Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD)

Publié le 28 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Le projet d’aménagement et de développement durable est un document recensant comme son nom l’indique les projets et objectifs d’une collectivité locale au niveau du développement économique et social, de l’environnement et de l’urbanisme.

L’article L.122-1-3 de la loi Grenelle II explicite les objectifs du PADD en matière d’urbanisme, de logement, de transport, de déplacement des implantations commerciales, du développement touristique, culturel, du développement des communications électroniques, de la préservation et la mise en valeur des espaces naturels.

Le PADD n’est  plus opposable aux tiers mais le zonage et toutes modifications du PLU doivent demeurer en cohérence avec lui.

Le PADD fixe la limite essentielle entre révision et modification, si il est porté atteinte à l’économie générale du PADD il faut réviser le PLU.

Nous faisons partie du pays Tolosan et notre PADD doit tenir compte de la charte de développement de ce pays.

Un débat clair au sein du conseil municipal doit avoir lieu au minimum deux mois avant l’arrêt de projet du PLU, le PADD devrait permettre à la population de contrôler les engagements des élus.

Il est important d’assister aux réunions afin de détenir l’information, de comprendre et réagir.

Avant l’approbation du PLU il est possible d’annoter des remarques sur les registres prévus à cet effet, de pendre rendez-vous avec un commissaire enquêteur chargé de l’enquête publique pendant laquelle les documents sont communicables au public.

commentaires

CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 25 OCTOBRE 2010

Publié le 27 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

 

 

Monnaie, Monnaie. Le temps c'est de l'argent

mais pour quoi faire ?

 

Des sous, des sous avant que la mise à la diète de la réforme territoriale ne survienne.

Des subventions sollicitées, actées rapidement pour engranger, les projets, semble-il non arrêtés, seront affinés plus tard. L’essentiel d un conseil municipal qui voudrait confirmer des inquiétudes pour la gestion des années à venir.

 A déplorer une minorité pâlissante, à encourager des interventions des conseillers plus fréquentes.

Trois absents pour la majorité avec procurations.

Trois absents pour la minorité avec une procuration. Mise aux voix du procès verbal du 06 septembre 2010.

Monsieur Parize souhaite avant le vote savoir ce qu’il est advenu de sa requête concernant certains CDD employés à la piscine municipale.

Monsieur le Maire répond que la DRH s’est absentée 15 jours, et n’a pas eu le temps de s’occuper du dossier.

La question ne manquera pas d’être reposée lors du prochain conseil municipal.

Monsieur le Maire précise que la non réponse à cette question ne s’oppose pas au vote du procès verbal, il a été décidé que les commentaires n’étaient pas mentionnés sur le procès verbal de compte-rendu.

Vote à l’unanimité.

 

Administration générale :

 

  • Lancement de la procédure de déclassement du domaine public d’une venelle sise au lieu-dit « Entourettes » à Villemur sur Tarn.

Cette venelle a été annexée avec l’accord de l’ancienne municipalité, il est demandé au conseil municipal d’engager une procédure de déclassement, un commissaire enquêteur prendra la décision qui devrait déboucher sur une vente au prix fixé par les domaines, les frais restant à la charge de  l’acquéreur.

Vote à l’unanimité.

  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SIAH de la région. Président monsieur Bétirac Patrice.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SIAH du PAR. Président monsieur Gualandris Claude.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SIE de la région de Villemur. Président monsieur Azo Jacques remplacé par madame Héron Catherine.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SSTOM du département qui gère la décharge de Villeneuve les Bouloc. Président monsieur Boudet Jean Claude.

Pour ces syndicats il n y a pas de vote, il s’agit seulement d’une prise de connaissance des rapports.

Ces rapports ne sont pas communiqués au public lors de la séance.

  • Syndicat mixte de l’eau et de l’assainissement de la Haute-Garonne. Transfert de compétences complémentaires.

La commune de Villemur avait adhéré à ce syndicat uniquement pour l’assainissement autonome et propose d’y adhérer pour une infime partie de la compétence assainissement collectif. La partie en question concerne le transport des eaux usées, soit un tuyau de 200 mètres qui relie les réseaux à la station d'épuration.

Cette adhésion permet de continuer de travailler avec le syndicat tout en gardant la maîtrise de l'agrandissement de la station d’épuration pour laquelle la MISE sollicite encore une étude complémentaire.

Par ailleurs les pourparlers sont en cours pour créer deux mini-stations sur Sayrac et Le Terme, les sites  ayant été localisés par le bureau d études.

Monsieur Bétirac Patrice demande s’il est possible de ne transférer qu’une seule compétence de l’assainissement collectif, il lui est répondu que c’est tout à fait possible.

Monsieur PARIZE demande si la commune souhaite garder un lien avec le syndicat des eaux afin de lui confier d'autres compétences ultérieurement. Monsieur BOUDET répond que la station d'épuration actuelle est saturée ; il précise que l’organisation future de Villemur avec le PLU sera liée pour de nouvelles constructions à l’agrandissement de la station d’épuration. Si on ne garde pas la maîtrise, l'état, au moment du PLU, s'opposera à la construction. Il faut donc lancer les travaux, ensuite on verra pour le transfert d'autres compétences.

 

Personnel :

 

  • Indemnités de conseil aux agents de la direction des services fiscaux.

Chaque année un fonctionnaire des impôts tient une permanence. A ce titre, il perçoit une rémunération de 1 219,59€.

Monsieur Chantriaux ne comprend pas pourquoi ce fonctionnaire est payé deux fois.

