Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

CONVENTION ENTRE E3 ET LA CHAMBRE DES MÉTIERS ET DE L'ARTISANAT.

Publié le 30 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

La « plus grande entreprise de France »

parie sur un dynamisme de proximité non délocalisable

 DSCN05541

 

Ce mardi 21 juin l'association E3 a signé une convention de partenariat avec la Chambre des Métiers et de l'Artisanat.

Laurence Gombert, présidente de E3 remercie tout d'abord les différents acteurs locaux qui prennent part au développement économique de notre bassin de vie.

Madame la sénatrice Françoise Laborde représentée par Sandrine Dapare son attachée parlementaire.

Monsieur le Président du conseil Général représenté par madame Sandrine Floureusse ainsi que tous les maires, les présidents de Communauté de Communes de Villemur et de Saves Garonne, monsieur Cujives, président du Pays Tolosan, monsieur Perez président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de la Haute-Garonne, ses remerciements vont aussi à toutes les personnes de la société civile présentes.

Madame Gombert est reconnaissante à madame France Monribot (chargée de mission de E3) du travail accompli pour arriver à la signature de cette convention.

E3 souhaite aider les forces vives du tissu économique à porter leurs projets dans cette époque difficile.

Avant de lui laisser la parole elle remercie monsieur Jean Claude Boudet pour son aide et son accueil.

Monsieur le Maire de Villemur souhaite la bienvenue aux participants dans cette ville sympathique malheureusement connue par la lutte d'une entreprise.

Villemur est une ville avec un passé entrepreneurial mais également un présent, 500 emplois pour Labinal, une cinquantaine pour VMI et la Mie Occitane de laquelle il faudra reparler.

A Villemur la culture économique et industrielle est forte de même que le tissu artisanal et commercial.

Bien que traversant une période de noirceur et d'orages il affirme sa confiance dans l'avenir.

Labinal va consacrer 12 millions d'euros d'investissement dans son futur site sur Pechnauquié.

La Mie Occitane a peut être trouvé un repreneur.

La future zone intercommunale sera signe de richesse économique.

Les différents partenariats communes, communauté de communes favorisent pour E3 le lien entre publics, entreprises et demandeurs d'emplois.

 

Eric Oget pour une coopération interactive

et interdépendante

 

Madame Sandrine Floureusse prend la parole pour dire le souci du Conseil Général d'aménager le territoire, la volonté d'aider les acteurs de terrain et le travail avec monsieur Perez pour soutenir artisans et commerçants.

Espace, Emploi, Entreprise résume la prise en compte des difficultés problématiques en rapprochant l'offre et la demande sur le territoire.

Elle croit au développement endogène des territoires, les actions de terrain boostent l'activité économique.

E3 effectue un travail remarquable confirmé aujourd'hui par la signature de cette convention?

Madame Gombert remercie le Conseil Général et monsieur Izard pour son soutien qui fait « chaud au cœur » et donne la parole à monsieur Eric Oget qui à travers un dialogue permanent soutient et participe à la pérennisation des actions de E3.

Elle le remercie pour le « crédit confiance » chaque année renouvelé.

Monsieur Oget fait remarquer que dans la Communauté de Communes, Villemur occupe une place centrale et que des difficultés rencontrées il faut tirer des conclusions pour aller de l'avant.

Avec l'aide du Pays Tolosan et dans le cadre du SCOT. Villemur devient une zone d'intérêt régional, le développement économique avec Pechnauquié sera dès 2011 le point de départ d'une coopération interactive et interdépendante d'une volonté de dynamiser en fédérant et en travaillant ensemble avec Grenade et Eurocentre.

Il ne faut négliger aucune volonté, mobiliser l'ensemble des forces comme par exemple le Comité de Ré-industrialisation né de la volonté de citoyens de voir Villemur se développer.

L'ensemble des forces doit permettre de « se mettre debout » pour travailler sur différentes activités.

L'OMPCA sur le territoire de la communauté a permis la modernisation et le développement des petits commerces et de l'artisanat.

Il faut aider les gens producteurs de richesse sur le territoire, impulser et fédérer les énergies pour s'en sortir.


« Un Pays Tolosan

incontournable »

 

Monsieur Cujives président du Pays Tolosan prend la parole pour dire son plaisir d'être à Villemur.

Le Pays Tolosan est un vaste territoire, 70 communes, 5 communautés ; il s'étend de Verfeil à Cadours, de Villemur à Pechbonieu, 98 000 habitants en font le territoire le plus peuplé de Midi-Pyrénées.

Les communes de moins de 10 000 habitants connaissent des difficultés pour se développer économiquement. Elles représentent des territoires difficiles à appréhender.

Dans ces communes doit se construire ou s'accentuer un tissu artisanal de petites et moyennes entreprises.

EUROCENTRE est une des plus belles zones d'activité de la Haute-Garonne et une zone attractive.

Il faut comprendre que le Pays Tolosan est une association de communes, de communautés de communes qui vont débattre de l'avenir qui passe par le dialogue, la concertation mais aussi la mobilisation de financements émanant, en cette époque de bataille contre les subventions croisées, de celles issues du Conseil Régional, Conseil Général mais aussi de l'Etat et de l'Europe.

Un exemple en est « la maison des vins et du tourisme de Fronton ».

Le Pays Tolosan met à la disposition des communes et communautés une structure d'inginiérie.

Le Pays donne naissance à des projets tels la zone de Pechnauquié, foyer de développent économique et industriel.

Il y a une volonté d'accompagner ce territoire en souffrance.

De nombreux projets se rattachent au développement économique comme VALTERA (Saves-Garonne).

Malgré ce qui est dit les infrastructures restent intéressantes, deux autoroutes sont attractives et sources de développement.

Il faut veiller également à l'animation des centre-villes.

Dans le cadre du Pays Tolosan des projets existent entre Grenade et Fronton. Sortira bientôt un guide des circuits courts et produits du terroir qui permettra de découvrir les richesses liées à l'activité agricole en rapprochant producteurs et consommateurs.

