Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

UNE PETITE VOIE VERTE, QUI SENTAIT BON LA FERRAILLE

Publié le 28 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre cadre de vie

voie4

 

 

Du PLU à la St Glinglin.

 

Cette parodie maladroite ne se veut ni source de polémique stérile, ni mise en cause d’une personne en tant que telle.

Elle se veut constat, questionnement.

La vente d’une partie de ballast interrompt le parcours initial de la voie verte.

A l’heure où le PLU semble mettre en avant des voies douces, y compris vers LE TERME, on s’aventure à souhaiter qu’elles ne soient pas comme la voie verte stoppées à VILLEMUR, reportées à la Saint-Glinglin.

Le TERME s’étale pour la plus grande partie entre la D630 et la D32.

Aller à VILLEMUR à pied ou à vélo pour quelques courses en pratiquant un peu de sport salutaire ou pour le simple plaisir de la marche relève d’une expédition périlleuse.

Les cinémomètres considérés répressifs par une grande partie de la population auront du mal à assumer sur ces deux départementales le rôle dissuasif et préventif qu’on souhaite mettre en avant.

Marcher sur l’actuel ballast comporte quelques risques pour chevilles, genoux et hanches.

Lors d’un des derniers conseils municipaux le coût de réalisation de cette voie a été opposé à nos questionnements.

Impossible, avisés que nous sommes de ne pas considérer la réponse tant il est vrai que les ressources d’une commune doivent être ménagées par ces temps où conseils généraux et régionaux sont dans l’expectative face à la réforme territoriale...

Nous sommes donc certains que nos élus avant de procéder à la vente de la portion de ballast ont sérieusement étudié le coût du contournement par la maïserie, Saint-Exupéry

Autre suggestion, emprunter le parking public et le terrain récemment acquit pour rejoindre l’ex déchetterie…

Ils ont de même sûrement anticipé tout risque pour les piétons et les cyclistes détournés.

Un regret, pourquoi ne pas avoir présenté dans son intégralité le projet avant le vote de la vente de cette parcelle de ballast.

Les biens publics appartiennent à une communauté en droit de poser des questions face aux faits accomplis.

On ne peut certes demander l’avis de chacun, à quoi servirait la représentation des élus ?

On se prend à rêver de rencontrer Transparence main dans la main avec Concertation arpentant au côté de Démocratie les trottoirs de Villemurmure d’un air triomphant sous le regard ravi d’habitants confiants.

Pure vue de l’esprit ou rêverie du monde de Prévert où l’espérance, petite fleur fragile mais vivace fleurit sur la pierraille d’un ballast …

 

Marie Gabrielle GIMENEZ

commentaires

A la recherche d'un humanisme responsable et innovant.

Publié le 27 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Foi et société

Homélie du 27 février 2011 par le Père Bachet

homelie du 27 201

homelie du 27 202

commentaires

Musique, croustade et bonne humeur...

Publié le 26 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

avec « Les Amis de la Chanson »

 

Le Comité Multifêtes de Villemur vous invite à venir partager, nombreux, un moment de convivialité et de plaisir autour des « amis de la chanson », groupe de variétés et d'opérettes originaire de l'Isle sur Tarn, le samedi 12 mars 2011, à partir de 20 H 45, au théâtre municipal de Villemur.

 13 a bis pour pub 2010 robes bleu

Ce groupe dynamique, bien connu dans la région pour la qualité de ses spectacles et la beauté de ses costumes, est constituée d’une vingtaine de passionnés de la chanson française accompagnés musicalement par Alain Neau.

 

Cette soirée annonce une année 2011 riche en festivités, foires et partages divers.

 

(Entrée adulte : 5 € avec une boisson ou une part de croustade offerte - Entrée enfant : gratuite)

27 A les rois du monde sur escalier52 A Samba Brésilienne sur escalier

commentaires

Loto à Bouloc

Publié le 24 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

lolto pc

commentaires

C’est un jardin extraordinaire.

Publié le 21 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

salon

Bêe bêe, meuh meuh, cot cot, coin coin …

Quelle joie pour nos politiques de tous bords de jouer à la ferme « célébrité ».

Du munster pour remplacer la tête de veau, le cul de la vache a changé de couleur, la dégustation se poursuit sous couvert de promesses, de considérations.

Que restera-t-il de ces amours une fois de retour dans le pré où le bonheur est absent au regard du nombre de suicides dans le monde agricole.

Toujours plus de technique, plus de productivisme, d’informatisation pour de gros céréaliers, de gros producteurs porcins devenus gestionnaires, récupérateurs de subventions de Bruxelles et éventuellement spéculateurs.