Ceci est légal.

Une voix contre.

  • Modification du tableau des effectifs.

Un agent titulaire avait été recruté en qualité d'ATSEM depuis plusieurs années alors qu'elle occupait une fonction d’agent d’entretien. Elle souhaite régulariser cette fonction, l’opération ne modifie en rien sa rémunération.

Vote à l’unanimité.

 

Affaires scolaires :

 

  • Modification du règlement de la restauration scolaire.

Cette modification à pour but d’assurer la surveillance des élèves et d’organiser la préparation des repas.

Le système actuel ne fonctionne pas correctement.

De nombreuses familles, presque 50 % ne renseignent pas correctement les fiches d’inscription engageant ainsi la responsabilité de la mairie et du personnel. La préinscription devient obligatoire sous peine de refuser l’enfant.

Monsieur Parize demande quelles seront les consignes données si un enfant non inscrit se présente.

Monsieur Amiel répond que les parents seront contactés et si nécessaire convoqués à la mairie.

Monsieur Daniel Régis affirme que l’enfant n’a pas à être à la cantine, il y a  transfert de responsabilité en cas d’accident, l’enfant pour le moment devrait être tout de même accueilli mais cela est préoccupant.

Monsieur Parize demande si cette décision a une relation avec le nombre d’impayés.

Monsieur Amiel répond que le nombre d’impayés est conséquent, 2 500€ pour deux mois.

Le prix de la cantine est passé de 2,20€  à 2,50€. Le coût de revient est de 7€ environ.

Pour les familles nécessiteuses, le CCAS peut octroyer une aide.

Toutefois, beaucoup d'impayés sont liés à la négligence de la part de la famille et c’est le rôle du maire de recouvrir les créances, il est impossible de laisser la porte ouverte à tous les abus. Pour le moment, il faut surtout retenir l’obligation d’inscription.

Monsieur Toussenel soulève qu’il faudrait étudier le prix du repas en fonction du revenu des familles.

La commission se penchera sur la question.

Monsieur Parize relève que les cas les plus nécessiteux sont aidés jusqu à 90 % du prix du repas.

Monsieur Amiel dit qu’il faut faire l’effort de rencontrer les personnes responsables, on ne peut pas laisser la situation dégénérer, il y a des gens qui payent avec de modestes moyens, c est une question d’équité, on réfléchit à un règlement plus sévère.

Vote à l’unanimité.

 

Finances :

 

  • Réhabilitation de l’espace BRUSSON. Création d une salle de spectacles. Demande de subvention.

Monsieur Régis précise que la commune est propriétaire depuis 2004 et qu’il est indispensable d’accélérer le processus de réhabilitation.

Il y a de nombreuses réflexions sur le devenir des lieux.

Monsieur le Maire précise qu’une demande de subvention n’entérine pas un projet définitif.

Les études menées ont établi le constat qu’il y avait un besoin à l’échelle du nord toulousain d’une salle de spectacles conforme aux différentes activités artistiques, danses, chants, théâtre…   .

Il n’y a rien en dehors de Montauban, Toulouse et Albi.

Le projet prendrait place dans le bâtiment le plus à même d’accueillir ce genre de salle, l’ancienne scierie Brusson à proximité d’un parking.

Le coût de réhabilitation serait à la base de 1 650 000€ HT. Toutefois, si on ajoute le coût des études et différents frais annexes, on arrive à un montant de 2 170 740€ H.T.

L’Etat, le Conseil Régional et le Conseil Général sont sollicités.

Il y a urgence car la réforme territoriale va modifier les dotations de chacun.

L’architecte des bâtiments de France ne semble pas opposé à la démolition des bâtiments sans valeur architecturale.

Monsieur André Bétirac demande la capacité d’accueil de la salle, elle sera de 370 à 400 places.

Monsieur Parize rappelle que durant la campagne électorale, l’équipe s’était engagée à réhabiliter le théâtre et à répondre au souhait des habitants qui semblent attendre une grande salle polyvalente afin d’accueillir des lotos, bals, repas associatifs. La salle prévue sera-t-elle susceptible d’accueillir ce genre de manifestation ?

Monsieur Régis répond qu’il est prévu un système escamotable afin de libérer de la place mais que cette salle n’aura pas vocation à accueillir prioritairement ce genre de manifestations. Il doit y avoir dans les 150 salles polyvalentes dans tous les alentours, nous avons besoin d’une salle de spectacle. Il y a besoin d un espace pour réorganiser la vie culturelle, il faut répondre à des besoins sans retomber dans le même genre de salle existante par ailleurs. Les lieux pourraient être loués à des compagnies.

Monsieur Parize semble penser que l’équipe souhaitait prendre en compte les attentes de la population.

Monsieur le Maire souhaite synthétiser, « nous devons ce soir nous prononcer uniquement sur une demande de subvention. » il poursuit en disant que par rapport aux besoins de la population il faudra rénover le théâtre, le mettre aux normes, cela prendra du temps et il faut attendre de pouvoir lui substituer provisoirement une autre salle. Il insiste sur le fait qu’il s agit aujourd’hui de se prononcer sur des demandes de subventions et non sur un projet.

Vote à l’unanimité.

  • Remise en état de deux courts de tennis en terre battue. Monsieur Bragagnolo précise qu'il s'agit des courts couverts. Demande de subvention.

Il s agit de l’entretien annuel, deux courts extérieurs sont entretenus chaque année.

Vote à l’unanimité.

  • Acquisition d ordinateurs pour la mairie. Demande de subvention.