Monsieur Cujives remercie monsieur Boudet qui occupe au sein du Pays Tolosan le poste de président de la commission développement économique ainsi que Laurence Gombert, présidente du conseil de développement. Il salue sa détermination à accompagner le développement économique par l'accueil et la création de liens entre chefs d'entreprises, salariés, communauté civile … .

Laurence Gombert sollicite de France Monribot la présentation des offres développées par E3.

Madame Monribot rappelle l'évolution du PRAIE vers E3, Espace qui au delà de l'Emploi s'investit sur l'Entreprise.

Débuté en 2009, concrétisé en septembre, Espace Emploi Entreprise travaille efficacement en « puissance 3 » sur différents volets, insertion, aide au recrutement, à la formulation de CV, accueil information des artisans et porteurs de projets, accueil collectif mais aussi individualisé et personnalisé sur rendez-vous.

E3 conduit une action pluridisciplinaire*.

 

Madame Monribot termine en disant la satisfaction qu'elle éprouve de travailler avec madame Gombert et le conseil d'administration de E3 qui lui apporte un soutien sans faille et lui accorde toute confiance.

Madame Gombert assure « dans les petites associations on ne peut évoluer sans confiance ».

 

« Une chambre des métiers

en action ».

 

Elle poursuit en attirant l'attention sur le travail de terrain effectué par la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, acteur majeur du développement économique « A l'écoute des besoins des artisans, vous avez une action majeure dans le développement local grâce notamment à l'investissement de vos collaborateurs directs, monsieur Yves Yvinec directeur général de la CMA, monsieur GuillaumeChanaud directeur du développement économique. J'ajoute que vous avez sur le terrain un relais de qualité en la personne de Guy Daimé. Leur présence parmi nous ce matin confirme l'intérêt que vous portez aux artisans du territoire ».

Sans attendre la signature de la convention une enquête auprès des entreprises artisanales de la communauté de communes de Villemur a commencé.

Madame Gombert ajoute « monsieur le président, je suis consciente de l'importance de cette convention de partenariat et je m'engage à porter ce projet avec constance et détermination ».

Après cet hommage madame Gombert laisse la parole à monsieur Perez, Président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de la Haute-Garonne.

Monsieur Perez adresse un salut à l'assistance, remercie madame Gombert car sans sa volonté et celle de madame Monribot il n'aurait pu découvrir le site somptueux des Greniers du Roy (sympathique clin d’œil).

Il affirme que l'avantage de prendre la parole en dernier permet d'avoir la confirmation que l'ensemble des motivations exprimées vont dans le même sens que sa volonté personnelle.

Il apprécie la cohérence et la vitalité des membres de l'association, des hommes, des femmes politiques.

L'artisanat c'est 7400 actifs chez nous. Il reconnaît la difficulté pour les politiques de porter une vision sur l'entreprise artisanale, il faut pourtant maintenir et développer les grandes et moyennes entreprises car ce tissu local, lui, ne délocalise pas.

Il souhaiterait pouvoir rayer des esprits le mot macro au bénéfice du mot micro.

Le développement de l'artisanat et du commerce est un « outil de sécurité » pour les villes moyennes.

Il faut être présent pour accompagner le futur artisan.

Les services de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat sont à la disposition de tous, son existence passe par le service à celui qui se questionne.

Plusieurs collaborateurs avec chacun sa spécificité sont à la disposition des artisans sur le territoire avec la volonté commune de rendre le travail plus facile.

Engagement et concertation prévalent, chacun apporte ses connaissances, ses visions sur le territoire dans l'intérêt commun de la collectivité.

« Nous sommes au cœur de la vraie vie ».

il faut faire avancer les entreprises en gardant le côté humain.

Monsieur Perez a rencontré personnellement les artisans pendant 11 ans.

Suite à ce convainquant et chaleureux discours la signature de la convention intervient suivie des remerciements de madame Gombert.

Autour d'un café ou d'un chocolat quelques intervenants ont pu faire connaissance, dialoguer dans une ambiance sympathique fédératrice de volontés.

 DSCN0521 1a

*Vous pouvez découvrir ou redécouvrir le travail et les partenariats de E3 dans l'article du blog « Assemblée générale de E3 ».

commentaires

PRENDRE UN ENFANT PAR LA MAIN

Publié le 24 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Infos pratiques - droit - services - social ...

La notion de parentalité apparaît très floue, à qui s'adresse-t-elle ?

Seulement aux parents, à leurs fonctions, à leurs responsabilités, ou ce terme veut-il aborder un problème public devenu politique du fait que selon certains, les parents se reposeraient de plus en plus sur l'état et les institutions pour faire assumer des responsabilités qui normalement leur incombent.

 

Changement de société, transformation de la famille.

Travail des femmes, instabilité des couples ont fait naître bien des questionnements.

Des professionnels viennent aujourd'hui déterminer des méthodes pour être des parents responsables, ils créent des échelles de performances, être parent est un métier.

Faut-il en plus d'éduquer des enfants, éduquer les parents ?

Faut-il considérer le parent en jugeant ses compétences, lui fixer des objectifs qui, non atteints, révèleraient des incompétences, des défaillances … .

Depuis longtemps déjà l'état intervient dans la vie familiale, notion de minorité, de majorité, allocations, droits de l'enfant … .

Pourquoi du terme « parent » en arriver à la « parentalité » ?

Parce que nos jours, la fonction parentale n'est plus assumée par les seuls parents génétiques, l'exclusivité de la parenté liée au fait biologique laisse la place à cette parentalité qui donne des pouvoirs à plusieurs personnes sur l'éducation, la satisfaction des besoins d'un enfant.

 

La famille en question.

Toute les transformations subies par la famille classique depuis plus de 30 ans ont amené la notion de parentalité.

Les familles recomposées, même si le beau-père, la belle-mère n'ont aucun pouvoir juridique sur les enfants du conjoint, ils remplissent un rôle parental et développent des liens affectifs.

La famille adoptive n'a pas de lien biologique mais les adoptants seront parents à part entière démontrant que ce rôle ne tient pas seulement à des fonctions génitrices.

Cette considération se développe de plus en plus avec l'homosexualité, les méthodes de procréation artificielles.

Quelques questions à se poser.

