à celui de 2008 qui, chacun le comprendra, était inférieur. Mais il faudrait également PC180606comparer le taux de fréquentation, la durée de la manifestation, le chiffre d’affaire réalisé par les exposants, l’impact sur les commerçants sédentaires de villemur… et surtout l’impact humain. Mais, pour ce dernier point, nous allons avoir un problème ! Quelle valeur pour ces moments passés en famille ? Quelle valeur pour la joie des enfants juchés sur leurs patins ? Quel prix pour ces regards amicaux échangés tout au long de cette fête ? Combien pour tous ces adolescents et ces enfants occupés pendant les vacances de Noël auxquels, comme le disent tant de gens, on ne propose rien depuis des années ? Pourrons-nous valoriser ce sentiment de paix, d’amitié, d’espérance, cette magie de Noël à laquelle pas même la neige n’a manqué ?

 

La gratuité de la patinoire a permis à chaque enfant (… et adultes téméraires) de se lancer sur la piste blanche, abolissant l’espace de ce temps de Noël, les différences sociales, offrant à chacun des moments de plaisir. Si on multiplie ce temps de bonheur par plus de 3800 entrées réalisées, on atteint un bénéfice jamais enregistré sur une durée aussi courte !

 

En bon comptable ou bon financier, aurions-nous préféré de bons vieux chiffres dans la colonne débit ? Tant de voitures brûlées, tant pour les façades taguées, tant pour les déplacements de la police municipale venue calmer des esprits échauffés…

 

Ce premier marché de Noël est un galop d’essai, il reste bien entendu des obstacles à franchir, mais même un bon cheval a besoin d’endurance !

 

Malgré nos divergences, nos colères, parfois nos rancunes, il faut apprendre à ne pas dire seulement ce que nous ne voulons ou n’aimons pas. Une chose positive demeure positive quel que soit son instigateur ou son initiateur.

 PC180604

Il n’en demeure pas moins que chaque remarque, chaque suggestion pour l’année prochaine, doit être la bienvenue. Chacun de vous a son rôle à jouer. Aussi, tous les commentaires reçus seront publiés sur le blog afin de servir le travail collectif entamé cette année.

 

Catherine TIZON

commentaires

E3 (ex PRAIE) vous présente ses voeux

Publié le 29 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Voeux 2010 flash info









commentaires

Conte de fin d'année

Publié le 28 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Le Froid, le notable et l'enfant

 

 

Par Joannes Iph

 

Il était une fois, un viel homme tracassier et froid, il entend depuis toujours prendre sa revanche sur son voisin monsieur Eté. Il faut dire que chaque année, monsieur Eté essaie de pousser son avantage sur madame Automne. Cette dernière y trouve, non sans déraison, un certain plaisir. Le dit plaisir s'accroit quand ce vieux grincheux de général HIVER s'aperçoit de la cour assidue de son voisin. Il en va ainsi depuis presque toujours. La rivalité amoureuse accompagne celle de la géographie, tout comme l'histoire des hommes et des dieux de la nature. On raconte même qu'un des aïeux du vieux général tracassier a remporté, en Russie, la victoire sur les troupes napoléoniennes et que lui-même a joué un rôle prépondérant dans ce même pays contre les troupes nazies de Von Paulus. Nous nous égarons un peu, mais revenons à nos contrées villemuroises.

 

PARTIE I

 

Depuis quelques années, ce monsieur Hiver, dépité, s'invite à Villemurois sur Rante. Il prend ses quartier dans une école où hante l'esprit Michelet. Jules ou Edmond ? S'interrogent alors avec un air savant quelques transmetteurs de savoir. Il jette son dévolu le petit matin et le soir sur les enfants et personnels présents de la garderie. Il harcèle à la façon cosaque les troupes scolaires. Michelet en frémit de colère :

- « Comment, tempête-t-il, peut-on laisser jeter un froid sur les principes de la république où chacun doit être au chaud pour apprendre et jouer ? La rage de l'Esprit Michelet arrive aux oreilles d'une petite fille.

- C'est vrai, dit-elle, à brûle pourpoint, pourquoi devons-nous avoir froid le matin et le soir ? On pourrait le dire autour de nous ? L'employée et l'instituteur de garde, surpris, la regardent et lui disent, un brin fatalistes, :

- Tu sais, nous sommes intervenus l'an dernier, y compris avec les parents d'élèves. On nous a dit qu'il n'y avait pas grand chose à faire ».

