Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Conseil municipal du mardi 26 avril 2011

Publié le 28 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

 

Main basse sur la cantine

et souffle pascal sur l’opposition …

 

Le vent a soufflé en tempête ces temps-ci sur notre région.

Le jeu de cartes politique a été secoué, qu’en restera-t-il ?

Une opposition de droite qui tient des propos qu’on pourrait qualifier de gauche, et une majorité divers gauche qui prend des décisions à l’opposé des valeurs affichées.

 

Sept personnes dans le public pour entendre des prises de positions qui auraient donc mérité une salle plus théâtrale, tant par le contenu que par la forme. Il y a eu les absents d’avant Pâques et ceux qui, partis en cette période festive, n’en sont pas encore revenus.

 

Sept absents avec procuration pour la majorité, si, si sept absents dont un glissement subreptice : Madame Blanc élue initialement sur la liste de Monsieur Dumoulin avait donné procuration à Madame Ramos.

Si on vous dit que le vent d’Autan a soufflé …

(Approbation du procès verbal du 14 mars 2011, une voix contre.)

 

 

Finances :

 

  • Budget ville, budget primitif 2011

 

Suite à la réforme fiscale, il faut regrouper certains postes pour que le budget présenté puisse être recoupé avec celui des années précédentes.

 

On peut noter la stagnation des recettes fiscales, la dotation de l’état diminuant malgré l’inflation.

Il existe localement une volonté politique de maîtriser les principales charges. Certaines ont tout de même augmenté comme par exemple les charges de personnel qui ont progressé de 1 à 2%. Le problème va s’accentuer dans les années à venir. En effet, la Taxe Professionnelle ayant été modifiée, si une collectivité veut augmenter la fiscalité pour financer des projets, elle ne pourra toucher que la fiscalité des ménages, celle des entreprises s’étant transformée en une dotation de l’état.

Pour cette année pas d’augmentation de la fiscalité au niveau communal.

En section fonctionnement, les dépenses sont maîtrisées, l’augmentation suit l’inflation.

Dans la section investissements des prévisions conséquentes sont inscrites. Même si on ne les exécute pas toutes cette année, il est préférable d’en prévoir le financement : la liste est longue, bâtiments scolaires, suite de la toiture de Brusson, bâtiments communaux, église Saint-Michel, parking sur berges, Magnanac, les espaces verts, les hameaux …

A retenir, la rénovation des balustrades des allées Charles De Gaulle pour laquelle une enveloppe de 200 000 € est d’ores et déjà prévue et le bureau d’études choisi.

Les recettes actuelles et les subventions demandées devraient permettre de financer l’ensemble des investissements sans avoir recours à un emprunt.

 

Prise de parole de la minorité :

 

Monsieur Chevalier revenant sur le désengagement de l’état livre sa vision des affaires publiques.

Il y a des investissements légitimes non voués à la création de recettes. Certains investissements auraient pu permettre de générer des recettes en offrant des services aux entreprises. Pourquoi Bernadou ne peut-il pas être source de revenus alors que les subventions sont payées par tous les citoyens.

Il est choquant qu’on puisse investir sans retour X millions d’euros.

Villemur a des atouts, ne pas se servir de Bernadou pour attirer du monde c’est, au-delà de « l’aura », se priver de recettes. C’est une expression forte à ne pas considérer comme un reproche.

Jean Marc Dumoulin estime facile de dire que l’état se désengage dans cette période qui ne prête pas à l’euphorie.

Il a participé au vote de la nouvelle fiscalité du conseil général. Le seul levier reste le foncier bâti. La taxe d’habitation et la TVA sont des impôts injustes.

Compte tenu de la situation des villemuriens sans espérance professionnelle, il est délicat de ne pas tendre la main. Les gens s’appauvrissent et on continue pour des raisons électoralistes à travailler sur des projets parce qu’on a décidé que…

Comment accompagner les concitoyens en période difficile. On a besoin de signes forts, de refléter la réalité du territoire. Monsieur Dumoulin déclare le dire avec humilité : « il faut des signes envers la population. Aujourd’hui, par exemple, les primes versées ont permis d’éteindre momentanément la douleur des salariés de Molex et ont compensé partiellement leur désespérance, mais pour demain …

On ne peut pas continuer à vouloir réaliser ce qu’on a légitimement espéré créer.

Je plaide pour une diminution des impôts, on a besoin de conscience morale …

Il est facile aujourd’hui d’aligner des dépenses et de caler des recettes, ce n’est pas une attaque personnelle.

Aujourd’hui, on nous dit qu’il n’y aura pas d’impôt supplémentaire sur Villemur, mais qui peut garantir qu’il n’y aura pas 1 ou 2 points d’augmentation sur la communauté de communes ? Dans ce cas, on aura menti à la population.

Il faut être en phase avec la réalité, j’estime la lucidité nécessaire, quand on ne peut plus, on ne peut plus.

Monsieur Dumoulin précise que cette intervention a été faite par honnêteté pour mettre en avant une volonté de réflexion.

 

Christian Serris souhaite relever les propos précédents.

« Je voudrais qu’on soit honnête. Je ne m’explique pas pourquoi les entreprises produisent plus de 60 % de leurs produits à l’étranger et pourquoi 40 % des bénéfices sont distribués aux actionnaires ? Une conscience publique oui, mais dans les deux sens, pas que pour les pauvres. »

 

Monsieur Chevalier précise que les chiffres avancés par Monsieur Serris ne sont valables que pour les grandes entreprises.

 

Monsieur Serris rappelle que le PIB se construit sur l’industrie, or la majorité des PME sont du domaine de la vente.

