Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Terme à la pêche.

Publié le 27 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

P3260215

Le soleil n'était pas de la partie mais cette journée organisée par le Comité des fêtes du Terme a connu un réel succès.

P3260222

 

 

 

 

 

 

 

Petits et grands réunis ont pu s'adonner aux joies de la pêche.


Bien sûr la pluie et le vent ont perturbé le déroulement de cette première manifestation mais nous espérons que tout le monde, sauf les truites a apprécié l'ambiance.


P3260231

Merci à tous pour votre participation et votre amical soutien.

commentaires

Conseil municipal des enfants à Villemur sur Tarn

Publié le 26 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

conseil enfants du 31
commentaires

APRÈS LA VICTOIRE DES GAUCHES AUX ÉLECTIONS RÉGIONALES

Publié le 26 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

Créer des contre-pouvoirs afin de favoriser

une alternative dynamique et populaire.

 

 

Par Jean Philippe TIZON

 

Cela s'appelle en jargon populaire une raclée phénoménale.

La si mal nommée Union du Mouvement Populaire vient de recevoir un carton rose, rouge et vert de disqualification.

Voici le bleu libéral avec des bleus à l'âme.

Le peuple vient de rappeler aux tenants du pouvoir et au squatter de l'Elysée, qu'ils ne sont pas ad vitam eternam, propriétaires des lieux et encore moins maîtres de notre destinée populaire et républicaine.

Bien entendu, à l'instar de cette droite pompidoulienne et giscardienne - que les moins de 20 ans ne connaissent qu'à travers, et encore, des livres d'histoire - le sarkosysme entend, coûte que coûte, poursuivre sa logique de commis au service des plus puissants au détriment de nos fondements républicains et de ceux du Conseil National de la Résistance.

 

Malgré, ce demi KO, qui envoie dans les cordes quelques ministres, la ligne politique du Palais, va se poursuivre voire s'amplifier.

La rage doit tenir de réflexion et tous les coups vont être bons pour affaiblir l'élan électoral en cours. D'ailleurs, ici et là des leaders régionaux de droite ont commencé un flirt à peine voilé avec le FN.

Il est vrai les électeurs les plus réactionnaires sont revenus vers leur premier amour, malgré les dérives de « l'identité nationale », en appel du pied, de l'ancien socialiste Eric Besson et de son collègue Brice Hortefeux autre vertueux en terme de chasse à l'homme sans papier.

Jean Marie Lepen a raison au moins sur un point : « rien ne vaut l'original à la copie ». Dimanche dernier, la droite extrême a perdu au profit des trois vainqueurs du scrutin que sont la gauche rassemblée, l'extrême droite (le FN) et les abstentionnistes.

 

Le parti des abstentionnistes.

 

Ce ne sont pas dans ses colonnes numériques et villemuriennes que nous allons bouder notre plaisir de revoir les forces progressistes en positions victorieuses et conquérantes.

En Midi-Pyrénées, sans extrême grivoiserie de basse-cour, il y a une morale à l'histoire.

Le vieux coq du Lot a volé dans les plumes électorales de la poulette montalbanaise, en tout bien tout honneur.

Reste ici et dans l'hexagone après avoir savouré durant ces quelques jours une victoire certaine, à se mettre au travail. Au travail non seulement pour gérer la collectivité territoriale mais surtout pour construire, coordonner, à l'échelle des régions et de la nation une politique de résistance dynamique et offensive face aux dérives du pouvoir en place et des mauvais coups institutionnels .

La responsabilité de la gauche de toute la gauche va être grande dans les mois à venir.

 

Si Le PMU (en verlan) à mis un genou à taire , il n'a pas dit pour autant son dernier mot et sorti son dernier ticket gagnant. Il sait aussi que la gauche a rassemblé dans sa diversité mais qu'elle ne représente « que » 60% de 50 % des votants. Près d'un français sur deux a boudé les urnes.

Une des raisons : la défiance vis à vis des politiques face à leur incapacité à répondre efficacement aux pressions économiques de la finance mondiale. La Grèce demeure un bon exemple en la matière.

 

L'autre virage à négocier pour les forces de gauche sera de limiter le poids des appétits et des égos sur dimensionnés au profit d'un réel projet alternatif et démocratique, d'une dynamique à la fois utopiste et réaliste accompagnée par un élan populaire.

 

Les dangers sont devant nous. Certain cénacle, entendent de nouveau interférer dans le processus au détriment des militants et du peuple de gauche.

Le Parti socialiste va-t-il encore se tirer une balle dans le pied, en se fiant à des sondages manipulés, en n'écoutant pas ses partenaires ?