Trois ordinateurs achetés pour remplacer les anciens devenus obsolètes.

Que deviennent les anciens ordinateurs ? Réponse vague.

Vote à l’unanimité.

  • Travaux d’aménagement dans la salle affectée à l’association de culture physique et de musculation. Demande de subvention.

Vote à l’unanimité.

  • Travaux d’aménagement dans la salle affectée à l’association K’DANCE et à l’école Anatole France. Demande de subvention.

Il fallait libérer la salle du Terme, nous avons donc aménagé cette salle située à Anatole France.

Monsieur Parize déclare ne pas s’opposer à une demande de subvention en espérant que cette fois ce sera la dernière sollicitée auprès du Conseil Général pour l’association K’DANCE qui a précédemment bénéficié de semblables subventions.

Monsieur le Maire précise que le parquet de la salle du Terme a été récupéré, monsieur Amiel poursuit en affirmant que cette salle sert aussi de lieu de sport pour les enfants scolarisés à Anatole France.

 Vote à l’unanimité.

  • Travaux de réfection de la toiture du bâtiment BRUSSON. Demande de subvention.

Les travaux de remaniement de la toiture sur la zone occupée par l’industrie alimentaire de Villemur sont en cours d’exécution. C’est une participation à la reprise d’activité, le rachat de la société ayant eu lieu aux alentours du 20 juillet.

22 900€ HT pour 200 m2 de toiture.

Vote à l’unanimité.

  • Travaux de réhabilitation des escaliers donnant accès au parking des berges. Demande de subvention.

Les consultations ont été effectuées, le coût s’élève à 14 931,76€ TTC.

Vote à l’unanimité.

  • Construction d un préau dans le parc de Bernadou. Demande de subvention.

Le permis de construite a été signé pour Bernadou. Les associations utilisatrices souhaitent pouvoir exercer des activités de plein-air, il y aura donc mise en place d’une structure équivalente à celle placée à Sayrac qui sera utilisée par les enfants du centre de loisirs ou les associations.

Coût des travaux 27 543,10€ TTC.

Vote à l’unanimité.

  • Construction d un City-park dans le parc de Bernadou.

C est là aussi une demande de subvention, le conseil municipal d’enfants sollicite un City-park en complément des équipements sportifs.

Les coûts de terrassement s’élèvent à 27 458,61€ TTC. La société AGORESPACE installera un espace multisports sur une surface réduite de 24m par 12. La structure fréquentée par les jeunes sera en accès libre. Le coût de cet espace ne nous est pas communiqué.

Vote à l’unanimité.

  • Réhabilitation du château de Bernadou. Travaux d’aménagement de salles de regroupement des assistantes maternelles. Demande de subvention.

L’espace jeune se déplacera vers Bernadou, les petits occuperont une partie du rez-de-chaussée.

Les assistantes maternelles qui ont besoin de se réunir pourront utiliser et rentabiliser ainsi ce rez-de-chaussée, elles ne se regroupent actuellement que deux matinées par semaine, elles pourront se retrouver tous les matins.

Une aide financière de 30 à 40 000€ pourrait être obtenue auprès de le CAF.

Vote à l’unanimité.

Monsieur le Maire précise qu’il est prévu de vendre des lieux occupés par certaines associations qui migreront vers Bernadou.

 

Urbanisme/Travaux :

 

  • Mise en place d’éclairage public route de Grifoul.

Coût des travaux : 7 027€ TTC, la participation restant à la charge de la commune serait de 2 420€.

Vote à l’unanimité.

  • Travaux d’extension de l’éclairage public à Sayrac.

Eclairage de la route des Vins, coût 3 225€ TTC, la participation restant à la charge de la commune serait de 1 137€ TTC.

  • Travaux d’électrification de la parcelle n° 1567 E située avenue du président Roosevelt.

Il s’agit du club canin qui souhaiterait être raccordé à l électricité, 889€ à la charge de la commune, le reste étant pris en charge par le SDEG.

  • Travaux de rénovation de l’éclairage public du pont Eugène Boudy.

Ce pont date de 1960, il est nécessaire de changer 18 candélabres devenus vétustes après avoir effectué une tranchée de 230 m. Par mesure de sécurité les candélabres devront être fixés à l’extérieur du pont. Deux mois de travaux sûrement au deuxième semestre de 2011.

Le coût total est de 123 354€, 49 583€ resteraient à la charge de la commune.

Le département est gestionnaire de la voierie et de forts travaux sont à effectuer sur les deux ponts.

Lors des réunions, les possibilités d’adjoindre une passerelle au pont suspendu ou de ne construire qu’un trottoir plus large sur le pont  Boudy ont été abordées, il s’avère que cela serait techniquement impossible.

 

Monsieur le Maire fait part d’un conseil municipal qui sera délocalisé aux Greniers du Roy le lundi 15 novembre.

Il s’agit d’une réunion d’information sur le projet d’Aménagement et de Développement Durable, élément essentiel du futur PLU.

Les villemuriens sont invités à participer à cette réunion.

(L’Œil se posera prochainement sur le PADD).

 

A la fin de la réunion Monsieur Patrice Bétirac a souhaité revenir sur les relations entre la zone d’activité de Pechnauquié et celle de Bessières.

Monsieur le Maire répond que la zone de Bessières est communale, celle de Villemur intercommunale.

Négociations et dialogues continuent avec la ville de Bessières.