 

Déterminée, cette petite fille en parle à ses parents. Quelques jours plus tard, elle croise sur le marché de Noël au milieu des baraques illuminées de mille feux, Mr Abeille.

  •  
    •  
      •  
        • - « Hep, monsieur, vous êtes bien le monsieur qui s'occupe des écoles à la mairie ?

        • - Oui, répond l'élu interloqué,

        • - Vous savez que nous avons froid le matin et le soir à la garderie.

        • - Oui, mais ce n'est que passager. Le climat va s'adoucir répond mi-figue, mi-raisin Mr Abeille,

        • - Peut être, répond la petite fille, mais en attendant, on s'enrhume ».

Voyant, les badauds regarder l'enfant audacieuse, l'élu réalise la situation et essaie de la retourner à son avantage;

  • - « tu sais, je t'ai entendu. C'est bien que tu puisses m'interpeller. Tu es courageuse ». dit-il avant de se retourner et de partir vers une autre direction.

 

Mr Abeille, n'est pas en soi un mauvais homme. Il est du genre besogneux avec toujours cette tête de quelqu'un qui a peur de se faire gronder par son supérieur ou son maître. Quelques décennies d'enseignement au sein de l'école primaire marquent son bonhomme. Le voilà à nouveau comme élu confronté à de nouvelles tracasseries. Celles de ces gens qui l'informent, qui demandent des choses voire, à l'occasion, qui revendiquent. Il faut dire qu'il possède une arme infaillible, celle de l'usure. Comme directeur d'école, il en a usé des générations de parents et d'élèves. Il écoute poliment, indique qu'il va se renseigner et comme toujours la réponse est : « ce n'est pas possible ». Ne pas déplaire à sa hiérarchie sans se mettre à dos les parents ou les collègues tient du grand art. A sa façon, il demeure un artiste dans le compromis de ne rien compromettre. Art qu'il essaie de transmettre aux nouvelles directrices, avec plus ou moins de succès. Une technique sûre pour pouvoir continuer son bonhomme de chemin quels que soient les aléas de l'Histoire en cours,

 

La petite fille, avec sa candeur, se demande bien pourquoi le monsieur de la Mairie ne lui a pas répondu simplement au problème de froid.

  • - « Dit Papa, pourquoi le monsieur ne m'a dit qu'il allait mettre du chauffage à la garderie?

  • - Je ne sais pas ? répond le papa.

  • - Parce queeee ! ce n'était pas le bon moment !!! explique-t-il.

  • - Mais dit, c'est quand le bon moment Papa ? »

 

PARTIE II

 

Durant ce temps le Mr Hiver continue ses incartades matinales et nocturnes. « Un peu d'air vif ça vivifie », jouit le vieux grincheux de général. «  Il y en marre de ces poules mouillées », vente-t-il de son souffle froid. Pour mieux rajouter « diable, il faut en faire des hommes »....

 

  • - « C'est vrai, ils nous prennent pour des pingouins, s'exclament en cœur les employés municipaux et les enseignants,

  • - D'ailleurs, tu sais. La petite, l'autre jour, qui râlait parce qu'elle avait froid, elle est tombée malade.

  • - Laquelle ?

  • - La petite Marianne.

  • - Ce soir, j'en parlerai à une maman. Elle sait se faire entendre.

  • - Et la directrice ?

  • - Elle dit, mais elle colle au peloton académique du pas de vagues ».

 

- « Quoi, ils maltraitent la petite Marianne, tonne l'esprit Michelet.

- Mais quel type de grognard de la République ose un tel sacrilège? Etre républicain, c'est posséder le courage de transmettre un idéal et créer les conditions matérielles pour atteindre l'objectif» fustige-t-il. 

 

 

Le soir venue, une enseignante, excédée, interpelle une maman connue pour son esprit vif et son franc-parler.

  • - « Vu que vous assistiez aux séances du conseil municipal. Ne pourriez-vous pas intercéder en notre faveur ? Le froid occupe notre espace le matin et le soir.