L’élection d’un des leurs concrétisera bien des attentes.

Les terres agricoles diminuent d’environ 66 000 ha chaque année, leur prix grimpe.

Il faut du courage pour s’installer ou pour persévérer quand on est petit, fragilisés qu’on est au moindre investissement face aux banques gourmandes.

Les critiques, les prises de conscience sur des modes de culture devenus pernicieux ne sont que foutaises.

On souhaite faire croire qu’on encourage l’alternative bio mais l’écologie c’est la durabilité, il faut du temps pour que la terre se régénère et où sont les soutiens ?

La croissance verte se concentre en fait sur celle d’un billet de la même couleur.

Bien peu, producteurs comme consommateurs ont les moyens d’opter pour cette agriculture raisonnée.

Qu’espérer à la suite de ce salon de l’agriculture ?

Du courage, des initiatives locales, des regroupements de producteurs, la mutualisation des moyens entre paysans mais aussi entre consommateurs et paysans, réduire les intermédiaires.  La poursuite d’une prise de conscience est nécessaire mais périlleuse car elle ne nourrit pas toujours son homme dans l’immédiat …

Reste à savoir s’il faut faire l’âne pour de l’oseille. Hi han, hi han …

 

Marie Gabrielle GIMENEZ

A lire :

Le livre noir de l'agriculture de Isabelle Sapporta

Les fruits de ma colère de Pierre Priolet

commentaires

Quand Bessières donne de l’urticaire.

Publié le 21 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Par Jean Philippe Tizon

Il en est des questions politiques comme des questions de rapports humains, parfois elles développent chez les individus des démangeaisons nerveuses voire une urticaire viscérale. Ce conseil communautaire a gratté nombre d’élus (es) sur des zones assez chaudes. Le nombre de sièges par commune et l’adhésion de Bessières ont permis à cette assemblée de développer un implicite explicite extraordinaire. Avec le débat autour des nouveaux statuts de la communauté, les maires de petites communes s’inquiétent, à juste titre, de la volonté sous-jacente de certains (es) élus (es) villemuriens (nes) de vouloir à tout prix coller à la règle de proportionnalité prévue par la loi en lieu et place d’un accord négocié entre commune également prévu par le législateur.

Le maire de La Magdelaine, Claude Gualandris, l’exprime clairement « si nous appliquons la règle de la proportionnelle comment des petites communes pourront-elles défendre certains projets face à Villemur et Bessières ». La messe est dite.

 La montée au créneau des Villemuriens sur ces enjeux ne s’expliquerait-elle pas pour l’essentiel par l’inquiétude de voir entrer le dynamisme de Bessières et de son maire Jean-Luc Raysseguier au conseil communautaire ?

La peur de voir réduire des prérogatives par un rééquilibrage des « forces » serait-elle plus importante que le désir de créer une dynamique (voir une résistance) sociale, économique et politique pour un développement maitrisé surtout en ce temps où le gouvernement, avec ses réformes des collectivités, entend regrouper, coûte que coûte, communes, communautés de communes et conseil généraux et régionaux tout en réduisant les dotations ?

Enfin, certains (es) élus(es) s’inquiéteraient-ils (elles) du renforcement de la couleur socialiste –surtout si ce mot garde son sens- au sein de cette assemblée ?                                              

Nous pouvons nous perdre en conjectures, mais la position maladroite des élus(es) de Villemur avait un côté arrière-garde. A son niveau, Jean Claude Boudet, hormis quelques modifications mineures sur le statut, ne s’est pas prononcé sur ces questions laissant ses colistiers gérer au mieux l’affaire. Résultat les conseillers du chef lieu de canton, pas à une contradiction prés, votent le principe d’adhésion de Bessières – pouvaient-ils se positionner autrement ?- à la communauté de commune.

 Quand l’implicite explicite s’impose comme une stratégie entre deux eaux, le président Eric Oget va devoir, semble-t-il, durant les mois à venir, jouer les médiateurs temporisateurs voire devenir un missi dominici hors pair pour mener cette communauté en dehors des querelles ancestrales de chapelles. L’enjeu en vaut la chandelle.

commentaires

Nazar – boncuk.

Publié le 21 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Ouvrir l’œil est un travail de tous les jours.

Dur, dur parfois de ne pas avoir les yeux dans la poche, de ne pas quitter ses objectifs des yeux, d’ouvrir un œil de lynx ou d’aigle en feignant celui d’un fau-con.