Monsieur Parize à son tour souhaiterait savoir ce qu’il est advenu de l’étude commerciale présentée en 2009, étude qui attirait l’attention sur la nécessité de maintenir et développer l’attractivité commerciale de Villemur, il fait référence à la zone commerciale prévue sur Bessières.

Monsieur le Maire répond que le maire de Bessières a effectivement annoncé son projet, que le bureau d’étude de Bessières et celui de Villemur doivent se rencontrer pour harmoniser les différentes zones, que tout cela prend beaucoup de temps.

Monsieur Parize souhaite savoir ou en est le rachat des Magnolias.

Il manquait encore quelques documents, le rachat devrait avoir lieu d’ici la fin de l’année.

 

Comme toujours ce compte rendu se veut le plus fidèle possible
et nous restons ouverts à toute réflexion
ou toute précision.

 

 

La parole est donnée à la salle.

 

  • Un membre du comité des fêtes du Terme rappelle à Monsieur le Maire qu’au moment de la fête locale du mois de juin dernier, il a été annoncé que la salle des fêtes du village était rendue au comité. Or, la salle a été octroyée à une association qui louait dans des bâtiments privés et va l’occuper tous les jours pour des cours de gym, cette association pourra laisser sur place du matériel, chose interdite au comité des fêtes.

Jean Claude Boudet répond que déjà, lorsqu’il était élu aux côtés de Léon Eckoutte, le débat était houleux. Il y a, à Villemur, prés de 100 associations. Chacune a des besoins légitimes et cela ne remet pas en cause leur travail. Il est normal que la municipalité les aide.

Mais pour une commune comme la nôtre, cela devient impossible à gérer. On ne peut pas dire qu’une salle est allouée à une seule association. Monsieur BOUDET rappelle qu'on lui a reproché d’avoir voulu privatiser la fête, « il y a du vrai dans ce qui a été dit ». Il y a beaucoup de choses à mettre à plat.

La limite est ténue entre une association qui revêt un caractère désintéressé et celle qui revêt un caractère intéressé.

Pour la structure en question, ce sont les utilisateurs qui sont venus solliciter le maire. Si la municipalité ne mettait pas cette salle à leur disposition, ils ne pouvaient plus exister.

Les associations ont pris une ampleur telle à Villemur qu’on a du mal à déterminer leur caractère désintéressé. L’administration fiscale a trouvé que certaines associations n’avaient d'association que le nom. Ils ont donc envoyé un questionnaire à certaines pour pouvoir déterminer si leur objectif était intéressé ou pas. Dans l’affirmative, elles se doivent de payer les impôts et taxes liées à l’activité économique. Monsieur BOUDET pense qu'il sera obligé d'en arriver là pour les associations villemuriennes.

La salle du Terme ne sera utilisée tous les jours que jusqu’à 20 heures. Cela veut donc dire que les autres associations pourront l’utiliser après 20 heures en semaine, le samedi et le dimanche.

Exceptionnellement, en cas de manifestation durant le temps d’occupation de cette association et à condition de les prévenir suffisamment à l’avance, ils pourront renoncer à occuper la salle afin de permettre le déroulement de la manifestation. Ceci étant, il faut que cela reste exceptionnel.

Monsieur BOUDET signale que la mairie va faire rénover la salle des fêtes du Terme et envisage la construction d’un local afin que les associations puissent avoir un lieu de stockage pour leur matériel.

 

  • Une habitante du Terme souligne le problème de stationnement lorsque la salle est occupée. En effet, les véhicules stationnent des deux côtés de la rue, empêchant une circulation normale et sécurisée. Il conviendrait de réglementer le stationnement afin que les agriculteurs entre autres puissent passer sans problème avec leurs engins.

Jean Claude Boudet prend acte et précise qu’il a déjà reçu des doléances à ce sujet. Des mesures vont être prises avec notamment l’installation de panneaux.

 

  • Un résident du Terme souhaite revenir sur la création d’une mini station d’épuration au Terme et souhaiterait savoir quand les habitants vont être consultés.

Jean Claude Boudet informe l'assemblée qu'un cabinet d'études est en train de travailler sur le dossier afin de déterminer les possibilités en tenant compte des multiples zones inondables du Terme. Ils sont en train de recevoir des petits propriétaires fonciers pour acquérir des petites parcelles nécessaires pour y installer la mini-station. Les habitants seront informés en temps voulu.

 

La personne à l'origine de la question regrette qu'il n'y ait pas eu une plus grande concertation et estime que la population va être mise devant le fait accompli et devra simplement payer pour les raccordements. Il ne s'agit pas d'une véritable consultation.

 

  • Une autre personne de l'assemblée demande où en est le projet d'extension de la Voie Verte en direction de Montauban.

Jean Claude BOUDET regrette qu'Eric OGET ne soit pas présent, car c'est lui qui devrait répondre à cette question. Eu égard aux investissements lourds qu'il va y avoir avec la zone d'activités, il ne s'agit pas là d'un projet prioritaire et ce ne sera pas à l'ordre du jour.

Les besoins de notre commune et des habitants sont colossaux. Cela ne veut pas dire qu'ils soient irréalistes ou ridicules. L'état n'augmentera pas les dotations pendant trois ans, les ressources de la commune vont diminuer. Il y a aujourd'hui des investissements qui devront être revus. Dans le cas contraire, il faudrait augmenter les impôts de 20 à 30 %.

L'assemblée demande si, plus modestement, il serait envisageable d'entretenir le sentier existant, voire de l'aplanir afin de le rendre plus propice à la promenade.

Le Maire prend acte et s'engage à faire remonter la demande.