  • - J'interviendrai, mais je ne garantie pas l'impact », répond avec un air sarcastique cette maman qui connait bien la vieille stratégie de l'usure utilisée par Mr Abeille.

 

Le vieux tracassier et froid, en a vu d'autre. Il a notamment entendu les propos.« Ce n'est pas une donzelle, qui va amener le beau temps. Tant que j'occupe le terrain, harcèle et affaiblis le moral des troupes, les sbires d'Eté ne pourront rien réaliser. D'ailleurs, cet Abeille est mon allié. Avec le souci de son petit égo, il arrive, mine de rien, à réduire toute intervention pertinente en portion congrue. Je suis là, jusqu'en Avril et je reviendrai l'an prochain »

 

 

Les vacances de Noël s'installent. Marianne et ses petites camarades s'amusent comme des folles sur la patinoire artificielle. Elles glissent, reglissent emmitouflées dans leurs manteaux et écharpes. Les flocons de neige virevoltent. Les enfants jonglent entre l'insouciance, la neige et les crêpes chaudes au sucre. Le général, lui, étend son occupation à tout Michelet et prépare ses attaques cosaques pour la rentrée.

 

Pourtant, ses prévisions ne vont pas se passer tout à fait comme il l'entendait.

Le soir du premier jour des vacances, le conseil municipal se réunit. Les affaires courantes sont votées à L'UNANIMITE.

  • - « Pas d'autres questions interpelle monsieur le Maire.

  • - Si, répond une voix féminine décidée.

  • - Allez y , Madame, rétorque le Premier magistrat.

  • - Je m'adresse à monsieur Abeille. Des enfants, des parents des personnels de l'école Michelet se plaignent de la présence du froid le matin et le soir dans la salle de garderie. Il serait judicieux d'étendre la programmation de la chaufferie plus tôt le matin et plus tard le soir.

  • - La question revient plusieurs fois, explique Mr Abeille, Je le répète, c'est une grande salle avec des grandes baies vitrées. Elle reste difficilement chauffable. Chauffer un peu plus coûterait plus cher. -souligne-t-il tel monsieur de Lapalice- D'ailleurs, ce n'est l'histoire que de quelques jours.

  • - Il est vrai répond, la maman ulcérée, qu'il vaut mieux payer le surcoût des médecins alors qu'il suffit de répondre à l'attente légitime des enfants d'être chauffés correctement. il faut trouver une solution immédiate et réfléchir, pour la suite, à l'aménagement de cette salle.

  • - Nous allons voir cela à la rentrée, conclut le Maire."

 

A la sortie du conseil, Monsieur Abeille se rapproche de Madame Luxembourg :

- « alors sans rancune lui siffle-t-il un demi-sourire aux lèvres.

- Pourquoi, parlez-vous de rancune alors que je parle de l'intérêt des enfants ? » lui cloue-t-elle le bec.

 

 

Jules Michelet présent dans la salle se satisfait peu de la situation. « Quel type de républicain faut-il être pour ne pas vouloir chauffer correctement les enfants du peuple ? »

 

 

Partie III

 

Nous entrons ici dans une quatrième dimension. Vous n'y croyez pas et pourtant, elle vous attend là ou vous ne l'attendez pas. Elle fait pâlir tous les adeptes d'un cartésianisme apaisant ; les « je crois en ce ce que je vois ». Cette position soi disant sage se situe loin très loin de l'approche scientifique, encore plus de la dimension spirituelle de l'être humain et de la complexité des approches.

 

Jules rentre dans son école. Le général Hiver, jubile. «  A ce rythme là je vais gagner la partie ».

 

Jules maugrée «  si je ne m'étais pas disputé avec Edmond. Il pourrait me donner un coup de main ».

 

Il faut dire entre les deux républicains au-delà du siècle d'écart d'existence, il existe toujours cette légère tension sur le rapport au Vatican. L'un a combattu ouvertement ce catholicisme au service des puissants. « L'opium du peuple » comme diront au cours du 20e siècle les intégristes républicains et les néo marxistes. L'autre issu de ce papisme étroit, deviendra grâce au regard du catholicisme social un républicain, un résistant, et un ministre de la culture hors pair. Mais le partage de la connaissance et de la culture par le plus grand nombre possible demeure le facteur commun à ces deux esprits hors pairs.