La direction sera-t-elle une fois de plus tentée de contourner ses militants, en vendant des adhésions à 20 euros avec droit de vote pour les primaires internes histoire de candidater qui un patron de la banque mondiale, qui une présidente de région ?

 

Du côté du PCF, les perspectives ne sont guère mieux.

Avec le Front de gauche, la formation de la place du colonel Fabien, a perdu des bataillons d'élus au profit du Parti de gauche et de groupuscules à l'instar de celui de la Gauche Unitaire.

Marie Georges Buffet entend tenir en juin un congrès de son Parti afin de céder sa place de dirigeante à un des fils de feu Paul Laurent. Les histoires de dynastie ne concernent a priori pas seulement l'Elysée. Voici pour la forme quant au fond, nous le touchons. L'absence de lignes politiques claires, de pensées réelles et profondes, ont transformé cette formation connue comme appui théorique de la gauche en un simple fond de commerce en charge du recyclage des anciens trotskistes du NPA et du PS. La dilution de cette formation dans une nébuleuse «  de gauche » semble la seule réponse politique de la direction sortante, quitte à appliquer un centralisme pas très démocratique à l'encontre de ses militants les plus critiques.

 

Chez Europe écologie, tout côtoie son contraire.

Avec un bon score aux européennes et aux régionales, les « verts » sont en grand appétit. Ils deviennent la deuxième force à gauche.

A gauche ? Poser ainsi la question souligne de fait les distorsions existantes entre un Daniel Cohn-Bendit et une Cécile Duflot. Le premier, ami de Bernard Kouchner, fait des appels du pieds au centre droit, la seconde se place plus dans une dynamique de gauche. Croisement incertain entre Bobos et militants déçus de la gauche, Europe écologie en plus de la guerre des égos devra se mettre au clair sur sa démarche politique.

 

Reste la dynamique consciente des militants (es). Nombre de ces derniers (es), quelle que soit leur appartenance perçoivent au quotidien sur leur lieu de travail,dans leur quartier, au sein des associations, les dérives anti-sociales et anti-républicaines du pouvoir en place. Ce souci de placer l'humain, en lieu et place de la finance, au centre d'un projet de société demeure fortement transcourant.

Des citoyens (nes) se lèvent chaque jour pour dénoncer les injustices en cours et chercher des alternatives. C'est sur ce vivier que doit se nourrir la volonté transformatrice des formations de gauche.

 

 

Par conséquent, si nous voulons éviter les remakes 2002 et 2007, les régions détenues par les gauches à dominante socialiste doivent devenir de véritables laboratoires d'alternative politique ( dialogue, mobilisation et création politique et démocratique).

Dans le cas contraire, le parti de l'abstention deviendra la première « formation » de ce pays. Ce déni (l'abstention) républicain gangrènera alors l'esprit de résistance au profit de recherche du bouc émissaire.

Là recommencera le coté obscur de l' Histoire mais des consciences républicaines veillent.

 

commentaires

VILLEMUR SUR TARN, FERMETURE D'UNE CLASSE À MICHELET ?

Publié le 25 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Entre La « régle à calcul » ou l'éveil des jeunes esprits,

il faut choisir...

 

Par Jean Philippe Tizon.

 

La tendance demeure lourde de conséquence au plan national. Luc Chatel, à l'instar de Xavier Darcos, remercié pour son mauvais résultat en Aquitaine, continue le dégraissage du mammouth.

Des dizaines de milliers d'enseignants appelés à ne plus être remplacés après leur départ à la retraite, une attaque contre la ligue de l'enseignement et de tous ses dérivés laïcs, la liste est longue.

S'ajoute, un discours lénifiant du ministre, à propos de l'égalité des chances avec, tout droit sorti de son chapeau, le quota de 30% d'élèves issus des milieux dits défavorisés dans les grandes écoles.

Cette idée a mis au moins en exergue l'intelligence d'esprit et de cœur de ceux ou celles dont le seul effort est d'être bien né.

Ces derniers(es) s'inquiétant alors de la possibilité de vivre, in situ, une baisse du niveau de leur établissement phare.


« le droit à l'esprit prime

sur celui de l'arrière-train

fut-il grand bourgeois. »

 

« No quiet, dear friends ! ». La suppression de poste, le non remplacement des enseignants dans les écoles situées en milieu populaire, en banlieue des grandes métropoles, va limiter de fait la prétention des gueux (ses) à infiltrer, sur les bancs d'établissements, les ayants droit des milieux aisés (financièrement mais intellectuellement ?).