La famille est-elle en crise ?

Les transformations sont-elles sources d'incapacité ?

Y-a-t-il nécessité d'un retour à la cellule familiale traditionnelle ?

Le non mariage ne semble pas être un handicap au rôle de parent, l'enfant reste source de préoccupations. On peut rester parent même si l'on ne forme pas un couple dans le sens entendu du mot.

Le problème se pose différemment selon les conceptions, les ressentis. Pour certains, la transformation subie par la famille traduit un besoin d’émancipation, pour les autres cette émancipation n'est en fait que l'expression d'un individualisme reniant tous les repères de la famille traditionnelle élevée au rang d'institution.

Si on porte le débat sur le plan économique il est indéniable que la famille doit s'adapter à l'évolution des modes de production, de consommation, du marché de l'emploi et de sa flexibilité.

 

L'effondrement de la structure familiale.

Depuis les années 90 le débat concernant la famille devient public et tourne autour de l'incompétence voire l'irresponsabilité des parents qui serait à l'origine de l'accroissement des incivilités des adolescents.

Choix de se tourner vers une famille « traditionnelle » contre choix d'opter pour une famille « progressiste ».

Le problème ne se pose plus en ces termes, il est dépassé par la vision commune et quasi unanime réduite à un débat tournant autour de l'insécurité, effaçant des questions pertinentes sur les inégalités, qu'elles soient sociales, culturelles, économiques.

Les parents devenus trop préoccupés d'eux mêmes au détriment de leur progéniture, des institutions, l'école entre autre incapable de transmettre le respect et d'imposer l'autorité, voilà les responsables.

Peut on se contenter de cette analyse simpliste?

Il paraît trop facile de justifier certains passages à l'acte relatés par les médias par la déstructuration de la famille en excluant tous les facteurs complexes sociaux-économiques qui influent sur notre vie à tous.

N'est-ce pas une solution de facilité de choisir la famille comme bouc émissaire de situations bien plus complexes.

La famille : une réponse simple qui évite de poser des questions essentielles.

Ne serait-il pas plus constructif de considérer et de réfléchir en écoutant le malaise ressenti par des parents non pas démissionnaires mais en grande et réelle difficulté.

Il faut déterminer avec eux le champ de leurs responsabilités, si ils n'en ont pas conscience, considérer leur vécu, leur vision des prescriptions sociales et rechercher avec eux les points qu'ils peuvent déléguer, sous leur contrôle, à des grands-parents, des éducateurs … .

 

Nous gardons tous des souvenirs du modèle éducatif que nous avons connu, notre ressenti peut nous le faire rejeter ou nous inciter à le reproduire en l'adaptant.

Le milieu social, le niveau d'études, la profession, la situation familiale classique ou monoparentale, un enfant ou plusieurs, tout doit être considéré et ajusté en fonction des évolutions de notre vie, de la capacité voire la nécessité de déléguer dans certains domaines.

 

En conclusion.

La notion de parentalité doit engager à une réflexion sur notre société, ses contraintes, ses inégalités.

Des parents n'ont besoin d'aucune aide, ils connaissent le sens des responsabilités, détiennent les compétences.

D'autres craignent et éprouvent le besoin de trouver des conseils. Il faut pouvoir les accompagner sans les culpabiliser, les faire douter de leurs compétences.

Peut-être faudrait-il se poser la question face à des difficultés avérées, des dérives réelles de savoir si les parents sont vraiment démissionnaires ou s'ils sont dépassés par des situations qu'ils ne peuvent ou ne savent plus gérer.

Évoquer la parentalité, c'est rejeter un discours de dénonciation, de culpabilisation, c'est apprendre à écouter, accompagner, échanger des expériences en tenant compte des conditions de vie concrètes de chacun.

Il n'existe pas de livre de recettes pour être un « bon parent ».

 

Quelques lectures :

  • Bruno Bettelheim « Pour être des parents acceptables » (Editions Robert Laffond).

  • Bourdieu 1974 « Avenir de classe et causalité du probable » (Revue française de sociologie n° 15).

  • A. Percheron 1991 « La transmission des valeurs » (La Découverte).

  • E. Sullerot 1984 « Pour le meilleur et sans le pire » (Faillard).

MG Gimenez

commentaires

Une retraite d'Afrique du Sud à l'image du pouvoir en place.

Publié le 23 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Par : Jean-Philippe Tizon.

 

Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas fan de football – oui ça existe- que nous allons crier avec les loups en direction de nos brebis à la toison d'or.

Rentrer dans le discours d'experts en sphère de cuir, capables nous ne nous en sentons point. Par contre, apporter une approche sociologique sur la retraite des bleus par similitude, cela semble nécessaire.

 

Tout d'abord nos fringants footballeurs possèdent à l'instar du pouvoir politique en place le même goût pour le « bling-bling » et le people.

Voici des « stars » aussi surpayés que certains patrons du CAC 40 qui nous la jouent « regardez nous comme nous sommes beaux, intelligents, puissants -bien sûr mesdames- ».

Avec un look dernier cri, ils sont partout nos coqs : à la télé, aux soirées privées, avec ou sans prostituées de luxe (etc.) sauf là où nous devrions les attendre : le terrain..

Bien entendu à force de fréquenter le gratin rassi, ils couvrent les unes des magasines « people ». Un tel couche avec une telle, la crise de nerf d'une épouse, le coup de poing homérique d'un autre. Bref c'est devenu du sport version « les feux de l'amour » sous série américaine pour mémés fleurs bleues.

 

Certains ex salariés de Molex, de Continental et d'ailleurs laissent parler leur amertume : «  c'est cher payé pour jouer l'acteur en short ».

Pourtant, ils devraient posséder une certaine habitude.

Pour le côté bling-bling et people souvenez-vous ; « Nicolas divorce », « Nicolas chez Disney », « Nicolas et sa Rolex », « Nicolas et la présentatrice du journal », et dernièrement « Nicolas (1) et la famille Woerth », « Nicolas (2)et les bijoux de la Castafiore Bettencour ».

 

Après le côté scène, la similitude côté terrain reste aussi impressionnante. Nous assistons au Haka franchouillard.