 

Monsieur Chevalier rappelle que la taille moyenne d’une PME/PMI aujourd’hui est de 20 salariés. Ces entreprises n’investissent pas ou ne délocalisent pas à l’étranger, elles sont coincées ici. Elles ne distribuent pas non plus de dividendes.

 

Monsieur le maire estime qu’il faut clore le débat en demandant à Jean Marc Dumoulin ce qu’il entend par « geste fort » à faire en direction de la population.

 

Monsieur Dumoulin réitère l’idée d’une baisse des impôts qu’il évalue à 2.53 %.

 

Monsieur Boudet lui suggère de réviser les fiches sur les finances locales, on a enlevé des blocs de ressources aux départements et les communes ont perdu environ 80 % de la Taxe Professionnelle.

 

Monsieur Dumoulin rapporte les propos de Monsieur le président Izard qui a clairement appuyé sur le fait qu’on allait avoir des difficultés à financer les investissements des communes sachant que les communes allaient récupérer 2.53 % des sommes affectées jusqu’à présent au Conseil Général. Il est donc normal de rétrocéder ces 2.53 % à la population sous forme de diminution d’impôt.

 

Monsieur Boudet lui répond qu’il rencontrera monsieur le président la semaine prochaine.

Une des finalités de la gestion est d’éviter le recours à l’emprunt, les emprunts de la communauté de communes s’envolent (résultat de la gestion de l’équipe précédente).

Une gestion saine passe par un juste dosage entre la capacité d’autofinancement et l’emprunt.

Les sommes mises de côté serviront cet autofinancement, exemple les stations d’assainissement.

D’un point de vue politique, comme Monsieur Boudet l’a exprimé lors de la réunion publique, s’il fait un état des lieux, la commune de Villemur a pris du retard par rapport aux communes environnantes. D’ici dix ans, la communauté qui va s’élargir comptera 36 000 habitants. « On fait des investissements pour structurer le territoire ».

Si on veut demain être une commune attractive, il faut la doter d’équipements d’avenir et obtenir des aides aujourd’hui, demain on ne pourra plus.

L’argent nous passera sous le nez si on ne fait pas de projet maintenant.

Vis-à-vis des entreprises la communauté de communes fait des gestes forts avec l’aide du conseil régional et du conseil général (retour sur tout ce qui a été dit sur la ZIR lors des précédents conseils et de la réunion).

 

Monsieur André Parize demande quelle est la capacité d’investissement de la commune ?

 

Entre 1,5 et 2 millions par an TTC, c’est une moyenne.

 

Jean Marc Dumoulin souhaiterait que l’on réfléchisse aux leviers nécessaires pour désenclaver Villemur. Il évoque la zone de Bessières qui s’est développée par rapport à la notre grâce à sa proximité avec un axe routier, il faudrait que des efforts soient faits à ce niveau.

Il se dit en désaccord avec la salle de spectacles.

 

Monsieur le maire revient sur tout ce qui a été expliqué par rapport aux perspectives du SCOT, à la LGV, au développement de la D630 etc.

Il se dit « très confiant pour notre bassin de vie dans les dix ans à venir ».

Monsieur Dumoulin persiste à dire qu’on pourrait envisager de ne pas tout faire.

Monsieur le maire saisit l’occasion offerte par Monsieur Dumoulin en lui répondant que lors des prochaines élections, si l’équipe en place n’a pu réaliser tous ses projets, il se souviendrait de ses propos. Il expliquerait alors ses priorités en rappelant sa vision personnelle et les conseils donnés par l’opposition.

Il poursuit en souhaitant éviter de nouvelles friches industrielles sur Villemur.

Trois abstentions pour le vote des budgets.

 

  • Vote des taux d’imposition 2011 des taxes directes locales

Pas d’augmentation de la fiscalité.

Vote à l’unanimité.

 

  • Subventions aux associations 2011

 

Madame De Vecchi devait présenter cette partie, mais en son absence …

Monsieur Boudet fait remarquer que certaines associations ont revu un peu à la baisse leur demande. Comme toujours une enveloppe de subvention non affectée est prévue pour répondre à d’éventuelles demandes.

 

Monsieur Parize s’étonne de l’absence de subvention pour E3, 7 500 € de moins.

Monsieur le maire répond par la dérision en se disant très méchant.

Monsieur Parize s’étonne de la subvention versée à « Trait d’union », cherche à comprendre les rapports avec l’OMPCA.

Monsieur Boudet précise que les statuts de la communauté de communes ont été remis à plat, ils intègrent la compétence emploi, le budget pour E3 sera versé par la communauté de communes.

L’association « Trait d’union » oeuvre en partenariat à l’OMPCA, mais tout n’entre pas dans le cadre de l’OMPCA et l’association est libre par ailleurs. C’est donc à ce titre qu’elle bénéficie d’une subvention.

 

Le foot reçoit une subvention de 7500 euros, le rugby 20 000 euros, Usinotopie 10 000 euros. Monsieur Chevalier cherche à comprendre les différences.

Il faut savoir donner de l’espoir à l’adolescence par le biais de la culture et du sport notamment.

 

Il lui est répondu qu’Usinotopie est bien dans le domaine de la culture. Monsieur Régis précise qu’un festival avec Usinotopie aura lieu en juillet à Villemur, il y a concentration des subventions accordées entre Marionnetissimio et ce festival.

Sur la politique menée par l’ancienne et l’actuelle municipalité les structures « petite enfance » et    « enfance et jeunesse » ont toujours reçu plus ou moins un million d’euros.

Monsieur Patrice Bétirac demande pourquoi il n’y a pas de subvention pour la pétanque de Sayrac : ils n’ont rien demandé.