 

 

  • je te l'ai déjà expliqué de long en large. Tu ne veux pas en démordre. Tu confonds volontairement des pratiques institutionnelles étroites avec l'esprit du texte biblique. râle Edmond

  • Enfin, te voilà. Je te l'accorde. D'ailleurs, je suis confronté avec les enfants à cette gageure humaine : Préférer le texte à l'esprit du texte, préférer son petit pouvoir à celui de mettre les enfants au centre. Je t'en passe. D'ailleurs, à toute fin utile, je te le rappelle les sorcières jouait ce rôle de contrepouvoir nécessaire, rajoute Jules.

 

Les deux compères repartent dans des querelles digne du Collège de France pour en arriver enfin à la situation glaciale de Villemurois sur Rante.

 

  • - "Cette situation est digne de Kafka, s'emporte Edmond

  • - Kaf quoi ? Interroge Jules

  • - Cet auteur Tchèque qui avec brio sut montrer l'absurdité de la bureaucratie avec ses labyrinthes sans fin, symbole s'il en est de la déshumanisation et de la dérive totalitaire des institutions et de leurs sujets. Précise agacé, Edmond

  • - Ha oui, Kafka. J'ai eu l'occasion de partager quelques fois avec lui. Tu as peut être raison. Il faut être terriblement bureaucratique et / ou démocratiquement frileux pour opposer au froid que subissent les gamins, la longueur de la salle multipliée par l'âge de la directrice pour justifier l'injustifiable, réfléchit à voix haute Jules

  • D'ailleurs, poursuit-il, ce général Hiver est-il vraiment le héros qu'il prétend ?

  • - Il suit le vent, ironise Edmond. Il se trouve du côté de l'Armée rouge en Russie mais il empoisonne la vie des maquis en Corrèze."

  • De toute manière, il faut qu'il pose son campement ailleurs, décident les deux compères.

 

S' en suit un longue discussion digne de physiciens quantiques sur l'espace et le temps, de la stratégie à suivre, de la métaphysique, de l'éthique. Enfin ressort l'idée essentielle pour les communs des mortels que nous sommes «  si nous remontions le temps et soufflions dans l'oreille du Maire quelques réflexions »

 

 

Partie Der

 

 

  • - « La question revient plusieurs fois, explique Mr Abeille, Je le répète, c'est une grande salle avec des grandes baies vitrées. Elle reste difficilement chauffable.

  • - Chauffer un peu plus coûterait plus cher. -souligne-t-il tel monsieur de Lapalice- D'ailleurs, ce n'est l'histoire que de quelques jours ».

  • Ce pauvre Adjoint, s'enfonce lourdement, pense le Premier magistrat.

  • De plus, il multiple la longueur de la salle par l'âge de la maitresse, pour justifier le non chauffage. Il n'est pas bon en mathématique soufflent les deux esprits un brin malicieux aux oreilles du Maire .

  • - Il est vrai répond, la maman ulcérée, qu'il vaut mieux payer le surcoût des médecins alors qu'il suffit de répondre à l'attente légitime des enfants d'être chauffés correctement. il faut trouver une solution immédiate et réfléchir, pour la suite, à l'aménagement de cette salle."

 

 

L'échange se termine. Le silence s'impose. Le Maire pour le dernier conseil de décembre tranche :

Je vous assure madame qu'il sera tenu compte de votre requête.

 

« Top là mec » jubile Edmond. « Tu deviens chébran » rétorque Jules. « Ce sont les enfants et la petite Marianne qui vont être contents. Ce vieux grincheux d'Hiver, ira mener sa campagne de « Russie » ailleurs » célèbrent les deux esprits malicieux mais républicains.