L’œil joue l’étonné en ouvrant des yeux comme des ronds de flans, réponse à la flagrante poudre aux yeux qu’on lui jette.

Parfois, regardé d’un œil noir qui lui saute aux yeux, l’œil observe ceux qui se masquant les yeux obéissent au doigt et à l’œil, n’ont pas les yeux en face des trous ou naïvement se mettent le doigt dans l’œil.

L’œil, parfois n’en croit pas ses yeux.

Dans certains rassemblements où on entre à l’œil, où l’on boit à l’œil, on a le temps d’apprécier d’une juste vision les yeux de merlans frits se mêlant aux yeux qui couvent paternellement un clone évoluant.

D’autres, des yeux comme des mitraillettes restent tous yeux, toutes oreilles observant l’œil du maître qui se laisse aller à quelques larmes de crocodiles ou fait des yeux de velours à de futures proies.

L’œil se surprend parfois à jeter un œil noir, un œil sec sur la scène qui se déroule sous ses yeux, le plus souvent pourtant lui vient la larme à l’œil.

Il reporte à plus tard l’entrevue entre quatre yeux, le regard dans le blanc de l’œil.

L’œil ne peut, ne sait, pratiquer œil pour œil, dent pour dent.

Habitué à ne dormir que d’un œil il n’a pas froid aux yeux, reste bon pied bon œil, conscient qu’il est, tant cela crève l’œil qu’il serait à beaucoup agréable, même si on lui fait de l’œil de voir en un clin d’œil notre œil fermer les yeux.

Savoir taper dans l’œil de quelques assidus, sortir par les yeux de bien d’autres, l’œil qui se tamponne des honneurs, continue de travailler à l’œil, tenant à son indépendance comme à la prunelle de ses yeux.

 

Marie Gabrielle GIMENEZ

 

Nazar- Boncuk : Amulette Turque protégeant du pouvoir du mauvais œil.

commentaires

Restaurant : « Au juste compte »

Publié le 21 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Deux fois déjà qu’en regardant des émissions telles « C’dans l’air », « Revu et corrigé » nous entendons dire que les français consacrent entre 14 et 15% de leur revenu au budget alimentation.

De quel revenu s’agit-il, 1500 €, 2500, 10 000 …

Considérons un salaire de 1500 € pour une personne, salaire déjà honorable pour un individu seul.

Notre salarié consomme donc plus ou moins 200 € par mois pour se nourrir.

Accordons-lui 12 litres de lait par mois, 7,60 €, deux douzaines d’œufs, 4 €, douze salades, 12 €, quatre kilos d’oranges, quatre kilos de pommes 10 €.

Ajoutons une baguette de pain tous les deux jours, 15 € par mois, deux paquets de café, 3 €, deux tablettes de beurre, 3 €.

Nous en sommes déjà à 54,60 €.

Nous avons opté pour des produits discounts ou en promotion. Il faut y ajouter viande, poisson, légumes, produits laitiers, féculents, huile …

Essayez donc d’avoir une alimentation saine et équilibrée comme c’est préconisé avec 200 € par mois, si vous y parvenez, chapeau !

Messieurs Calvi et Amar n’ont pas réagi, eux qui animent des émissions au cœur de l’actualité sont-ils si loin du cœur de la population ?

Les personnes qui osent estimer que l’on peut manger correctement avec 15% du salaire doivent considérer de hauts salaires, pour un individu unique.

Le malheur c’est qu’hélas de plus en plus de français n’ont pas le choix de dépenser plus que ce pourcentage, ils devraient se trouver heureux de rentrer dans les normes.

Si on demandait leur avis aux smicards, aux étudiants …

Ne serait-il pas préférable d’évoquer des sommes à la place des pourcentages.

Comme disent nos jeunes, c’est du « foutage de gueule » à moins que ce ne soit du floutage de la réalité.

Il est vraiment facile de raisonner ainsi quand on n’a jamais connu la faim ou l’envie de ce qu’il est impossible de se payer, la lassitude de manger des pâtes.

Une chaîne de magasins se vante de vous faire manger pour 2 €, nous avons eu la curiosité de regarder.

Peut-être un jour faudra-t-il inviter nos gouvernants à notre table en leur servant un repas composé par ces produits.

Ça les changera du Fouquet’s et autres, tant au niveau des saveurs que des quantités.

Remettez les pieds sur terre, vous les statisticiens, faute d’avoir le courage des les mettre dans le plat.

Vos chiffres nous gavent et nous coupent l’appétit, ça c’est une réalité.