 

Enfin, puisque le conseil municipal se veut un lieu d'expression démocratique et citoyenne, il serait convenable que les conseillers municipaux attendent la fin des questions du public avant de s'habiller (même si la séance peut paraître longue à certains). Cela permettrait de poser les questions dans le calme et surtout d'entendre les réponses qui y sont apportées. Les élus, faut-il le rappeler, ne sont que délégataires de mandats accordés par le peuple.

 

Téléchargement de ce compte rendu sur notre site :

http://loeil-de-villemur.wifeo.com/documents/25-10-2010.doc

 

commentaires

Le serpent à sornettes.

Publié le 27 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

 

Par Jean Philippe Tizon

 

Le mythe du serpent, reste un instrument lourd à porter pour cet animal rampant à sang froid. Symbole à la fois complémentaire et antagoniste du savoir et de la trahison, il demeure dans l’imagerie populaire, relié depuis des siècles en cela par les religions abrahamiques, comme la représentation du Malin amenant Eve à convaincre Adam de  croquer le fruit défendu de l’arbre de la connaissance.

Sûrement que le Créateur aurait un jour ou l’autre donné la connaissance à nos ancêtres bibliques, puisqu’il créa l’homme et la femme à son image. Mais l’impatience combinée à la rouerie de l’ange déchu donna le résultat que nous supposons savoir.

Bien entendu, nous nous confrontons en termes de connaissances à une parabole de l’émergence de la vie consciente et de la conscience de la vie.

Cette image renvoie également à l’incapacité occasionnelle de l’humain – la femme comme l’homme- de se servir de sa liberté de penser pour dire NON.

La mythologie du serpent touche l’ensemble des civilisations poly ou monothéistes.

D’ailleurs, nombre de traditions contemporaines en Amérique latine reprennent les différentes représentations de notre reptile. Ils permettent de toucher du bout du doigt, à travers les âges,  les différentes approches culturelles et cultuelles de cet animal.

Du serpent à plumes au serpent biblique, le message se veut différent mais contigu.

 

«  Du serpent à plumes au serpent à sornettes »

 

Bien entendu, chaque peuple, chaque tribu, chaque groupe d’individus tire une symbolique, positive et / ou négative, de ce rampant.

Dans nos contrées, le culte du reptile ne se veut ni à plumes, ni le symbole de la connaissance, puisqu’il s’agit du culte du serpent à sornettes.

Ce culte possède bien entendu ses adeptes mais aussi ses grands (es) prêtres (esses).

Voici, une histoire récente :

archange saint michel-2-9fac9Ainsi, ni vu ni connu, un serpent à sornettes, passe entre les jambes de l’Archange St Michel, trop occupé à vaincre le dragon, pour s’installer à l’occasion dans nos lieux de culte.

Qsss, Qsss, Qsss, siffle la serpente à sornettes. Oui, il s’agit d’une femelle. Qsss, Qsss, Qsss, elle se montre avenante pour mieux hypnotiser ses proies et installer le doute ou le désarroi dans les têtes pieuses, dévouées, mais parfois pataudes.

Qsss, Qsss, Qsss. Ne doutant de rien,  elle tente, l’air dévot, nos religieux. Elle attaque par le péché de vanité. Qss, Qsss, Qsss siffle-telle « ne seriez vous pas sous influence, vos écrits ressemblent à d’autres plus marxistes, publiés ci delà ».

Qsss, Qsss, Qsss, pense-t-elle en tirant sa langue fourchue, j’ai semé mon poison dans la tête de ces rustres.

Devinant le piège dans lequel elle veut les enferrer, les religieux s’exclament en seule et unique voix : Vade Retro Satanas. Les choix des pauvres et de la dignité humaine sont ceux de Dieu et non les tiens.

Découverte, la serpente à sornettes s’en va Qsss, Qsss, Qsss, la queue en tire- bouchon, cochonne d’esprit qu’elle est.

Qsss, je reviendrai, Qsss je reviendrai, crache-t-elle !!!

Reste à savoir à quel diable cette « rampante » se voue ?

Quoiqu’il en soit, camarades athées, croyants ou agnostiques pour vous protéger de ce genre d’animal peu comestible, en tout lieu notamment public (mairie, lieux de cultes, etc.) je vous livre ici un texte subversif de Marie, que Pétain lui-même a essayé d’interdire.  

 

Vierge Marie

Le Magnificat :

 

Mon âme exalte le Seigneur,
 Exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
 Il s’est penché sur son humble servante ;
 désormais tous les âges me diront bienheureuse.
 Le Puissant fit pour moi des merveilles :
  Saint est son nom !
 Son amour s’étend d’âge en âge
 sur ceux qui le craignent.
 Déployant la force de son bras,
 il disperse les superbes.
 Il renverse les puissants de leurs trônes,
 il élève les humbles.
 Il comble de biens les affamés,
 renvoie les riches les mains vides.
 Il relève Israël, son serviteur ;
 il se souvient de son amour,
 De la promesse faite à nos pères,
 en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

Tout un programme. Lénine reste court sur patte.

Nous comprenons mieux pourquoi nombre de puissants et leurs acolytes, petits (es) ou grands (es), essayent depuis tout temps de taire ces dimensions de la Bible.

Même si la Raison l’emporte toujours sur le poison des serpents à sornettes, cela ne peut se réaliser sans combattre. Alors levons-nous, ouvrons nos yeux et nos esprits pour mieux emprisonner la bébête. Qsss !!!

commentaires

Gérard Mordillat

Publié le 22 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Nous vous avions recommandé la lecture de l’ouvrage de Gérard Mordillat « Des vivants et des morts », un téléfilm tiré de ce roman est proposé.