Pourquoi une diminution de la subvention MJC ? Il n’y a pas de réelle diminution, il y a égalité dans la subvention avec 2010 si on réunit la subvention MJC avec la subvention fédération régionale MJC.

 

  • Budget assainissement collectif, budget primitif 2011

 

En section d’investissement, pour poursuivre la politique menée jusque là, on anticipe les futurs travaux en mettant de côté une somme.

Il faut savoir que la crèche, le collège n’auront pas d’abonnés, il faut pourtant les raccorder. Les travaux pourront êtres engagés sans augmentation, l’excédent actuel remboursera le capital et les intérêts du futur emprunt.

Monsieur Dumoulin demande comment est facturée l’eau dans les HLM. Les HLM reçoivent une facture globale qu’ils répartissent ensuite en fonction des défalqueurs.

Vote à l’unanimité.

 

  • Budget portage des repas, budget primitif 2011

 

Pas d’augmentation des tarifs.

Monsieur Parize demande pourquoi ce budget n’est pas intégré dans le CCAS ?

Il faudra voir cela lors d’une réunion.

Vote à l’unanimité.

 

Avant de procéder au vote sur les tarifs municipaux, Monsieur le maire souhaite que soit d’abord examinée la modification du règlement de la cantine scolaire.

 

Affaires scolaires :

 

  • Modification du règlement de la cantine scolaire

 

Un nouveau règlement est établi pour modifier les modalités d’inscriptions Les dysfonctionnements déjà évoqués perdurent, 40% des enfants mangent à la cantine sans êtres inscrits. La commune met un service à la disposition des familles, ce service mérite d’être respecté.

Monsieur Dumoulin soulève un problème informatique. Ce dernier n’est pas à pendre en compte dans la situation actuelle. Entre janvier et avril le montant des impayés s’élève à 5 600 €.

Un nouveau règlement signe la fin des situations à la carte.

Deux possibilités de statut sont désormais offertes à l’élève, demi-pensionnaire au trimestre ou externe.

 

Exceptionnellement, un externe pourra manger à la cantine en achetant un ticket à la mairie 48 heures à l’avance.

 

Par contre, un élève déclaré demi-pensionnaire devra, quant à lui, payer les 4 repas par semaine, qu’il les prenne ou pas.

 

Monsieur Chevalier dit qu’il y aura toujours des cas de force majeure à gérer et que le but est aussi de créer un espace social.

 

Monsieur Régis estime qu’avant d’être un service social, c’est un service public.

 

Monsieur Boudet dit qu’il est toujours possible de recourir au CCAS pour les difficultés passagères.

 

(La question de la difficulté de gestion de la cantine a été soulevée lors de la réunion publique, elle a été considérée « vague », il est à déplorer que la réponse elle aussi ait été « vague », il n’a nullement été question de ce changement du règlement pourtant déjà à l’ordre du jour).

 

Monsieur Parize estime étonnant les tarifs du ticket de la cantine, à service égal, tarif égal.

Tarifs de la cantine, externe 3,50 €, demi-pensionnaire 2,50 €.

Monsieur Chevalier adhère à cette remarque.

Le coût de revient d’un repas est de 7 €, pour éviter tout contournement de la règle on a élevé le tarif pour les externes.

Que précise le règlement intérieur en cas d’absence prolongée ?

Trois jours de carence seront appliqués pour l’enfant qui ne peut manger à la cantine pour cause de maladie justifiée par certificat médical. Au-delà de ces trois jours, les repas seront reportés.

Les tarifs sont majoritairement inchangés.

 

Finances (suite) :

 

  • Tarifs municipaux 2011

 

 

Monsieur Parize demande où est la salle Brusson (500 €) ?

 

Il s’agit en fait de l’espace Brusson qui peut être loué par exemple comme lieu de tournage pour des films …

 

Monsieur Parize fait part de la remarque qu’on lui a faite :

Le tarif du dépositoire s’avère élevé en considération de la durée de construction d’un caveau

31 €/mois les deux premiers mois et 61 à partir du troisième.

Monsieur le maire propose de passer à 61 € à partir du 4ème mois.

Vote à l’unanimité.

 

 

  • Demande de subvention. Acquisition de matériel pour le service « Espaces verts »

 

Un broyeur composteur pour la somme de 8 945 € HT

Une tondeuse pour 26 500 € HT

Monsieur Dumoulin demande s’il n’y a pas possibilité de mutualiser les outils, Monsieur Parize surenchérit, précisant la proximité du futur garage de la communauté.

Monsieur Dumoulin précise « mais non, ils n’achètent plus ».

Devant le silence général, il s’interrompt et Monsieur le Maire précise que la mutualisation des outils est impossible du fait qu’ils sont utilisés dans les mêmes périodes par les deux entités.

La destination de l’ancien matériel n’est pas précisée.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Acquisition de matériel pour le service « Bâtiments »

 

Achat d’une ponceuse télescopique : 855,20 € HT, une subvention peut être sollicitée pour toute somme supérieure à 500 €.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Acquisition d’équipements sportifs

 

Monsieur Bragagnolo informe qu’il faut changer des cages de buts en mauvais état pour la somme de 2 450 € HT.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Acquisition d’un copieur pour l’école primaire Michelet pour la somme de 5 133 € TTC.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Travaux de réfection courts de tennis

 

Il s’agit des travaux tournant effectués tous les deux ans.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Travaux d’aménagement pour la salle des fêtes de Magnanac

 

Il s’agit de revoir l’électricité, le chauffage, les peintures. Pour le moment, c’est à l’état de consultation, les travaux seront réalisés en fonction des subventions.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Aménagement d’un logement de fonction. Gardiennage du gymnase

 

Il s’agit d’aménager un logement au dessus de la poste.