 

Moralité

 

 

Il ne suffit pas de croire pour que le conte existe. L'espérance reste une arme redoutable quand elle s'appuie sur l'action et le désir d'un monde meilleur. Pour réchauffer la petite Marianne et ses petits brigands de citoyens il faudra dorénavant vouer aux esprits éclairés plus de chaleur afin que la lumière règne en lieu et place d'une stratégie d'usure. Preuve en est, depuis des millénaires, le constat reste sans appel comme le souligne avec force l'apôtre : « La lettre tue et l'esprit vivifie ». Encore une petit effort sur soi, la ruche devrait fournir un miel vivifiant à partir d'un Abeille besogneux, mais pas seulement... Villemurois sur Rante s'en trouvera bonifiée et ses enfants vivifiés.

commentaires

Message

Publié le 23 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur

voeux noel 2009
commentaires

Compte rendu du conseil municipal du 21 décembre 2009

Publié le 22 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Entre écritures, subventions et le froid à l'école Michelet

 

Après approbation du conseil municipal du 23 novembre, cette dernière séance (4 absents ayant donné pouvoir pour la majorité.2 absents dont 1 ayant donné pouvoir pour la minorité).s'est attachée aux jeux d'écriture financières et aux demandes de subventions auprès du Conseil Général. A noter la réapparition de monsieur Chevalier en séance plénière du conseil. Ce dernier ayant le pouvoir de vote de monsieur Dumoulin absent.

 

En administration générale :

◙ Le rapport d'activité du Syndicat Départemental d'Électricité de Haute-Garonne et l'approbation du compte administratif 2008.

◙ La création d'une commission communale pour l'accessibilité des handicapés :

Cette commission est obligatoire dans les villes de plus de 5 000 habitants et doit dresser un constat sur l'accessibilité des bâtiments publics.

 

Personnel :

◙ Un nouveau recensement se tiendra entre le 21 janvier et le 20 février 2010.

Il faut recruter 12 agents recenseurs, leur rémunération est assurée par une dotation de l'INSEE et une participation de la commune.

◙ Ouverture d'un poste en Contrat d'Accompagnement dans l'Emploi (CAE) pour travailler à l'organisation des archives.

◙ Modification du règlement de la restauration scolaire.

Jusqu'à maintenant les parents pouvaient décider le jour même de laisser leur enfant à la cantine.

Avec accord du conseil d'école les inscriptions se feront par période de vacances à vacances à jour fixe.

Cela permettra de lister à l'avance les enfants déjeunant à la cantine, il n'y aura plus de risque qu'un enfant puisse quitter l'établissement sans autorisation.

 

Finances :

◙ Tarifs restauration scolaire :

Toutes dépenses recensées le tarif d'un repas scolaire reviendrait plus ou moins à 7 €.

Les repas sont à ce jour facturés à 2 € aux familles.

Entre 350 et 400 repas sont distribués tous les jours sur un total de 500 élèves.

Après discussion et concertation avec le conseil d'école le tarif de la cantine sera porté

à 2 € 20 au 1er janvier 2010

à 2 € 50 au 1er janvier 2011.

◙ Participation financière de la commune à la rénovation des façades dans le cadre de l'OPAH.

Les montants des participations seront calculés après fourniture des devis et indexés afin de tenir compte du coût de la vie.

◙ Différentes avances sur les subventions allouées en 2010 ont été accordées pour les associations :

▬ École de musique.

▬ Espace jeunes

▬ Crèche « Aux royaumes des petits ».

◙ Demandes de subventions au Conseil Général pour :

▬ Acquisition d'un vidéo projecteur pour l'école primaire Michelet pour 599 €.

▬ Acquisition d'un véhicule benne pour les services des bâtiments communaux et le nettoyage de la ville pour 10 898 € 50.

▬ Acquisition d'un véhicule pour les services des bâtiments communaux.

▬ Acquisition d'un nettoyeur haute pression eau chaude pour 8 867 €.

▬ Acquisition d'un aspirateur à feuilles.

▬ Acquisition d'une carotteuse Diamant.

▬ Acquisition et pose de panneaux non publicitaires pour la Cité Verte pour 3 440 €.

▬ Acquisition d'un portail coulissant pour sécuriser le bâtiment communal rue des Mimosas.

◙ Demande de subvention au Conseil Général pour la rénovation de l'église de Magnanac construite avant 1905, assimilée à un bâtiment communal.

Le devis établi pour cette demande s'élève à 422 500 €.

Monsieur Régis a souhaité que soient recensés dans toutes les églises les travaux à effectuer sur les vitraux de façon à réduire les coûts.

◙ Différents jeux d'écriture comptable ont concerné :

▬ Le budget assainissement collectif.

▬ Le budget principal avec des décisions modificatives et la budgétisation de dépenses imprévues.

▪ Téléphonie, stores, mobilier de la médiathèque.