Des balancements d'épaules puissants, des mentons volontaires, des sourcils menaçants, des cris rituels fulgurants pour impressionner et déstabiliser l'adversaire. Le capitaliste ripoux, les boursicoteurs, les banques, les licencieurs boursiers et les fillettes d'en face en crampons n'ont plus qu'à bien se tenir.

Le rituel pousse-t-il à l'efficience ?

 

Regardons les matchs précédents :

 

Molex (2) France (1). Le but français vient de l'action des supporters pour imposer VMI.

 

Freescale (1) France (0). Malgré l'action des supporters, l'équipe France et son capitaine n'ont pas été à la hauteur.

 

Continental (2) France (1). L'action des supporters pour imposer une autre stratégie à l'entraineur et capitaine de l'équipe a permis de marquer un point de dernière minute. Par contre, quelques supporters ont été sanctionnés pour être rentrés trop vigoureusement dans l'aire de jeu. A méditer

 

Mittal (3) France (2) : Le Haka du petit coq se voulait déterminé. Mittal prend l'avantage dès le départ.

Les joueurs de l'équipe France réagissent mal. L'action des supporters locaux pousse à l'égalisation.

Mittal reprend la Balle et marque un second point.

Le capitaine a beau pousser son Haka, il reste peu efficace sur le terrain. Mittal enfonce le clou.

Les supporters déterminés poussent au changement de stratégie et la France marque un second point mais ne rattrape pas son handicap.

 

Afrique du Sud (2) France (1) : La Bérézina pour la patrie des Droits de l'Homme et de l'orgueil surdimensionné, les pieds dans la merde.

Pas d'esprit d'équipe, des égos très centriques, du pognon à la pelle et un résultat pas fabuleux.

Par contre, la fierté des Sud-Africains ne peut que réconcilier le foot avec l'esprit du sport. Le ballon rond avec l'éthique (un gros mot)

 

Bien entendu, nous pouvons tous crier : « Nicolas Domenech démission. Raymond Sarkosy démission ».

Un entraîneur, un capitaine et une équipe sont importants pour occuper le terrain.

Reste, tout de même l'essentiel c'est à dire définir une nouvelle stratégie. Sur cette question les supporters de Molex, de Continental, de Ford, etc possèdent leurs petites idées pertinentes.

 

Nous vivons avec ces équipes de France retraites sur retraites.

Au moment où le domestique Val renvoie, un pied au cul, Stéphane Guillon de la matinale de France-inter, il serait temps de donner un autre sens au droit à la retraite et à la Nation FRANCE, nation des Lumières, s'il en est.

commentaires

Fête de la musique :

Publié le 23 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

Une soirée plutôt fraîche malgré la qualité des prestations...

 

 

Décidément, ce 21 juin n’était pas placé sous le signe estival dont il est annonciateur ! C’est en effet par une soirée plutôt fraîche que les villemuriens ont pu célébrer la fête de la musique.

 DSCN0489

A cette occasion, la Tour de la Défense accueillait la chanteuse de Flamenco, Equidad BARES, notoirement connue pour ses chants enflammés et engagés entonnés a capela ou sobrement rythmés au son d’un seul et unique instrument.

 

Malgré un public peu nombreux, elle a su captiver l'attention tantôt par un sourire, tantôt par ce regard grave, tantôt par cette fougue qui la caractérisent et qu’elle sait, avec talent, distiller dans chacune de ses notes. Un moment passé en toute simplicité et avec un extrême plaisir.

 DSCN0495

La place a ensuite été donnée à deux jeunes femmes, une au piano et l'autre à la voix, qui ont enchaîné tour à tour du Mozart, du Poulenc, du Vivaldi… entre autres, prolongeant l’émotion du public.

 

La place de la mairie a pris vie en deuxième partie de soirée, sur un répertoire complètement différent, pour le plaisir des jeunes et des moins jeunes, avec un concert donné par l’Ecole de Musique de Villemur. Ces jeunes et leurs professeurs ont su nous faire partager les fruits de leur travail et ont permis aux plus téméraires d’oser quelques pas de danse sur une piste improvisée.

 

La soirée s’est terminée avec la projection du film de Pierre Yves Borgeaud, « Retour à Gorée », retraçant le périple du chanteur africain Youssou N’Dour sur les traces des esclaves noirs et de leurs musiques : le négro-spiritual jazz, etc.

 Retour-a-Goree

Est-ce à cause du froid ou du décalage avec les spectacles qui l’avaient précédé, le public s’en est allé ne laissant que quelques rares spectateurs face à l’écran installé sur la façade de la mairie pour l’occasion. Sûrement une déception pour les organisateurs…

DSCN0508

La fête de la musique se veut une fête populaire, l’expression libre de l’art musical, le non conformisme par excellence… A méditer pour l’an prochain !

commentaires

Il y a 70 ans

Publié le 18 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

affiche-appel-18-juin-1940

 

DE GAULLE

Première partie de l’appel du 10 juillet 1940

Peuple de France 

« Notre pays connait maintenant les terribles conséquences de 1a politique criminelle suivie par des gouvernements indignes, responsables de la GUERRE, de la DEFAITE, de L'OCCUPATION.

Des milliers et des milliers de jeunes gens et de pères de famille sont tombés, des milliers et des milliers d'évacués chassés de leurs foyers ont connu le plus lamentable des exodes sur les routes de France, de nombreuses villes, de nombreux villages ont été détruits, des malades et des blessés souffrent dans les hôpitaux, des centaines de milliers de prisonniers se morfondent loin de leur famille, des veuves, des vieux parents, des orphelins pleurent leurs disparus.

La France meurtrie, douloureuse, trahie par ses dirigeants subit la rançon de la défaite. Voilà où nous ont  conduits les politiciens à la DALADIER, à la REYNAUD, à la MANDEL, qui. soutenus par un Parlement de VALETS et de corrompus, ont poussé la France à la guerre pour servir les intérêts des ploutocrates, pour supprimer les libertés publiques, pour faire régner la terreur, écraser le peuple et porter les armes contre l'URSS, pays du socialisme (envoi de matériel de guerre aux gardes blancs finlandais et constitution de l'armée Weygand en Syrie).