Vote à l’unanimité.

 

Monsieur Dumoulin demande s’il serait possible de faciliter l’accès au distributeur de la poste pour les handicapés.

Monsieur le Maire répond que dans le cadre de la loi, une étude est en cours pour permettre l’accès dans tous les établissements.

 

 

Urbanisme/Travaux :

 

  • Avenant n° 2 au marché de maîtrise d’œuvre pour la réalisation d’une crèche

 

Compte tenu du taux d’actualisation du prix des matériaux, le coût prévisionnel des travaux s’élève en 2011 à 1 197 780 € HT.

Le coût prévisionnel de la rémunération du maître d’œuvre à 160 118,07 €.

Il y aura une réponse pour la subvention de la crèche en juin.

L’architecte, déjà employé par l’ancienne municipalité est correct.

Vote à l’unanimité.

 

  • Avenant n° 1 au marché de maîtrise d’œuvre pour l’aménagement de voiries à Magnanac

 

Adaptation du projet, réajustement des prix. Une remarque est faite, quand une municipalité établit un cahier de charges, il n’est pas légitime de payer un surplus. Il faudrait que les architectes et les sociétés s’engagent sur un objectif de résultat.

Vote à l’unanimité.

 

  • Lotissement « Résidence de la Massague ». nouveau projet de convention de transfert des équipements communs dans le domaine public communal

 

Suppression de l’ancienne délibération, le transfert de propriété interviendra quand 80 % des travaux seront réalisés.

Monsieur Parize soutenu par Monsieur Patrice Bétirac s’étonne de cette rectification qui est un retour en arrière par rapport à la position prise par Madame Terrancle, adjointe à l’urbanisme et acceptée lors du précédent conseil. Celle-ci tenait à ce que les équipements communs soient transférés dans le domaine public à l’achèvement des travaux de la dernière maison afin d’éviter des coûts supplémentaires.

Monsieur le maire dit qu’il faut trouver un juste milieu. Le bâtisseur participe pour 400 000 €.

Monsieur Patrice Bétirac, parait désabusé et avoue « public-privé, privé-public, c’est une salade sans fin. »

Une voix contre.

 

Administration générale :

 

  • Tirage au sort des jurés d’assises 2012

 

Madame Wolf procède au tirage au sort sur les listes électorales, il faut avoir plus de 23 ans.

 

  • Renouvellement de la convention d’objectifs et de moyens avec la MJC

 

La durée sera de 18 mois à compter du 1er janvier 2011, cette convention a reçu un avis favorable de la commission enfance-jeunesse.

L’action jeune est prioritaire, prend une orientation nouvelle, la MJC ira davantage sur le terrain.

En coordination avec les trois directeurs il y aura une réunion mensuelle pour améliorer la communication, avoir une meilleure visibilité globale.

Jean Marc Dumoulin parait satisfait de l’éclairage donné.

Vote à l’unanimité.

 

Monsieur Patrice Bétirac souhaite à la fin de ce conseil connaitre le taux d’augmentation de la fiscalité de la communauté de communes.

On lui demande des infos sur le coût du marché de Noël, de l’OMPCA.

Il lui est répondu par Monsieur le Maire que l’augmentation sera sûrement conséquente, que les compétences de la communauté de communes sont économiques, la ZIR va couter cher …

Il n’est pas habilité à parler à la place du président de la communauté, la date du prochain conseil communautaire ne serait pas fixée. Sur un ton sarcastique, il propose de licencier la moitié du personnel ou de ne pas remplacer les départs en retraite afin d’économiser …

 

(Nous n’avons pas obtenu lors de ce conseil de précision sur l’octroi des subventions aux associations, pas plus que de chiffres précis sur les différents budgets rapportés par Monsieur le Maire, peut être pourra-t-on les trouver après retour de préfecture sur le site de la mairie ?

a ce sujet, le conseil municipal du 14 février 2011 a été complété sur le site de la mairie).

 

Comme toujours ce compte rendu se veut le plus fidèle possible
et nous restons ouverts à toute réflexion
ou toute précision.

 

Dans la salle : Retour sur la tarification de la restauration scolaire

 

Une parente d’élève souhaite revenir sur le nouveau règlement de la cantine …..

 

Cette dernière demande comment seront gérées les absences liées à une scolarisation partielle dans un centre spécialisé. Les enfants concernés ne mangent de manière régulière qu’une partie de la semaine. Les familles seront-elles obligées de payer les 4 repas ?

 

Elle s’interroge également sur les modalités appliquées aux parents travaillant sur planning ou, notamment dans le milieu médical, sur des roulements de 3 jours. Le règlement actuel leur permettait de récupérer leur progéniture pour le repas plusieurs fois par semaine.

 

Monsieur Amiel répond qu’il ne saurait y avoir de cas particuliers. Le décompte des repas se fera uniquement sur la base de 4 jours, même si les enfants ne sont pas présents. Cette décision fait suite aux carences parentales en matière d’inscription à la restauration scolaire. Aucune autre solution n’a pu être envisagée. Il précise qu’en contrepartie, aucune augmentation du prix du repas n’a été prévue.

 

La personne l’ayant interrogé sur ce point réfute le propos en précisant qu’un enfant qui ne mange que trois fois dans la semaine paiera 4 repas. Il y a donc une augmentation cachée, mais une augmentation réelle du prix du repas.

 

Comment peut-on ne pas tenir compte de la scolarisation régulière d’un enfant handicapé ou en situation difficile et infliger aux familles le paiement de repas non pris dans l’établissement. La situation ne revêtant pas de caractère exceptionnel, il est facile de prendre en compte la situation de ces enfants. Au lieu de cela, on leur inflige la double peine !