Pour la petit histoire, Sciences Po Paris et Normal Sup ont décidé d'ouvrir leurs portes aux élèves les plus talentueux de la « zone ». Par altruisme ? Que nenni. Tout simplement, parce que les enseignants et administrateurs des illustres institutions ont voulu redynamiser et relever le niveau.

En effet, les « bien nés (es) » se comportaient de plus en plus en ayant droit d'une charge familiale, sans grand intérêt pour la réflexion.

Il n'est point rare de trouver des lignées : L'arrière grand-père Alphonse de..., le grand-père Pierre-Charles de …, le père Charles-Henri de, et la fille Antoinette Louise de.. (enfin une femme pourriez vous me dire !) ont tous siégé avec de moins en moins de brio sur ces bancs où normalement le droit à l'esprit prime sur celui de l'arrière-train fut-il grand bourgeois.

 

Le pouvoir en place, il devient urgent d'en avoir conscience, ne prend pas uniquement sa revanche de classe sur ce peuple ingrat qui a osé le Front populaire, la Résistance, Mai 68, Mai 81etc, il s'attaque au fondement même de la République et à son pilier qu'est l'Education Nationale.

Les débats feutrés sur la suppression de l'Histoire, de la Philosophie pointent la partie visible de la volonté en cours de mener un coup d'état dans les esprits.

Des enfants, sans esprit critique, sans recul, sans connaissances basiques et approfondies deviendront des citoyens de seconde zone, qui bien entendu, à rare exception, ne seront pas en mesure de mettre en cause les pouvoirs des « élites » décadentes en place.

 

En République

Villemurienne ?

 

Pour revenir plus prosaïquement sur notre terrain villemurien, certains (es) avanceront l'idée que ces préoccupations grandiloquentes ne concernent pas forcément les enfants de cette vallée du Tarn.

C'est grâce à ce type de « raisonnement » que les tenants en place conduisent, à la cosaque, leur réforme.

En quoi un enfant modeste mais intelligent de notre bonne ville se verrait-il interdire un tel parcours ?

Tout simplement parce qu'il existe un schéma de reproduction sociale intégré, inconsciemment, au sein des familles mais aussi chez nombre d'enseignants,«  La connaissance, ce n'est pas pour nous » ou « lorsque l'on voit les parents, il n'y a pas grand chose à faire » reviennent de façon récurrente, sous des formes variables.

 

Aujourd'hui, pourtant, la différence entre un métier manuel et intellectuel devient ténue.

Un plombier qui ne possède pas une bonne formation en mathématiques, en physique des fluides, en anglais, en français, une bonne gymnastique d'esprit et ne s'interroge pas sur son rapport aux autres deviendra non seulement un piètre professionnel mais aussi un humain sans grand intérêt.


« Ce n'est pas aux enfants à s'adapter à l'institution

mais bien à l'institution à s'adapter aux besoins des enfants. »

 

Je ne cherche pas à jeter l'opprobre sur les professeurs, bien au contraire.

Leur métier a foncièrement changé ces quinze dernières années.

D'enseignants, ils sont devenus éducateurs, assistantes sociales, voire policiers.

Aujourd'hui, le sarkosysme entend les transformer en collaborateurs d'un décervelage généralisé. Les enseignants de la république villemurienne, qu'ils soient du primaire ou de collège n'y échappent pas.

Pour résister à de tels dérapages, il reste primordial de comprendre l'évolution sociale et politique de notre système mais aussi le rôle éminemment politique (au sens de polis) que doit jouer l'individu comme professeur (e) et citoyen (ne).

 

La fermeture d'une classe à l'école élémentaire Michelet, parce que qu'il manquerait 13 élèves pour la rentrée, ne tient pas de l'anecdote mais d'une volonté politique précisée précédemment. Cette volonté de fermeture est une aberration humaine pour le devenir de tous nos enfants.

En effet, lors du dernier conseil d'école, les participants ont été informés des résultats des évaluations des CM2.

Ces derniers sont bien inférieurs à la moyenne nationale. L'enseignant exprimait aussi son souhait de voir un certain nombre d'entre eux redoubler.

Même si le mode d'évaluation reste contestable, il signale néanmoins un malaise grandissant de notre société, Villemur n'y échappe pas.

 

Il est important dans ces colonnes de signaler que cette tendance ne se pose pas en terme de fautes aux...