▪ Acquisition de différents logiciels.

▪ Création du site internet.

▪ Trois révisions simplifiées du POS.

◙ Ouverture de crédits pour le budget principal de la commune.

▬ Honoraire des architectes qui travaillent sur la future crèche (ouverture prévue 09/2011).

▬ Contrôle technique de la solidité de la structure de Bernadou.

◙ Création d'une régie de recettes de participation aux frais de carburant pour la mise à disposition du bus publicitaire.

Monsieur Parize a remercié les commerçants, artisans qui affichent leur publicité sur ce bus ainsi que la communauté des communes.

Ce véhicule peut transporter des personnes âgées ou handicapées, il est muni d'un marche pied électrique.

Mis à la disposition du foyer « les Magnolias », des associations sportives, son utilisation pourra être accordée pour d'autres besoins formulés … .

Il est indispensable que chaque groupe utilisateur dispose d'un chauffeur.

La participation financière sera de 50 cts d'€ par km au delà des 20 premiers.

◙ Différents arrêtés concernant

▬ La maîtrise d'œuvre de Bernadou, le cabinet LETELLIER a été retenu pour une somme de 139 400 € (espoir d'ouverture 2011).

▬ La commission d'appel d'offres a retenu l'agence ESCOFFIER comme bureau d'étude pour le PLU (37 840 €)

 

Tout a été voté à l'unanimité.

 

A la fin du conseil monsieur Patrice Bétirac a pris la parole pour annoncer le refus de l'Etat de prendre en charge la réfection de la chaussée de l'Escalaire (plus ou moins 300 000 €).

Les communes concernées, la communauté de commune de Villemur pensent recourir au département tout en envisageant une motion contre la décision de l'Etat afin de l'amener à considérer le coté sécuritaire mais également écologique de ce barrage.

 

Comme d'habitude nous avons relaté ce conseil le plus fidèlement possible et restons ouverts à toute éventuelle rectification ou précision.

 

Intervention citoyenne :

 

Concernant le marché de Noël, quel est son coût ?

Monsieur le Maire attend que le bilan soit effectué avant de donner sa réponse.

A savoir, les frais sont partagés entre le communauté de communes, la commune de Villemur et l'association des commerçants « Trait d'union ».

 

La deuxième question a porté sur la situation des enfants qui fréquentent la garderie de l'école Michelet. Les enfants et le personnel ont froid le matin et le soir dans ces locaux où la température atteint péniblement 15° par temps d'hiver. Monsieur Amiel répond que ces locaux sont vastes, dotés d'une grande baie vitrée, expliquant ainsi la difficulté à chauffer ce bâtiment.

Réponse inacceptable, le problème est récurrent, il faut tenir compte de la santé des enfants et du personnel, il faut trouver une solution immédiate et réfléchir pour la suite à l'aménagement de cette salle. Monsieur le Maire assure qu'il sera tenu compte de la requête.

commentaires

Annulation concert chorale de Muret à Villemur

Publié le 19 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

Par mesures de prudence, vues les conditions météorologiques, le concert de la chorale de Muret qui devait se tenir en l'Eglise de Villemur en solidarité avec les molex est ANNULE.

 

commentaires

Comité des fêtes du Terme

Publié le 16 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

comité fêtes du terme

 

Nous vous informons qu'une Assemblée Générale Constitutive du futur Comité des fêtes du Terme se tiendra le mercredi 23 décembre 2009 à 20h30 à la salle polyvalente du Terme.


Ordre du jour :

►Constitution du bureau

►Prévision des activités pour 2010

►Questions diverses


Venez nombreux pour relancer la vie du hameau !

commentaires

Attention, si vous possédez un chien dit dangereux.

Publié le 16 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Infos pratiques - droit - services - social ...

Les propriétaires de chiens de catégorie I et II doivent être titulaires avant le 31 décembre 2009 d'un "permis de détenir" un chien dangereux, délivré par le maire.

Les propriétaires ou gardiens de chiens d'attaque ou de défense et de garde devaient pour le moment déclarer l'animal auprès de la mairie de leur lieux de résidence.

Aujourd'hui le détenteur de l'animal doit présenter un dossier en mairie composé des documents déjà obligatoires plus :

> l'attestation d'aptitude à la détention de ces chiens

> l'évaluation comportementale.