 

Monsieur AMIEL persiste, il n’y aura pas de cas particulier, le paiement trimestriel de la restauration scolaire sera la même pour tout le monde : 4 repas par semaine.

version PDF

commentaires

Vers une quête de la Démocratie de proximité ?

Publié le 27 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Par Jean Philippe TIZON

Au contraire des séances précédentes, où le quidam supportait un long monologue à la Fidel Castro, la barbe en moins le power-point en plus, cette année le bilan de la majorité municipale « réussir villemur » se voulait plus collectif (1). Les adjoints et le conseiller délégué s’y sont, avec plus ou moins de bonheur,  attelés.

Ce type d’exercice entend prouver l’existence d’une intelligence  collective  en lieu et place d’une approche, supposée, monolithique. L’exercice, même contrôlé, s’avère toujours un brin périlleux. Il peut mettre en exergue  des dissonances de fond entre élus (es). Comme en musique, les dissonances naviguent entre les aigües et les « sourdes ». Ce soir là,  les sourdes se voulaient à l’honneur. D’ailleurs les citoyens (nes), à voix basse,  au fond de la salle  chuchotaient aux creux des oreilles leurs commentaires à chaud  sur les creux, réels ou supposés, des différents monologues du… conseil.

Le public a assisté à trois types de prestations d’élus (es) :

-          Celles et ceux qui se projetaient sur l’avenir avec  en toile de fond la question du sens de l’action publique

-          Celles et ceux  qui se sont cantonnés (es) dans un bilan de simple gestion

-          Celles et ceux  qui ont essayé de présenter un bilan a minima alors que leur fonction demeure éminemment politique (au sens de polis la cité)

Régulièrement, ces colonnes rappellent que la forme rejoint le fond. En ce cas présent, une démarche unique de communication collective a favorisé l’émergence de différentes  perceptions de la chose politique. Ce phénomène ne se veut pas nouveau mais demeure relativement intéressant.

En effet, pour tout observateur, ce bilan de « mi mandat » s’avère un peu fade  non pas tant  sur le bilan matériel en cours de réalisation que sur le manque de  vision  globale. Bref une interrogation s’invite avec force : quelle équipe pour quel projet de société dans un contexte  de mise au pas des collectivités ?  Par extension,  au vu des différentes interventions, la question du sens de l’action et sa finalité au service de qui et / ou de quoi s’impose aux consciences.

En cette période de dérives ultra-droitières, de pilonnages systématiques des valeurs de  la République et du Conseil National de la Résistance  par le pouvoir en place, se pose la capacité  des élus(es) républicains -en lien avec les populations- à organiser une résistance et à construire une espérance au sein de leur collectivité. Un des axes principaux passe par la coordination des politiques culturelle, jeunesse et sociale.

Quoi dire à ce propos ? Il existe, en effet,  une volonté  et du sens politique en matière de culture. Cette approche favorise à la fois la promotion des artistes « locaux » et la volonté d’amener les gens à la découverte d’autres horizons. Mais que peut la culture seule sans l’apport d’une politique jeunesse innovante d’un côté et d’une politique sociale dynamique de l’autre ?

Dans le premier cas, l’approche consiste à gérer l’existant en fonction des rapports de force du moment et à céder du terrain dans un sens ou dans un autre. Le tout en niant, nous ne savons pourquoi, le contexte politique national et ses terribles conséquences. Dans le second cas,  cela revient à gérer au cas par cas – version dame patronnesse- les problèmes sans oser les globaliser, donc éclairer les enjeux sous un jour nouveau. Bref cachez cette misère, matérielle et souvent morale,  que nous ne saurions voir.

Une attitude à rapprocher de certains discours d’élus sur la lutte des « Molex ». A « trop parler » de ce conflit exemplaire, ils avaient et ont le sentiment que cela porte atteinte à l’image de la ville. Conséquences : Les résultats catastrophiques des cm2 aux évaluations ? Quels résultats, rien à voir circulez. Les jeunes « en errance » diverses et variées ? Vous exagérez, d’ailleurs le dernier protocole signé avec la MJC transforme des animateurs en éducateurs de rue. Problèmes ? Non, il n’y a pas de problème mais  plus de surveillance policière. Au niveau social ou plutôt de la solidarité ? Non, non, il ne faut pas déformer la réalité. Des situations de détresses morales, des situations de détresses sociales, des adolescents en danger, etc. ? Pas à Villemur ou si peu.

« Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ». A force de nier la réalité du nombre de situations complexes sous le prétexte de ne pas « noircir » l’image de la ville,  nous contribuons collectivement à créer, petit à petit,  une bombe à retardement.

Une image de ville  se construit d’abord par sa capacité à poser sans crainte les enjeux auxquels elle se confronte et à trouver avec ses moyens des solutions humaines pour y répondre.

Tel est l’enjeu de la quête de sens à donner à l’action publique.

Si le  rejet  moral des dissonances entre les discours et les actes semble grandir, reste la tendance villemurienne à trop tomber dans les enjeux de personnes en lieu et place des enjeux politiques. Les citoyens n’attendent pas l’impossible de leurs élus de proximité.  Ils veulent un comportement d’écoute avec une prise en compte, a minima, des interrogations soulevées. Nous le savons, la maïeutique reste douloureuse. Accoucher de solutions locales après avoir formulé les bonnes questions demande pas mal d'efforts. Mais ne l’oublions pas, surtout en ce Sud-ouest, après un gros effort de réflexion vient un grand réconfort moral.