Ce n'est pas la faute aux enseignants si la dérive sociétale actuelle tient plus à l'abêtissement des consciences qu'à leur éveil, ce n'est pas non plus la faute aux parents qui, pour certains revivant leur échec scolaire à travers leurs enfants, croient résister à l'ordre établi.

Ils possèdent une représentation sociale entretenue par les pouvoirs politiques successifs qui contribue à culpabiliser le prof, comme fonctionnaire privilégié, bien payé, profitant de nombreux congés, etc...

 

Il devient important de sortir de cette dualité, pour mettre en exergue une volonté de placer les enfants au centre du processus. Ce n'est pas aux enfants à s'adapter à l'institution mais bien à l'institution à s'adapter aux besoins des enfants.

 

A Villemur, devant la faiblesse des niveaux de connaissances, l'accroissement des difficultés sociales, il demeure déterminant, pour la réussite de l'ensemble des élèves de maintenir la classe en primaire Michelet (CP et CE1), soit pour l'instant entre 20 et 21 enfants par classe.. Nous n'avons pas le droit moral, comme individu et citoyen, de rajouter à la précarité de plus en plus grandissante des parents, celle programmée des enfants.

Il en va du devoir et de la prise de conscience républicaine, des parents, des enseignants, et des élus de refuser ce processus. Autrement quelle crédibilité aurions nous , les uns et les autres, auprès des enfants si nous n'avions pas le courage de dire ces simples mots :

NON  A L'INJUSTICE ?

 

commentaires

MYSOGINES MALGRE EUX ?

Publié le 22 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Des célèbres blagues sur les blondes aux différents termes que les hommes utilisent à gorge déployée pour les qualifier, les femmes ne manquent pas d’être un sujet qui amuse, qui émoustille… et qui fâche !

 

Dans nos contrées du Sud Ouest, la femme est souvent reléguée à la seconde place, celle qui lui sied le mieux et qui est fonction des désirs de la gent masculine plus encline à utiliser les compétences culinaires ou autres qualités plus secrètes plutôt que de faire appel à ce qu’on nomme communément la réflexion, la connaissance, l’analyse ou l’intelligence.

J’entends d’ici les railleries de ces bons vieux misogynes qui n’ont trouvé chez la femme aucune de ces qualités !

 

Pourtant, le « sexe faible » a été très présent au cours des siècles passés et a marqué l’histoire d’une manière remarquable. L’exception, diront les hommes de mauvaise foi ! Rosa Parks aurait pourtant fait pâlir de honte nos hommes politiques contemporains par son courage et sa détermination. Marie Curie aurait ridiculisé certains physiciens par ses travaux sur la radioactivité pour lesquels elle a reçu le prix Nobel de physique en 1903. Il aura pourtant fallu attendre 1995 pour qu’elle trouve sa place auprès des « grands hommes » du Panthéon !

 

Combien de femmes ont sacrifié leur vie en jouant un rôle déterminant dans la Résistance, offrant la liberté à tout notre peuple ?

Combien risquent encore la leur pour libérer leur pays de l’oppression et de la dictature ?

Que dire d’Aung San Suu Kyi qui se voit assignée à résidence depuis 2003 et qui a vu sa vie amputée par 14 années de captivité pour des raisons politiques ?

 

Bernardin de Saint Pierre, écrivain et ami de Jean Jacques Rousseau, écrivait que

« L'homme sans la femme et la femme sans l'homme sont des êtres imparfaits dans l'ordre naturel. Mais plus il y a de contraste dans leurs caractères, plus il y a d'union dans leurs harmonies ».

Cette citation a sûrement du bon dans le sens où elle n’écrase et n'annihile ni l’homme, ni la femme. Tous deux sont complémentaires dans l’histoire de notre société.

 

La femme n’est ni cette « espèce » que l’on rêve de voir soumise et effacée, ni la harpie féministe vivant en amazone pour réduire les reproducteurs à néant.

 

Au-delà de ces deux définitions, il y a des êtres humains qui, comme les hommes, ont une sensibilité, une pudeur, une générosité et un immense amour pour la liberté et le respect. Louis Aragon l’avait bien compris, lui homme de lettres, mais aussi homme engagé qui partagea sa vie avec Elsa Triolet, femme libre et respectée !

 

Au 21ième siècle, la femme est encore bafouée, stigmatisée, harcelée et insultée :

 

  • Si elle n’ouvre pas la bouche, c’est une gentille blonde ;

  • Si elle dit tout haut ce qu’elle pense, c’est une hystérique ;

  • Si elle ose rappeler les principes démocratiques de base, c’est une « fouteuse de m…. »

 

Si… si… si… allons Messieurs, un peu de sérieux que diable ! Le monde évolue, les femmes ont fait leurs preuves, elles continuent leur combat pour exister pleinement ! Laissez-vous toucher par ces évolutions qui pointent leur nez dans votre contrée villemurienne dont les portes sont trop longtemps restées fermées. Vous n’en serez pas moins respectés, vous en serez sûrement enrichis !