Nous vous invitons à prendre connaissance du lien suivant.

http://television.telerama.fr/television/jean-claude-boudet-lors-du-conflit-molex-il-n-y-a-pas-eu-de-violence-comme-celle-montree-par-mordillat,61423.php

commentaires

Un petit oiseau, un petit poisson …

Publié le 22 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

C’est l’histoire d’un petit poisson qui vivait heureux dans son monde d’algues.

Un jour, de bon matin il fut attiré par un objet brillant qui s’agitait frénétiquement, comme il était attirant, promettant des délices… .

Notre petit poisson gourmand ne sut résister et croqua goulument l’appât si joliment présenté.

C’est ainsi qu’il se retrouva dans un bocal tournant en rond, ruminant sa gourmandise.

Trouvera-t-il la force de sauter du bocal quitte à se retrouver sur le plancher ?

Il n’est pas évident de prendre des risques, le petit poisson réfléchit, il est admiré, immortalisé par quelques photos, considéré avec compassion par ceux épris de liberté.

Grassement nourri, au nom de la gratitude il renie ses envies d’évasion.

Que fera-t-il le petit poisson ?

Sortira-t-il du bocal, ou même changeant de direction continuera-t-il à tourner en rond pour quelques miettes glanées ?

 

MG GIMENEZ

commentaires

Petit déjeuner « BTP et ses divers corps de métiers ».

Publié le 22 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

DSCF1538aOrganisé par l’Espace Emploi Entreprise ce petit déjeuner avait pour but la communication  d’informations entre territoire et essentiellement pour la circonstance des entreprises du BTP.

La crise à généré l’attentisme des particuliers et des banques mais il semble y avoir une reprise actuellement marquée par une augmentation de demandes de permis de construire.

La TVA à 5.5% encourage le secteur de la rénovation.

De nouveaux métiers apparaissent sur ce marché, bâtiments moins énergivores, adaptation au handicap.

DSCF1542Laurence Gombert relève l’importance de l’information pour les personnes qui « se lancent », les aides pour la création de SARL, statut qui semble préférable à celui d’auto-entrepreneur. Il faut axer la réflexion sur la mise en place d’actions entre entreprises et financiers au plan local car le financement est un problème crucial pour toute entreprise débutante ou pérenne.

Tous les intervenants ont relevé la nécessité de faire l’état des lieux des entreprises existantes.

En conclusion, un bilan encourageant qui laisse entrevoir des opportunités que E3 est prêt à soutenir.

commentaires

Conseil municipal - Ordre du jour du lundi 25 octobre 2010

Publié le 21 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

 

Approbation du procès verbal du 06 septembre 2010

 

Administration générale :

  • Lancement de la procédure de dépassement du domaine public d’une venelle sise au lieu-dit « Entourettes » à Villemur sur Tarn.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SIAH de la région.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SIAH du PAR.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SIE de la région de Villemur.
  • Présentation du rapport d’activités 2009 du SSTOM du département.
  • Syndicat mixte de l’eau et de l’assainissement de la Haute-Garonne. Transfert de compétences complémentaires.

 

Personnel :

  • Indemnités de conseil aux agents de la direction des services fiscaux.
  • Modification du tableau des effectifs.

 

Affaires scolaires ;

  • Modification du règlement de la restauration scolaire.

 

Finances :

  • Réhabilitation de l’espace BRUSSON. Création d’une salle de spectacles. Demande de subvention.
  • Remise en état de deux courts de tennis en terre battue. Demande de subvention.
  • Acquisition d’ordinateurs pour la mairie. Demande de subvention.
  • Travaux d’aménagement dans la salle affectée à l’association de culture physique et de musculation. Demande de subvention.
  • Travaux d’aménagement dans la salle affectée à l’association K’DANCE et à l’école Anatole France. Demande de subvention.
  • Travaux de réfection de la toiture du bâtiment BRUSSON. Demande de subvention.
  • Travaux de réhabilitation des escaliers donnant accès au parking des berges. Demande de subvention.
  • Acquisition d’un abri-touche pour le stade vélodrome. Demande de subvention.
  • Construction d’un préau dans le parc de Bernadou. Demande de subvention.
  • Construction d’un city park dans le parc de Bernadou. Demande de subvention.
  • Réhabilitation du château de Bernadou. Travaux d’aménagement de salles de regroupement des assistantes maternelles. Demande de subvention.

 

Urbanisme/Travaux :

  • Mise en place d’éclairage public toute de Grifoul.
  • Travaux d’extension de l’éclairage public à Sayrac.
  • Travaux d’électrification de la parcelle n° 1567 E située avenue du président Roosevelt.
  • Travaux de rénovation de l’éclairage public du pont Eugène Boudy.

 

Affaires diverses :

  • Rendre compte au titre de l’article L. 2122.22 du Code des Collectivités Territoriales.

 

 

Pour télécharger l’ordre du jour : http://loeil-de-villemur.wifeo.com/documents/ordre-du-jour-du-25-octobre-2010.doc

commentaires

FORUM DU LOGEMENT - L'insalubrité en question

Publié le 21 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

Le logement était à l'honneur samedi 09 octobre dernier avec le forum info-logement organisé par la mairie de Villemur. Des stands se voulaient bien ciblés pour cette première avec notamment la présence de l'ADIL, la CAF, le PIJ, le Pays Tolosan, l'ADEME, le CCAS, l'ANAH entre autres.