 

1)       Cette approche positive sur la forme prouve qu’écouter l’Œil (1), ce n’est pas le moindre des paradoxes, peut servir. Voir le compte rendu et l’analyse de l’an dernier.

commentaires

VILLEMUR, INVITATION EN UsinoTOPIE,

Publié le 26 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 mercredi 27 avril à 18h,
  à la rencontre d'Isabelle Frémeaux et John Jordan,auteurs du très bel ouvrage "les Sentiers de l'Utopie".
"Les Sentiers de l'Utopie", c'est un livre-film, fruit d'un voyage de six mois à travers l'Europe, à la rencontre de diverses communautés et de ceux qui choisissent de vivre autrement. Ils ont partagé d’autres manières d’aimer et de manger, de produire et d’échanger, de décider des choses ensemble et de se rebeller.

 Deux personnalités, un ouvrage, et une démarche  qui nous touchent et que nous souhaiterions partager en votre compagnie.

Serez-vous du voyage ?


DES LIENS POUR NAVIGUER:
Le blog des auteurs :  les Sentiers de l'Utopie.
Toute l'actualité de l'UsinoTOPIE : "D'Ailleurs...
A PROPOS DES AUTEURS :
Isabelle Frémeaux est Maître de Conférences en Media et Cultural Studies à Birkbeck College-University of London.
John Jordan est artiste activiste, co-fondateur des groupes d’action directe non violente Reclaim the Streets et l’Armée des Clowns.
Ensemble, ils sont co-fondateurs du collectif 
The Laboratory of Insurrectionary Imagination.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Plusieurs exemplaires de l'ouvrage seront disponibles à l'UsinoTOPIE, ainsi qu'un exemplaire de prêt.
commentaires

Communiste !

Publié le 25 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

Il peste contre notre époque, nous livre une envolée de sentiments, une émotion folle …


A découvrir :

Du rouge et des passions

Par Cyril MOKAIESH

commentaires

Villemur, exposition en hommage à André Falba

Publié le 25 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

  1

 

Bien sûr, nous vous connaissions à travers vos œuvres. Qui n’a pas chez lui une carte postale des Greniers du Roy, de la Tour, avec dans l’angle Votre signature.

 

Nous ne faisions pas partie de vos intimes et vous avons rencontré pour un journal de campagne.

Humain, humble, émouvant, discret votre œil s’animait pour évoquer votre Villemur, nous transportant dans le café de vos parents, ou pour évoquer vos passions de collectionneur.

Vous dépassiez votre modestie pour communiquer votre immense savoir.

Par pudeur, par timidité, nous n’avons pas su vous dire combien nous avons apprécié ces moments dans votre intimité, moments de souvenirs avec Mimi, instants trop brefs inscrits dans nos mémoires.

Souvenir ému gravé dans notre cœur, dans nos pensés où vous continuerez de vivre Monsieur Falba.

Cette salle à votre nom est un légitime hommage à votre investissement pour faire vivre votre ville, notre ville.

2

Autour de trois œuvres de Monsieur Falba, vous pourrez apprécier celles de plusieurs artistes.

La plus jeune, Emilie Serris en compagnie de Anne Vautour, Alain Besse, Alain Gaiffe, Jean François Dettori, Jean Basquiéra, Michel Gallo, Christiane Senges et son époux Gaston à découvrir sous un angle sûrement méconnu de beaucoup mais plein de saveurs. Une belle palette de peintres, d’œuvres d’inspirations variées auxquelles il faut associer les sculptures d’Elisabeth Durandin.

345

A visiter et revisiter jusqu’au 1er mai 2011

commentaires

Bilan d’activité de la majorité municipale - 2ème et dernière partie

Publié le 24 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

Bilan d’activité de la majorité municipale (2)

 Les adjoints se ressemblent mais ne se suivent pas - ou l’inverse ?-

 

Un tel exercice politique tient du grand oral de troisième cycle universitaire. Certains brillants réveillèrent la salle d’autres plus terne n’ont eu droit qu’à des applaudissements polis. Cette approche a le mérite d’exister et d’informer dans les grandes lignes les habitants (es) présents(es). Ces derniers(es) ont joué avec brio leur rôle de citoyens (es) en sachant poser avec pertinence un certain nombre de questions. Malgré quelques tentatives, la tentation du radio crochet a été largement évitée au profit d’une approche plus politique. Est-ce un premier signe du dépassement des questions de personnes au profit du fond politique ? L’avenir nous le dira

Nous publions ci-dessous les grandes lignes des interventions.


Travaux :

Monsieur Guerci en charge des travaux « tirait le premier » grâce à son titre de doyen dira t-il et de premier adjoint ajouterons nous.

Le premier rang presque vide avait anticipé le danger du tir d’humour. « I have a dream, we can »

M Guerci énumérait alors la longue liste de travaux, précisant leur coût.

Prévisions pour l’avenue Kennedy, Sayrac, l’avenue St Exupéry, la salle des fêtes du  Terme, la traversée de Magnanac…

 

Administration générale :

Madame Wolf en charge de l’administration générale délivrait les différentes informations sur l’état civil villemurien, nombre d’actes de décès, de naissances…

Evoquant l’extension des cimetières de Sayrac et Le Terme elle faisait part des contraintes administratives imposées par la préfecture relativement aux critères de distances des habitations, aux surfaces, au respect des nappes phréatiques…

Madame Wolf est chargée de retranscrire sur le site de la mairie les différentes manifestations et a donc appelé les associations à lui transmettre les informations.

La police municipale, avant tout police de proximité a assuré en 2010, trois cent cinquante sept jours de présence, surveillé en période de congés 61 maisons.

 

Le public pose une  question relative au mode de récupération des tombes.

Un document officiel sera apposé sur les tombes concernées, les familles devront se faire connaitre en prenant contact avec la mairie.