 

Marie Gabrielle GIMENEZ

commentaires

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 14 FEVRIER 2011

Publié le 20 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique


Statuts de la communauté et adhésion de Bessières

 pour plats de consistance.

 

 

Après la vérification de présence des élus des différentes communes et l’approbation du PV de la séance du 31 janvier le conseil débute par l’examen des statuts de la communauté de communes.

 

  • Statuts :

 

Les compétences de la communauté sont vastes, vont du développement économique au développement touristique, englobent de multiples activités, entretien de voirie, petite enfance, transport à la demande, mutualisation des services du droit du sol, organisations festives …

Les statuts sont établis pour une durée illimitée, nécessitent une validation par la préfecture.

 

Une possible nouvelle compétence.

La préfecture à ouvert une nouvelle compétence en matière de santé d’où la possibilité de concrétiser cette compétence en créant une maison de santé.

Un élu villemurien note la raréfaction des médecins généralistes et appuie l’idée de pérenniser une présence médicale sur le territoire en regroupant au sein d’une même unité les différents acteurs.

Il faut réfléchir à cette possibilité. Il n’est pas question de « fourguer » les friches BRUSSON mais elles pourraient constituer un site propice.

Cela n’est qu’au stade de la réflexion.

 

La répartition des sièges.

La loi stipule qu’elle est généralement effectuée à la proportionnelle mais laisse ouverte la possibilité d’entente sur une modalité différente de répartition à organiser par l’intercommunalité.

A ce jour Villemur a renoncé à sa prépondérance en acceptant que les petites communes puissent avoir au moins deux délégués.

Cette décision ne semble pas satisfaire tout le monde et même si un consensus est trouvé pour le moment, le problème se reposera en 2014 car la préfecture et l’état mettent la pression sur les découpages d’intercommunalités qui seront amenées dans l’avenir à intégrer un nombre plus important de communes.

Si Bessières comme prévu intègre la communauté elle détiendra avec Villemur la majorité des sièges.

Les petites communes tiennent à garder leurs deux délégués, dans le cas contraire elles seraient encore plus fragilisées lors de prises de décisions face à deux villes majeures.

Des élus soulignent l’intelligence du fonctionnement actuel même s’il ne fait pas l’unanimité.

Il est expliqué qu’en cas de mésentente sur le sujet il faudra appliquer « bêtement » la loi d’où l’importance accordée à la capacité de trouver des points de convergence dénotant une intelligence commune.

 

Aménagement de la nouvelle zone d’activité économique.

Un élu s’interroge sur le terme « nouvelle » et préfèrerait que l’on opte pour le terme « future ».

En effet des travaux sont déjà en exécution sur la zone Pechnauquié III.

 

Ces statuts si ils sont approuvés par le conseil communautaire devront être votés dans chaque commune lors d’un conseil municipal dès leur retour de préfecture, d’ici plus ou moins trois mois.

Vote à l’unanimité.

 

  • Validation du marché des entreprises et démarrage des travaux d’ici mai à juin pour la ZIR.

Vote à l’unanimité

 

  • Adhésion de Bessières à la communauté de communes.

Il est rappelé que le DGS de la communauté travaille déjà avec la DGS de Bessières sur le projet.

Il est indispensable de travailler avec pour base les statuts établis sur des thématiques communes, de former un comité de pilotage. Il est proposé d’y d’intégrer sur une base consultative des élus de Bessières fin septembre 2011.

Cette délibération est souhaitée par la préfecture. L’adhésion définitive débuterait en janvier 2012, (une abstention. Les élus (es) de Villemur ont tous voté pour).

 

  • Instauration de l’IEM, indemnité d’exercice de mission.

Il s’agit d’une régularisation afin d’être en légalité avec les textes.

Il n’y a pas d’incidence financière.

Vote à l’unanimité.

 

  • Travaux programmés.

Des réunions préalables sont sollicitées.

Il y a un changement de maîtrise d’œuvre pour les futurs travaux, expliqué par des raisons financières en réponse aux appels d’offres.

Cela semble poser quelques problèmes relativement aux travaux incombant à l’entreprise sortante et à ceux dépendant de l’entreprise qui a remporté le marché.

Il faut établir en concertation le listing pour le nouveau maître d’œuvre de façon, après état des lieux à définir les responsabilités de chacun.

 

Comme toujours ce compte rendu se veut le plus fidèle possible
et nous restons ouverts à toute réflexion
ou toute précision.

commentaires

Bonzour ma dame, bonzour mon sieu,

Publié le 18 Février 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

lola

commentaires
1 2 3 > >>