De l'information générale à une étude plus personnalisée, chacun pouvait y trouver son compte tant en matière d'économie d'énergie ou de rénovation que de litiges locataires/propriétaires. Ce fut autour d'une table ronde animée par le président de l'ADIL 31, que furent abordés les problématiques des logements insalubres et habitations indignes.

 

Une association bien structurée

 

Cette association qui a vu le jour en 1975 sur le plan national et seulement en 1983 pour notre département se compose,, pour la Haute Garonne, de 11 membres dont 6 juristes spécialisés. Elle est amenée à traiter environ 22 000 conseils par an, preuve de sa très grande utilité dans les relations propriétaires-locataires.

 

Son domaine de compétence touche à la fois le droit locatif, le droit des contrats, de la copropriété,  de l'urbanisme des sols, le droit fiscal, le financement du logement et de l'aide à la personne. Un domaine très vaste visant à englober la totalité des questions liées au logement.

 

Une part très importante de l'action de l'ADIL réside dans les problèmes locatifs du secteur privé.

 

Les litiges que l'association est amenée à traiter sont multiples, divers, mais touchent souvent à la dignité de la personne humaine. C'est dans ce cadre qu'elle est  amenée à se prononcer sur l'insalubrité du logement ou le caractère indigne de l'habitat.

 

Habitat indigne ou indécent

 

Dans un rapide exposé, le Président de l'ADIL 31 a rappelé les principaux critères caractérisant l'habitat indigne, précisant qu'il s'agit en premier lieu des désordres pouvant porter atteinte à la santé ou à la sécurité des occupants.

 

Parmi ces critères, on retrouve notamment :

 

-        l'humidité et aération insuffisante du logement,

-        la présence de plomb ou d'amiante qui s'avère fréquente dans notre vallée,

-        l'absence de chauffage ou chauffage insuffisant,

-        l'approvisionnement en eau potable non conforme ou évacuation des eaux usées défaillante

-        la luminosité, la surface habitable et volumes insuffisants des pièces de vie,

-        l'installation de gaz ou installation électrique dangereuse...

 

Les usagers ignorent trop souvent les compétences des collectivités en matière de droit du logement.

 

Ainsi, il est rappelé que le Maire est compétent en matière de péril et d'atteinte à la salubrité publique, qu'il s'agisse de la solidité de l'immeuble (art. L 511 et suivant du Code de la Construction et de l'Habitation) ou de l'atteinte à la salubrité publique (art. L 2212-1 du CGCI). Il est de sa compétence, par exemple, d'adresser une mise en demeure à un propriétaire que ne répondrait pas aux exigences prévues par la loi avec par exemple l'absence de ventilation dans un appartement, l'insuffisance de chauffage ou la présence d'humidité... De quoi faire frémir nos propriétaires les moins scrupuleux...

 

Le domaine de compétence du Préfet intervient, quant  à lui, au niveau de l'insalubrité du bâti.

 

Il est important de faire la différence entre logement indigne et logement indécent.

 

Les litiges en matière de logement indigne dépendent du droit public et sont donc portés en justice par une autorité publique (maire, préfet...). Les litiges liés à l'indécence d'un logement sont directement rattachés au droit privé et sont donc portés en  justice par l'usager devant le Tribunal d'Instance.

 

Dans le cas où l'indécence ou l'indignité de l'habitation est établie, on peut faire confirmer les faits en demandant un contrôle soit directement au service hygiène et santé de la mairie, soit à l'Agence Régionale de la Santé qui a repris la compétence à la DDASS. Malheureusement, ce service n'échappe pas au principe de rentabilité imposé désormais au service public et aux associations gouvernementales. Il est donc très difficile de les faire venir en milieu rural, Villemur n'échappant pas à la règle. Mais l'insistance peut payer.

 

« A l'échelle villemurienne»

 

Le problème du logement est un problème crucial sur notre commune. Il eut été intéressant d’avoir un bilan rapide de l’enquête menée auprès de la population afin d’isoler les problèmes les plus récurrents, le niveau d’insalubrité de notre parc locatif avec notamment la dégradation constante des logements sociaux, les projets de réhabilitation de ces derniers, les projets de construction… ou de démolition, etc.

 

Pourtant, les élus locaux avaient, à rares exceptions, boudé le forum. Aucune participation de la municipalité au cours de la table ronde où pourtant la responsabilité du maire et l’insalubrité de certains logements ont été évoqués.   

 

Heureusement, la qualité et la disponibilité des intervenants ont fait de cette journée un temps d’information au service d’une population un peu perdue face au droit du logement, des financements possibles en matière de rénovation et d’économie d’énergies, entre autres.

 

Une expérience à pérenniser  et à fructifier  pour l'intérêt de tous.

numérisation0002

Image à télécharger : http://loeil-de-villemur.wifeo.com/habitat-indigne.php

commentaires

Les retraites : un choix de société.

Publié le 21 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Foi et société


Par Jean Philippe Tizon

 

Les syndicats, sous l’impulsion notamment de la CFDT et de la CGT, et de « La France d’en bas », entendent pousser le pouvoir vers une retraite sur les enjeux de retraites.  Des millions de citoyens (nes) dans la rue et en face un gouvernement qui, tout en affirmant son soutien au système par répartition, gangrène le dit système. Paradoxe ? Incompréhension ? Stratégie de la terre brûlée ? Derrière les chiffres, les propositions et les attitudes, des uns et des autres, se cache indubitablement une bataille majeure : celle d’un choix de société. 