Sans identification de descendant, au bout de deux ans la tombe sera récupérée.

 

Comment se fait-il, s’interroge la salle, que les manèges accèdent au centre ville pour la foire, non pour la fête ?

C’est une question de sécurité, il y a moins de manèges pour la foire de printemps.

 

 

Culture, patrimoine, tourisme :

Monsieur Régis qui œuvre dans ces domaines relate les temps forts de l’année 2010

L’accent est semble t’il porté sur le soutien aux artistes locaux. Evoquant la relance de l’activité cinématographique par la convention avec la MJC, il appelle à la fréquentation assidue du cinéma qui a reçu 3000 spectateurs depuis la réouverture de la salle, il remercie les projectionnistes bénévoles.

Monsieur Régis revient sur les expositions organisées par les associations du Villemur historique et de la sauvegarde du patrimoine qui ont connu un succès retentissant,   5500 visiteurs pour la seule exposition sur les Cathares.

La culture, l’art, ne peuvent se dissocier du patrimoine. Les anciens bâtiments Brusson ont bénéficiés d’un nettoyage, 1500M3 de détritus ont été retirés.

La future salle de spectacle de Villemur sera installée sur les lieux de l’ancienne scierie. Les travaux devraient être attaqués au printemps 2012.

 

Urbanisme :

Madame Ingrid Terrancle, adjointe à l’urbanisme souhaite pour sa part revenir sur le SCOT et son rapport avec le PLU. « Le SCOT représente le coté législatif, le PLU le coté réglementaire » !    

Il faut prendre conscience que dans le futur PLU qui se doit de respecter les directives du SCOT, les actuelles zones ND ou NC de l’actuel POS risquent de passer en zone A avec toutes les contraintes engendrées en matière d’extension, de construction de piscine …

 Elle souhaite la mobilisation du monde agricole, confirme que des ouvertures de zones d’urbanisation seront effectuées sur Sayrac et Le Terme.

 

Une question posée l’amène à affirmer que les zones sous PPRI ne pourront être ouvertes à la construction.

 

La vitesse sur les deux départementales encadrant Le Terme est déplorée. L’élue est hélas bien placée pour être sensibilisée au problème, la mairie semble cependant n’avoir d’autre moyen que de contrôler la vitesse avec le cinémomètre, il en est de même pour l’avenue Marchet.

Différentes solutions sont évoquées, mais le problème reste en suspens.

 

Commerce, communication, aux associations :

 Madame De Vecchi adjointe en charge de ces secteurs prend la parole, reconnaissant qu’elle n’a pas grand-chose à nous dire puisqu’elle communique régulièrement avec nous …

Villemur compte 159 commerces, activités artisanales comprises.

Il est difficile de fidéliser commerçants et clients sur le marché où l’on trouve pourtant tout ; il est inutile d’aller à Fronton …

Le marché de Noël villemurien est imité et les toulousains le fréquentent, il sera reconduit différemment cette année.

Interrogée sur les lacunes du site de la mairie, madame De Vecchy qui le trouve si joli conteste en toute bonne foi cette appréciation … elle répond à une autre question sur l’OMPCA, « nous devrions être dans la 3eme tranche mais suite à des difficultés la troisième tranche se superpose avec la seconde » nous sommes donc dans la seconde tranche …

 

Education, enfance, jeunesse :

 

Monsieur Amiel prend à son tour la parole pour évoquer différents thèmes le concernant.

Une nouvelle convention d’objectif doit être signée avec la MJC.

Un nouveau conseil municipal d’enfants a été élu et cette fois pour un mandat de deux ans.

La charte de soutien à la parentalité est mise en place.

Un nouveau contrat enfance jeunesse a été signé avec Le Born, La Magdelaine et la CAF.

La crèche compte 94 enfants reçus à domicile par 20 assistantes maternelles. La halte garderie reçoit 110 enfants.

Le décompte des services rendus aux familles se poursuit avec l’espace jeune : les différentes actions de la MJC.

Les objectifs, réussite scolaire, éducation, l’accès à la culture et aux loisirs pour un maximum d’enfants.

La réhabilitation et l’extension de Bernadou permettront d’accueillir diverses structures.

Les travaux devraient débuter en septembre 2011 pour une ouverture en septembre 2012.

 

En réponse à une question monsieur Amiel admet que le taux de réussite aux dernières évaluations se situe au dessous des moyennes académiques et nationales.

Différents critères sont à prendre en compte et il faut attendre le comparatif officiel.

Concernant la charte de parentalité une réunion s’est tenue au collège pour les 6ème et CM2. Seulement trois familles s’y sont présentées. « Il ne faut pas baisser les bras ».

Quant à la cantine, les problèmes perdurent, 40% des enfants non inscrits y mangent, ce qui pose problème, doit être examiné, des solutions adaptées sont recherchées.

 

Sports et des travaux spécifiques :

 

 Monsieur Bragagnolo responsable doit s’occuper d’une quarantaine d’associations sportives.

Différents travaux sont énumérés parmi lesquels la salle des associations à Magnanac, les travaux à l’église qui devraient être réouverte pour la fête du hameau.

La création d’un giratoire, d’un parking VL et PL.

Il reparle du collège et de son passage sous-terrain, du raccordement des lieux à la station d’épuration existante et de la création de mini-stations sur Sayrac et Le Terme.

Le club canin semble poser problème à une personne qui déplore le manque de sécurité, chiens non tenus en laisse, stationnement ….

Il est impossible avec le PPRI de construire des murs autour du terrain d’entraînement qui a été installé le plus loin possible des habitations.

Un intervenant souhaite connaitre les lieux des futures mini-stations, les modalités de fonctionnement.