Les faits sont là qui montrent à quel point cette politique a fait faillite, à quel point elle a été néfaste.  L'heure est venue de situer les responsabilités de tous ceux qui ont conduit la France à la catastrophe.

La clique des dirigeants banqueroutiers de la politique de guerre a bénéficié de l'appui de tous les partis, unis dans une même besogne de trahison et dans une même haine de la classe ouvrière et du communisme.  Le Parti Radical avec ses Daladier, ses Bonnet, ses Chautemps et ses Chichery; le Parti Socialiste avec ses Blum, ses Sérol, ses Ziromski, ses Paul Faure; les Partis de droite avec Flandin, Marin, Fernand Laurent, Laval, Chiappe; l'USR avec Frossard, De Monzie, Déat, Marquet; le PSF avec La Rocque et Ybarnegaray; la bande à Doriot et les chefs usurpateurs de la CGT, les Jouhaux, Belin, Dumoulin, etc.  SONT TOUS RESPONSABLES DES MALHEURS DE LA FRANCE.

La malédiction de tout un peuple trahi monte vengeresse vers ces hommes qui ont voulu la guerre et préparé la défaite,

A cause de ces hommes, la moitié du territoire frmçaîs subit l'occupation de l'armée allemande, aux frais de la France comme l'indique le traité d'armistice.

A cause de ces hommes, le Peuple de France connaît l'humiliation de cette occupation et ne se sent pas chez lui.  Il voit en même temps, que le Gouvernement de traîtres et de vendus siège à Vichy en attendant de venir à Versailles, pour imiter le sinistre Thiers, mise sur des concours extérieurs pour se maintenir au pouvoir contre la volonté de la Nation.

Mais rien ne pourra empêcher que les comptes soient réglés et les masses laborieuses en demandant que LA France SOIT AUX FRANÇAIS expriment à la fois LA VOLONTÉ D'INDÉPENDANCE DE TOUT UN PEUPLE et sa ferme résolution de se débarrasser à tout jamais de ceux qui l'ont conduit à la catastrophe.

Seuls, les Communistes ont lutté contre la guerre !

Seul, debout dans la tempête, fidèle à sa politique de paix, notre Grand Parti Communiste s'est dressé contre la guerre, comme il s'était dressé seul contre l'occupation de la Ruhr par Poincaré, parce qu'il a toujours été CONTRE L'OPPRESSION D'UN PEUPLE PAR UN AUTRE PEUPLE

Nous, Communistes, nous avons défendu le Pacte germano-soviétique parce qu'il était un facteur de paix, et dès le premier mois de la guerre, alors que la répression s'était abattue sur nous, face à tous les profiteurs, affairistes et politiciens pour qui la guerre était une fructueuse entreprise NOUS AVONS RÉCLAMÉ LA PAIX par l'envoi d'une lettre des Députés Communistes au Président de la Chambre.

C'est pour cela que ces députés ont été emprisonnés et condamnés, c'est pour cela que des milliers de communistes ont été jetés dans les cachots et les camps de concentration cependant que, sous la menace de la prison et du peloton d'exécution, nos militants ont continué vaillamment la lutte pour la Paix.

Désormais, chaque Français est à même de constater que si les propositions communistes, toutes de clairvoyance et de sagesse avaient été suivies, la guerre avec ses désastres aurait été épargnée à notre pays.  Mais les GOUVERNANTS FRANÇAIS QUI N'ONT PAS VOULU LA PAIX ne se sont pas préparés à la guerre et ont sciemment organisé la trahison.

Avant la grande offensive allemande de Mai dernier, politiciens et généraux français ont fait la guerre à l'intérieur contre les ouvriers et en même temps ils ont désorganisé la production, saboté la fabrication des chars et des avions, puisé dans les stocks de l'armée française pour ravitailler les réactionnaires finlandais. Ils n'ont rien prévu, rien organisé, ils ont renoué la tradition d'incurie criminelle des généraux du Second Empire.  Tous ces hommes, civils et militaires, ont trahi la France et sont indignes de la moindre parcelle de confiance.

Seul, un Parti a vu clair, seul, un Parti a eu raison, seul, un Parti n'a été ni dupe, ni complice, seul un Parti a eu le courage de lutter; ce Parti, C'EST LE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS, PARTI DU PEUPLE, AU SERVICE DU PEUPLE.

La France veut vivre libre et indépendante

La France encore toute sanglante veut vivre libre et indépendante.

Le Peuple de France veut régler lui-même, conformément à ses traditions et à son génie, les questions sociales et politiques surgies de la trahison des classes possédantes.  La France ne veut pas être mise au pas par les aventuriers de Vichy.

Jamais un grand peuple comme le nôtre ne sera un peuple d'esclaves et si, malgré la terreur ce peuple a su, sous les formes les plus diverses, montrer sa réprobation de voir la France enchaînée au char de l'impérialisme britannique, il saura signifier aussi à la bande actuellement au pouvoir, SA VOLONTÉ D'ÊTRE LIBRE.

Les politiciens, civils et militaires, à la solde du capitalisme ont conduit le Peuple de France à la guerre sous prétexte de DÉFENDRE LA LIBERTÉ et, aujourd'hui ils imposent leur dictature. parce qu'ils ne veulent pas rendre de comptes, parce qu'ils veulent que les ploutocrates puissent s'enrichir de la défaite comme ils se sont enrichis de la guerre,

CELA NE DOIT PAS ÊTRE; CELA NE SERA PAS ! La France ne deviendra pas une sorte de pays colonisé, la France au passé si glorieux ne s'agenouillera pas devant une équipe de valets prête à toutes les besognes.

La France doit se relever, elle se relèvera, il le faut, dans l'intérêt même de la fraternité des peuples, que, de toutes façons nous voulons.

La France doit se relever en tant que grand Pays avec son industrie et son agriculture. Aucun travailleur français ne pourrait admettre que soient anéanties ou laissées à l'abandon les richesses industrielles de la France qui doivent revenir à la collectivité nationale.