 

Cessez cette attitude qui finit par vous ridiculiser et vous empêtrer dans ce rôle de mâle d’un autre temps, celui où vous n’aviez pas besoin d’être intelligents parce que vous dirigiez avec fermeté et violence notre destin de femmes !

 

 

Catherine TIZON

commentaires

Elections régionales 2010, résultat du second tour du canton de Villemur sur Tarn

Publié le 21 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

elec2 1
2tour a
2tour b
commentaires

AU SOUVENIR DES MONSIEURS F

Publié le 20 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

A qui pensez-vous ?

Monsieur Ferrat, Monsieur Ferré, oh non pas de rapprochement envisageable.

 

Le F de Ferrat, Ferré symbolisait Fierté, Fougue, Feu, Fraternité, Fidélité … .

Le f de ces noms est à rapprocher de fiel, félon, fourbe, facile, fade … .

 

Le E de Ferrat, Ferré pouvait être Emule, Exalté, Enthousiaste, Eminent … .

S'il y a un e dans ces noms il ne peut qu'évoquer ennui, ennemi, élastique comme certaines consciences si toutefois ces monsieurs f en ont une … .

 

Un R, y a-t-il un R, Rageur, Réaliste, Rêveur, Rebelle, Révolutionnaire, Rouge … .

Chez Ferrat et Ferré le R Redouble.

Oh que non ! Pas de R Révolutionnaire, plutôt un r railleur, rusé, ridicule, risible … .

 

Le A d'Amour, d'Amitié, d'Amertume parfois … .

Non, ce sera le a d'arrivisme, d'amoral, d'avantage, même pas le a d'autoritaire nécessaire si, à bon escient utilisé et à ne pas confondre avec l'aveugle autoritarisme.

 

Un T tel Tendresse, Transparence, Ténacité … .

Non, le t de trahison, de terrible terreur accolé à lâcheté, de ténu comme parfois le courage.

 

Ferrat, Ferré savaient l'Amitié, avaient sûrement éprouvé des déconvenues et en accord avec La Fontaine pouvaient penser …

 

«Chacun se dit ami mais fou qui s'y repose

Rien n'est plus commun que le nom, rien n'est plus rare que la chose »

 

Nos monsieurs f eux, ont tendance à jouer avec les gens comme les enfants avec les ballons.

Ballons maniables, qu'on jette, rattrape, lance à d'autres, que l'on peut crever … .

Nos monsieurs f ont oublié qu'il existe des « baudruches » qui rebondissent, ils ignorent aussi car seuls ceux qui en sont pourvus le savent que :

 

« L'amour propre est un ballon gonflé d'air d'où il peut sortir des tempêtes si on le crève ».

 

 

MG GIMENEZ

 

commentaires

OPPORTUNISME

Publié le 18 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Il est des morts irrécupérables qui empoisonnent la vie des politiques jusque dans la tombe.

Quelle idée Monsieur Ferrat de mourir au printemps des élections régionales, faisant ressurgir votre « France » face à l'identité française de monsieur Besson.

Quelle idée de ramener à la surface des valeurs que l'on tente de discréditer, sacré farceur va !

Tout le monde connait les coupes incessantes dans les effectifs de gendarmerie ou de police.

Sans scrupule, sans complexe on s'émeut devant la mort d'un policier victime semble-t-il de l'ETA.

Pire encore si l'on en croit l'AFP monsieur Fillon n'a pas hésité lors d'un meeting de soutien à madame Pecresse à enterrer un second policier victime de cailloutage à Epernay.

Fort heureusement ce policier, toujours vivant devrait subir une intervention aujourd'hui même.

« Caillasser, insulter, vandaliser, tirer, tuer, désormais il semble qu'il n'y ait plus aucune limite pour certains » (propos de monsieur Fillon).

Montrez du doigt ces infâmes profanateurs de nos lois !

Qu'on les livre à la justice !

Au fait, quelle justice se demandent les pauvres citoyens.

 

MG GIMENEZ

commentaires

Le Terme à la pêche

Publié le 18 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

nohic peche
commentaires

Villemur sur Tarn, exposition automobile

Publié le 18 Mars 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

tuning 2010
commentaires
1 2 3 > >>