L'attestation est délivrée à l'issue d'une formation aux règles d'éducation canine et de prévention des

accidents, formation d'une journée dispensée par un organisme agréé.

Les frais sont à la charge du propriétaire du chien.

L'évaluation comportementale est réalisée par un vétérinaire agréé qui classera le chien selon quatre catégories, du niveau 1 (pas de risque particulier) au niveau 4 (niveau de dangerosité élevé).

 

Si votre chien non classé en 1ère ou 2ème catégorie a déjà mordu vous devez également obtenir une

une attestation d'aptitude.

 

Sanctions :

En cas de constatation de défaut de permis de détention, le maire, ou à défaut le Préfet, peut mettre en demeure le propriétaire du chien de procéder à la régularisation dans le délai d'un mois.

Si vous n'obtempérez pas, votre chien peut être placé dans un lieu de dépôt adapté ou même euthanasié.

En cas d'agression, le maître de l'animal est susceptible d'être condamné de deux à dix ans de prison et de 30 000 à 100 000 euros d'amende selon les circonstances.

 

Pour plus d'infos vous pouvez vous adresser à la mairie de votre lieu de résidence.

commentaires

Quand Noël redevient une fête !

Publié le 15 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

marche de noel

Il était une fois…

 

DSCN0575 045Comme dans un conte de noël, Villemur a vu surgir, sur sa place principale, un petit village où se mêlent les odeurs de crêpes chaudes ou de plats exotiques, les teintes multicolores, les lumières scintillantes… et le sourire des visiteurs !

 

Villemur oublie pour quelques jours les affres de ces derniers mois pour laisser place au rêve, à la magie de Noël.

 

Tout a commencé un beau matin. Nous avons vu se dresser de nombreux petits chalets en bois dont les essences de résineux nous conviaient à un peu de flânerie nocturne. Le ciel de ce tout nouveau petit village scintillait d’une multitude d’étoiles bleutées concentrées autour du firmament.

 

Quelques jours plus tard, notre ville dévoilait un visage qu’on DSCN0572 048ne lui connaissait pas. La place de la mairie a pris vie, peu à peu, autour d’une patinoire qui allait devenir très vite un véritable paradis pour tous nos enfants.

 

Les visiteurs sont venus, nombreux, d’ici et d’ailleurs, à la rencontre de ces tous nouveaux habitants dont les chalets sont remplis de présents, tous plus sympathiques les uns que les autres.

 

Des bouillottes en peluches aux bijoux fantaisies, vous pourrez flâner au milieu des vêtements, déguster un café aux origines variées au milieu des senteurs d’encens, déguster des mets exotiques, des crêpes, des gaufres et autres gourmandises, acheter une composition florale pour un être cher, découvrir les bienfaits des minéraux ou goûter un vin de nos cépages.

 

JC Boudet et Eric OgetAu détour d’une allée, les petits et les grands peuvent rencontrer de curieux personnages dont la taille gigantesque n’a d’égal que leur humour. Des clowns surgis de nulle part au son de l’accordéon amusent les badauds… et que dire de ce curieux explorateur qui arpente les allées avec son vélo sous le regard étonné des enfants !

 

Il parait que ce nouveau village accueillera les curieux… et d’autres personnages inattendus pendant plusieurs jours…

 

Certes, il ne s’agit là que d’un village éphémère, d’un traditionnel marché de Noël. Mais, si nous laissons notre regard se poser quelques instants, nous pouvons nous émerveiller du bonheur qui illumine les yeux de nos adorables bambins, de ces éclats de rires, de cette bonne humeur, de cette convivialité retrouvée en toute simplicité.

 

Photo0534Cette manifestation a réussi son pari : celui de nous rassembler, celui de nous faire rêver l’espace de quelques jours, celui de nous faire nous rencontrer dans cet esprit de fête.

Villemur s’éveille, Villemur accueille, Villemur bourdonne des murmures contemplatifs de la foule…

 

Sachons apprécier ce moment exceptionnel, tirons-en le meilleur et sachons le prolonger pour le plaisir de chacun.

 

Catherine TIZON

commentaires

Réunion du conseil municipal de Villemur sur tarn

Publié le 15 Décembre 2009 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

conseil du 21
commentaires
1 2 > >>