La France doit se relever, mais elle ne se relèvera que par le travail et dans la liberté. Les usines doivent toutes rouvrir et travailler pour les besoins quotidiens des hommes; les paysans doivent être ramenés à leur terre d'où la guerre les a chassés en grand nombre. Ce n'est pas en enrôlant des jeunes gens, ainsi que semblent vouloir le faire les traîtres de Vichy, pour les amener à la campagne comme des serfs, que seront résolus les problèmes économiques posés devant notre pays.

La France doit se relever pour être une terre de travail et de liberté, mais non une terre de servitude et de misère

Qui donc peut relever la France ?

Qui peut relever la France ? C'est la question qui se pose.

Ce ne sont ni les généraux battus, ni les affairistes, ni les politiciens tarés qui peuvent relever la France; ils ne sont bons qu'à la trahir et à la vendre.  Ce n'est pas dans les milieux corrompus du capitalisme que peuvent se trouver les éléments de la renaissance nationale. C'est dans le Peuple que résident les grands espoirs de libération nationale et sociale.

Et c'est seulement autour de la classe ouvrière ardente et généreuse, pleine de confiance et de courage, parce que l'avenir lui appartient; c'est seulement autour de la classe ouvrière guidée par le Parti Communiste, Parti de propreté, d'honneur et d'héroïsme, que peut se constituer LE FRONT DE LA LIBERTÉ, DE L'INDÉPENDANCE ET DE LA RENAISSANCE DE LA FRANCE.

Nous appelons à s'unir pour sauver notre pays, pour l'arracher des mains de ceux qui l'ont conduit au désastre, les Paysans,  les Petites Gens qui ont été si abominablement trompés par le Parti Radical, les Travailleurs socialistes que le Parti de Blum et de Paul Faure ainsi que les chefs traîtres de la CGT ont placé à la remorque des potentats du capital, les travailleurs chrétiens à qui les princes de l'Église ont prêché la confiance en des gouvernements indignes, tous les Français honnêtes qui veulent que la France se relève et se libère des chaînes du capitalisme qui a préparé le désastre pour détruire les conquêtes sociales de 1936.

L'UNITÊ DE LA NATION PEUT SE FAIRE.  Elle doit se faire et elle peut se faire tout de suite, pour alléger le fardeau de misère qui pèse sur notre pays.

Que tous les hommes et femmes de bonne volonté, que les vieux et les jeunes s'unissent à la ville, au village, partout, en des comités populaires de solidarité et d'entraide, pour organiser l'assistance aux réfugiés, aux malheureux, aux démobilisés, aux chômeurs, aux malades, aux blessés; pour organiser le ravitaillement qui, dans de nombreuses communes isolées n'est pas assuré; pour créer d'un bout à l'autre du Pays, un esprit de solidarité fraternité fondé sur le principe « UN POUR TOUS, TOUS POUR UN ».

La France au travail

Mais s'il faut panser les plaies, il faut aussi reconstruire; reconstruire pour le bien de la collectivité et non pour fournir l'occasion de nouveaux profits aux maîtres et protégés de ces Messieurs du gouvernement de Vichy,

IL FAUT REMETTRE LA FRANCE AU TRAVAIL, mais en attendant, à faut assurer le pain quotidien aux sans-travail.  Et pour remettre le pays au travail il faut mobiliser les ressources de la Nation, EN CONFISQUANT TOUS LES BÉNÉFICES DE GUERRE ET EN EFFECTUANT UN PRÉLÈVEMFNT MASSIF SUR LES GROSSES FORTUNES.

IL FAUT REMETTRE LA FRANCE AU TRAVAIL, mais pour cela les voleurs capitalistes doivent être mis hors d'état de nuire, les mines, les banques, les chemins de fer, les chutes d'eau et autres grosses entreprises doivent être restitués à la Nation.

IL FAUT REMETTRE LA FRANCE AU TRAVAIL, mais pour cela il faut assurer aux petits et moyens paysans des livraisons d'engrais à bas prix, livraisons que rendrait possibles le retour à la collectivité nationale des industries chimiques, et il faut aussi remettre à ceux qui les travaillent les grosses propriétés foncières appartenant aux banquiers, seigneurs et autres exploiteurs du Peuple.

IL FAUT REMETTRE LA FRANCE AU TRAVAIL, mais pour cela il faut que les pouvoirs publics au lieu de se désintéresser du sort des paysans fassent droit à leurs revendications ;

a) paiement des récoltes détruites ou perdues du fait de la guerre; b) livraison de semences sélectionnées; c) paiement de dommages pour la reconstruction des maisons détruites et le renouvellement des instruments aratoires détériorés ou anéantis, ce qui donnera du travail à de nombreux ouvriers; d) livraison d'animaux aux paysans sinistrés pour la reconstitution du cheptel; e) versement d'une indemnité aux petits paysans sinistrés pour qu'ils puissent vivre en attendant la prochaine récolte.

IL FAUT REMETTRE LA FRANCE AU TRAVAIL, sans subordonner la reprise de l'activité économique du pays au profit des capitalistes, et en s'attaquant, au contraire, aux privilèges des classes possédantes. (....)


L'Appel du 10 juillet 1940 est un texte du Parti communiste français (PCF), intitulé "Peuple de France", rédigé aux alentours du 15 juillet 1940, rédigé par Jacques Duclos , signé Thorez-Duclos et distribué à partir de la fin juillet 1940

commentaires

ASSEMBLEE GENERALE DE L'ASSOCIATION E3

Publié le 16 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

100 0507

Ce mardi 15 juin s'est tenue l'assemblée générale de l'association E3 (anciennement PRAIE).

La présidente, Laurence Gombert, remercie tout d'abord Monsieur Claude Gualandris, maire de La Magdelaine, pour son accueil.

Elle poursuit en adressant un grand merci à Monsieur Eric Oget maire de Mirepoix et Président de la Communauté des Communes ainsi qu'à tous les maires de la communauté qui répondent présent à chaque sollicitation et font confiance à l'équipe.

N'oubliant ni l'ensemble des institutions, ni les collègues du conseil d'administration et du personnel, elle souligne la détresse à laquelle ils doivent tous faire face.