Les retraites deviennent donc un enjeu sociétal majeur. Elles se situent à la fracture sismique entre un projet ultra libéral (au sens économico-idéologique) et celui d’un modèle social-républicain à la française. D’un côté, le modèle demeure celui d’un G.W. Bush junior avec un marché (dé)régulateur accompagné par une recherche de profitabilité maximum afin de satisfaire une minorité d’actionnaires « argentivores ». De l’autre, le principe issu du Conseil National de la Résistance de mettre l’humain au centre du processus de développement avec un concept de mutualisation entre les actifs et les « inactifs ». Ainsi, la  Sécurité Sociale avec ses trois caisses (santé, retraite, allocations familiales), socle d’une modernité sociale et économique, demeure plus de  60 ans après le symbole, certes anémié, de cet état d’esprit.

Les syndicalistes, toutes tendances confondues, mettent le doigt sur ces enjeux mais aussi soulèvent une dimension d’ordre moral. Guy Pavant, ancien leader de la CGT chez Molex, l’exprime à sa façon lors du concert de solidarité « Ici et ailleurs,  les riches sont plus riches, les entreprises ferment et se délocalisent, nous les travailleurs créateurs de richesses subissons la double peine : le chômage et une retraite amputée. Ce n’est plus tolérable» Celui qui mène un combat moral face aux pratiques scandaleuses de l’entreprise américaine cite la revue Challenge du mois d’Août les « 500 plus grosses fortunes françaises se partagent 319 milliards d’euros soit 1,28 fois le budget de la Nation. L’argent existe ». Chez les jeunes l’inquiétude pointe aussi. Anaïs 21 ans, étudiante en troisième année de langue, navigue entre pessimisme et colère : «  au rythme des réformes menées nous ne sommes pas sûr d’avoir une retraite. D’ailleurs, quand je vois le nombre de copains possédant des masters voire des doctorats galérer comme ils galèrent, je me demande quel est donc le pays qui peut se permettre un tel gâchis ? Alors les retraites… ? » .

Bien entendu, se posent des enjeux structurels notamment le différentiel à venir entre le nombre d’actifs et les papys boomers ou le chômage de masse. En fait, ce ne sont pas tant les enjeux structurels que les réponses apportées qui posent problèmes. Les recettes de la Sécu représentent 360 milliards soit presque 1,5 fois le budget de l’Etat. Une manne financière importante qui ouvre l’appétit des amis assureurs du Président actuel. En fait, soit la protection sociale continue par étapes à être privatisée et nous tendrons vers un modèle anglo-saxon inique, soit le Capital et ses dérivatifs cotisent au même taux que les salariés- le tout accompagné par une fiscalité dissuasive pour les délocalisations- et nous développerons un nouveau modèle social et économique au service de l’humain.

 

Dans une déclaration l’ACO (Action Catholique Ouvrière) le souligne « La retraite par répartition repose sur une vision solidaire de la société : les actifs payent des cotisations qui sont réparties entre les retraités. Cette répartition a pour résultat un transfert du pouvoir d'achat entre générations. Elle repose sur une conception du travail au service de l’Homme ». Il nous faut donc de nouveau aujourd’hui choisir en conscience : servir l’Humanité ou l’argent ?

commentaires

Que vive la rigolothérapie.

Publié le 21 Octobre 2010 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Les temps c’est sûr n’engagent pas à rire à gorge déployée, il y a en a tellement qui doivent rire dans leur barbe ou sous cape considérant que la situation actuelle favorise leur ascension.

Il paraît qu’une franche rigolade, rire aux éclats sont bien plus efficaces que les antidépresseurs.

Les endorphines libérées au passage euphorisent et atténuent les angoisses.

Faire travailler les zygomatiques augmente la circulation sanguine et la chaleur corporelle.

Le rire développe aussi les capacités pulmonaires, aussi efficace qu’un jogging … .

Figurez vous que le rire augmenterait nos anticorps, combattant ainsi certaines infections.

Vous connaissez sûrement les bienfaits des visites de clowns à nos enfants hospitalisés … .

Alors dans les rues très fréquentées ces temps-ci nous pourrions rire à nous en décrocher la mâchoire, à nous en donner mal au ventre, même si c’est un rire aux larmes  nous ferions d’une pierre deux coups en diminuant le déficit de la sécurité sociale et en faisant rire jaune ou nerveusement les décideurs déconcertés par cette brusque hilarité.

Contre des manifestants on envoie les forces de l’ordre, plus explicite que la fleur au fusil le rire pourrait être communicatif … et la force du côté des rieurs.

Ça y est ils deviennent fous pensent certains, le rire en coin ou riant intérieurement.

Il y aurait de quoi et quelques uns ont dû entendre sur une radio régionale la publicité sur les bienfaits et l’utilité des «  cliniques psychiatriques de France ».

C’est sur, le pays est malade et il faut prendre le mal à la racine, faute d’y parvenir rapidement, outrés par cette exploitation des misères humaines, du malaise ambiant, anticipant les idées qui pourraient germer dans des têtes « bien faites » nous optons pour une cure générale de rigolothérapie.

Nous n’avons rien contre la psychothérapie parfois indispensable mais avons naïvement du mal à admettre qu’elle ne soit plus exclusivement du domaine médical et puisse entrer dans le domaine publicitaire par la voie des ondes.

En conclusion, plus on est de fous, plus on rit.

 

MG GIMENEZ

commentaires
1 2 > >>