Elle remercie enfin les personnes présentes pour un soutien auquel elle est particulièrement sensible.

Rapidement, avant de laisser la place à Madame Muñoz, elle évoque le déménagement dans les nouveaux locaux plus spacieux et l'évolution du PRAIE vers E3 avec la naissance d'un « espace entreprises ».

Madame Muñoz présente l'ensemble des partenaires (vous pouvez retrouver ces derniers sur la plaquette ci-dessous).

e3

Des précisions sur le travail effectué et la situation locale sont ensuite présentées.

5 509 personnes ont pris contact avec E3 pour des conseils et informations.

650 personnes bénéficient ou ont bénéficié d'un suivi individuel parmi ceux-ci 229 hommes et 421 femmes, 161 jeunes de 16 à 25 ans, 355 adultes et plus d'une centaine âgés de 50 ans et au-delà.

Il ressort de l'ensemble des données chiffrées une grande précarité.

De nombreuses personnes ont de très faibles ressources, même en y incluant le RSA.

Des demandeurs d'emploi ne sont même plus indemnisés.

L'absence de permis de conduire pour des raisons diverses, l'absence de véhicule personnel aggravent des situations déjà préoccupantes.

La demande d'emploi des seniors est un phénomène en plein accroissement.

Beaucoup de femmes en situation monoparentale ou non sont « en galère ».

Le jeune public sur le secteur semble accéder un peu plus facilement à l'emploi.

Les postes sont essentiellement fournis par le secteur du BTP, celui des services à la personne, le secteur des transports semble être lui aussi porteur.

Monsieur LACAILLE, directeur du Pôle Emploi de Saint Alban, indique qu’à fin mars 2010, 527 demandeurs d’emplois étaient inscrits sur notre secteur. Le Pôle Emploi doit faire face à une augmentation de 20% du nombre de demandeurs d’emplois longue durée, une augmentation de la population « séniors». Parallèlement à cela, on note une chute de 18 % au niveau des offres d’emplois. Sans parler de reprise économique, on peut toutefois tenir compte d’un frémissement avec notamment une reprise du secteur intérimaire.

Au cours de cette réunion la lumière a été donnée sur le SARAPP-GRETA-GARONNE qui lutte contre l'illettrisme et l'association ARCADE en charge de l'insertion des travailleurs handicapés psychiques.

La parole est donnée à Monsieur Denis Parise pour rappeler la situation de MOLEX, « E3 va être rejoint par une grosse partie des ex-salariés de MOLEX » qu’il estime entre 150 et 180, dont 40 % résident dans le Tarn et Garonne. Il rappelle qu’il occupe un poste à la « commission formation » du Conseil Régional. Un budget de 700 000 € a été alloué à la formation. « La formation aide un peu, mais il n'y a pas de débouchés ».

 

Le succès du Forum Emplois Saisonniers au collège de Villemur, de même que celui du Forum Social de Bouloc, a été confirmé.

Le forum social s'est mobilisé sur l'illettrisme et diverses addictions rendant l'intégration dans le monde du travail encore plus difficile.

 

La responsable MSA informe de leur participation à l’élaboration d’un site internet. L’idée est venue des agriculteurs du canton qui ont pris conscience du besoin de parler de leur profession. Ce site devrait voir le jour d'ici septembre.

 

Madame France Monribot démontre l'intérêt du volet « entreprises » débuté en octobre 2009. Si au départ, cette initiative était un peu « intéressée » du fait qu’elle pouvait permettre de collecter des offres d’emplois notamment, l’association E3 s’est vite rendue compte que les petites entreprises du secteur (artisans et TPE) connaissaient d’énormes difficultés tant économiques que juridiques. Elle a donc ajouté un volet « conseils aux entreprises ».

 

Il faut faire connaître cet espace entreprise à tous les acteurs du territoire, il constitue un indéniable activateur de réseau indispensable au développement du nord toulousain.

 

Le service à la carte pour les entreprises et les futurs entrepreneurs peut passer par un diagnostic des besoins, la recherche de solutions et l'information ciblée.

 

Un partenariat s'est créé avec les divers acteurs du secteur, les élus contactent E3.

 

Deux petits déjeuners d'entreprises, un à Mirepoix, l'autre à Paulhac se sont déroulés.

 

A noter qu’une réunion se tiendra pour une convention avec la chambre des métiers le 29 juin 2010, une autre en septembre avec les entreprises, artisans, commerçants.

Pour toute info vous pouvez joindre E3 (05 61 37 61 29).

 

Le bilan financier sommairement présenté reste à la disposition de tous, il est unanimement adopté.

 

Monsieur Oget sollicite la parole pour saluer le travail de E3 qui lève un éventuel doute sur son utilité. Il remercie l'ensemble des bénévoles et le personnel au nom de la communauté de communes. Les conditions économiques difficiles nécessitent de semblables structures.

 

Madame Gombert évoque un projet qui lui tient à cœur, tenter d'obtenir des fonds européens...

Elle lit un message émanant de la commune de Villemur. Madame De Vecchi entre au conseil d'administration de E3 pour cette ville en remplacement de Monsieur André Parize.

Il faudra la remplacer à la communauté de communes pour laquelle elle siégeait jusque là.

 

Monsieur André Parize prend la parole pour dire sa satisfaction d'avoir offert la présidence de E3 à Laurence Gombert.

Connaissant sa capacité d'investissement, il est persuadé que E3 ne peut qu'évoluer encore, « elle saura donner une dimension importante à E3 ».

 

Madame Gombert remercie encore les personnes présentes parmi lesquelles des représentants du Comité de Coordination pour le Développement Economique et Industriel du Bassin de Vie de Villemur sur Tarn, comité auquel se sont associés des membres de E3 dans le cadre d’une commission œuvrant pour le sauvetage de la Mie Occitane.

 100 0508

L'assemblée générale se termine par un sympathique verre de l'amitié.


commentaires

Fête du Terme

Publié le 16 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

P8050236 da

programme 1a

programme 2a

orchestre

commentaires

UN CANARD TROP CORIACE POUR FINIR A « L'ORANGE »

Publié le 16 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Est ce l'ambiance hitchkokienne, nous sommes ces temps ci par des volatiles de toutes plumes quelque peu obsédés.

Celle de celui ci est à la fois agile, pour certains venimeuse, pour d'autres essentielle.

Essentielle pourquoi?

Parce qu’elle met au grand jour nombre des injustices qui de droite ou de gauche ne peuvent qu'alerter sur un nécessaire retour vers plus d'égalité.

Parmi les pigeons que nous sommes, nombreux sont ceux ayant subi un triste événement, celui ci provoquant colère, ils se sont enfermés dans le ressentiment. D'autres ont préféré transformer leur détresse en action vengeresse, d'autres se disent encore, et bien que dépités, que même sans moyen autre que volonté, il faut se révolter pour toute noble cause et la faire avancer.

Merci gentil canard que l'on dit enchaîné d'informer le bon peuple, on lui demande trop de serrer la ceinture, béat de contempler, en silence surtout, les dérives avérées qu'on tente d'excuser tel 12 000 euros disparus en fumée.

Oh bien sur, que de risques tu cours, dans une casserole on te préfèrerait toi qui passe ton temps à nous les dénoncer.

Une note d'humour qui il y a quelques lunes nous faisait bien marrer, souvenez vous du sketch de Robert Lamoureux.

Comme il nous faisait rire avec cet animal qu'on voulait faire cuire, pas moyen de l'occire.

Au bout de quelques temps, malgré bien des efforts, le canard c'était lui, gaillard, vivait encore.

Même sort on te souhaite, volatile malin, puisses tu résister à toute tentative de te couper le bec.

Si par erreur funeste tel malheur survenait, l’œil ouvert, dérangeant, ne saurait rester sec et en larmes fondrait.

 

http://www.lecanardenchaine.fr/une4677.html

 

M-G Gimenez

commentaires

Vol au dessus du nid d'un coucou

Publié le 15 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Peste soit il du temps qui nous fait radoter!

Il en est ainsi de bon nombre de nos contemporains qui au nom de leur âge font semblant d'oublier.

Radoter radoter, c'est certes très facile de justifier par l'âge des propos étudiés faits pour nous amener à réagir spontanément dévoilant quelque peu certains ressentiments.

Rencontré ces jours-ci, un oiseleur célèbre voulait nous faire croire que lacunes il avait sur des sortes d'oiseaux pourtant très familiers …

On ne peut être dupe, était-ce de l'humour, il était bien caché.

Toujours est-il que notre homme en oiseaux s'y connaît, il fût un temps si près, presque « inséparable » de celui qu'il regrette en son fort intérieur d'avoir vu s'envoler tout plein d'ingratitude.

Connaisseur en coucous, il en a élevé, des coucous à colliers, des coucous éperviers, des coucous fugitifs qui se sont fait tout pâles quand le temps fût venu de défendre le bilan contrasté de la main nourricière.

On le sait, le coucou est un oiseau malin qui détruit tous les œufs de ses contemporains.

Quand le petit jaillit, il croît un peu trop vite aux yeux de ses parents quelque peu dépités de le voir engloutir à grand coups de becquées la pâté amassée.

Il s'envole l'ingrat, et joue à cache cache, tantôt se rapprochant pour ne pas dévoiler qu'en fait, c'est par le nid qu'il est intéressé.

Bien nourri, protégé, instruit, ayant conquis sa cour, il commence d'un coup à trouver à redire à l'espace laissé, le nid est trop petit, poussez vous donc un peu, allez vieux faites place.

Que mange-t-on ici et de quoi l'on s'abreuve?

Je mérite bien mieux, il faut que je manœuvre.

Il hèle la colombe, symbole de la paix, s'entoure de moineaux sachant bien grappiller, des pigeons il recrute, il en faut quelques uns pour porter le chapeau de quelques erreurs funestes, eux ils auront bon dos.

Un rossignol ou deux pour leur chant qu'on admire et puis quelques oiseaux que l'on sait très agiles. Martin-pêcheurs pour rechercher l'info, le corbeau qu'on connaît pour sa triste figure et qui à l'occasion peut être carnassier et puis la pie qui sous son beau costume feint de jacasser pour mieux vous questionner.

Ça y est, sa cour est bien choisie, il peut là c'est certain sans craindre l'ennemi s'envoler tout serein vers l'aire convoitée.

L'aigle depuis longtemps c'est vrai l'a désertée et le menu fretin qui s'était emparé du logement royal n'est pas à la hauteur pour défendre les lieux.

Le coucou est rusé et sait anticiper tout instinct de révolte qui pourrait s'amorcer.

En pitance, il honore de ses remerciements celui qui colporte, naïf ou pas, certains évènements.

Un coquin de coucou apte à tout ficeler.

Un malin de coucou sachant si bien berner que même les futés sont vite dépassés.

Un coucou chante haut imposant le silence à tout autre oiseau pour son impertinence.

Un coucou si charmeur qu'il saurait endormir le naja somptueux n'y voyant que du feu.

Et là bas, tout au loin, l'oiseleur ébahi se questionne encore sur l'oiseau si petit.

 

Certains, ingénument clament que le coucou annonce le printemps.

Le printemps cette année s'avère bien pluvieux, pleure t' il lui aussi sur tant d'espoirs déçus.

 

 

MG GIMENEZ

commentaires

LE POUVOIR

Publié le 14 Juin 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Seule compte ma toute puissance
Et cela depuis ma petite enfance
A mes fins je veux arriver
Quels que soient les moyens utilisés

Avec toi je suis mal à l’aise vraiment

Sans cesse je crois voir tes dents
Toujours prêtes à me dévorer
Et cela je ne peux le supporter

Quelque soit le boulot que tu fasses

Il va falloir que je t’efface
Car de l’ombre tu me fais
Cela me déplait tu le sais

C’est pas ma faute, je n’y peux rien

Je ne crois pas en l’être humain
Autour de moi je veux seuls des agneaux
Et toi hélas tu es plutôt taureau

Alors pour pouvoir te chasser

Une raison il me faut inventer
Les agneaux eux me suivront
Des autres qu’importe l’opinion


"Alain connu"

commentaires
1 2 3 > >>