Il s’inquiète de ne pas avoir reçu d’informations précises, monsieur le maire lui ayant assuré qu’il suivait lui-même le dossier.

Des études sont en cours, les précédentes n’ont pas reçu l’aval de la préfecture.

Des nombreux questionnements sans réponse sur ces mini-stations et notamment une, comment se fait-il que ce ne soit pas l’adjointe en charge de l’urbanisme qui prenne en main ce dossier ?

 

Politique sociale :

Enfin monsieur Azo prend la parole pour évoquer l’action sociale, le CCAS …

Des aides directes pour le loyer, l’électricité, le gaz, les mutuelles, frais d’obsèques peuvent être consenties.

Il tient à rappeler que le CCAS ne délivre jamais d’espèces.

Des aides spécifiques sont dirigées vers des dossiers nommés, CORAFIN.

Cinquante euros seront consentis cette année à chaque jeune passant le BAFA.

Différentes associations d’aides aux personnes restos du cœur, le trèfle à quatre feuilles (déménagé à Castelnau) reçoivent un soutien,

La réhabilitation des HLM attendue depuis longtemps devrait débuter en mai.

Trois à quatre dossiers d’accession sont traités chaque mois.

Le rachat du foyer-logement des Magnolias devrait permettre d’améliorer le confort des résidents. Le personnel de nuit devrait toucher une prime.

En association avec Bessières et les communes du canton l’opération « séniors en vacances » devrait être reconduite.

Il faut redéfinir le règlement et revoir la publicité pour faire connaitre la navette ville, la rendre accessible au plus grand nombre, il n’y a que six utilisateurs à ce jour.

 

Dans la salle on questionne suite à ce constat sur les actions à venir, l’épicerie solidaire, le projet d’accueil de jour …

Le projet d’épicerie solidaire est abandonné, les structures existantes, resto du cœur, trèfle à quatre feuilles semblent suffire.

Il est question de créer des jardins ouvriers et d’installer un Centre d’Aide par le Travail.

Une étude pour définir les besoins sociaux sur le terrain a été conduite mais pour le moment pas de projet spécifique …

 

Perspectives :

Monsieur le maire remercie les élus, ainsi que le personnel communal …

Il revient à son tour sur le SCOT et tente d’expliquer la démarche.

Les communes ces dernières années travaillaient seules avec une autonomie importante.

Aujourd’hui, la marge de manœuvre financière baisse et les collectivités subissent le monde en mutation. Les territoires en mouvement connaissent des difficultés d’ordre économique.

Les grands projets devront être menés sur des territoires plus vastes,  «  le nombre aide à prendre du poids ».

Notre communauté accueillera en janvier 2012 ou 2013 la commune de Bessières, le préfet souhaite pour 2016, 2018 une extension vers la communauté de Castelnau-Fronton.

La croissance est un gage de pérennité qui nécessite vigilance mais est incontournable, il faudra apprendre à partager …

Monsieur le maire énumère différents projets d’avenir en précisant « qu’on ne touchera pas à la fiscalité », pour le moment le budget est suffisant mais si on tient compte de l’inflation, de l’état qui se désengage, celui qui dans l’avenir dira qu’il peut ne pas augmenter les impôts « sera un menteur ».

« Arrêtons le misérabilisme ».

Les travaux pour Labinal devraient se terminer fin 2011. Il est prévu de racheter l’intégralité des anciens bâtiments, d’en rétrocéder la partie nord à VMI, de prévoir des logements, de conserver la cheminée …

Pour Pechnauquié, sans parler à la place du président de la communauté des communes, il sera difficile, selon monsieur le Maire, de ne pas augmenter les impôts de la communauté de communes.

 

Diverses questions.

Le déplacement de la caserne des pompiers pourrait-il être envisageable sur la zone Labinal ?

Totalement impossible par rapport au PPRI, le sujet aurait été abordé avec monsieur Izard qui en un langage fleuri a exprimé une fin de non recevoir.

Y-a-t’il des projets pour encourager le tri sélectif ?

Cela est de la compétence de la communauté des communes, il faut le faire à moindre coût. Des solutions seront proposées en début d’année prochaine.

Est-il prévu une aire de jeux pour les petits dans le vieux Villemur ?

Il y a des contraintes énormes, le PPRI …

 

« En guise de conclusion »

 

Chers lecteurs, vous comprendrez la difficulté de rapporter toutes les informations. Néanmoins, pour les plus curieux, la plupart des projets sont relatés soit dans les comptes rendus des conseils municipaux, soit par le soin des élus sur le « MAG VILLE » …

Pour le PLU n’oubliez pas la date du 30 mai.

 

Si nous devons retirer un enseignement de cette soirée nous retiendrons la juste appréciation politique de monsieur le maire « Le nombre aide à prendre du poids »

 

Un appel à se réveiller, à se mettre debout fort apprécié dans ces colonnes numériques.

commentaires

CONCERT DE L’ECOLE DE MUSIQUE

Publié le 24 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

Quand le soleil se lève sur Villemur

 

 

DSCN1410Une bien douce soirée s’était annoncée ce samedi 16 avril avec le concert annuel de l’Ecole de Musique de Villemur. Venus soutenir l’association qui œuvre toute l’année à l’éveil et à la formation musicale de nos jeunes, nous nous sommes laissés emporter par les notes qui se sont égrainées durant plus de deux heures pour le plaisir de tous.

 

L’exceptionnelle qualité de ce concert a su nous captiver. Classique, rock, reggae, jazz, swing étaient au rendez-vous grâce, non seulement, à des musiciens d’un très bon niveau accompagnés par leurs professeurs, mais également à de jeunes voix étonnantes. L’amateurisme semblait bien loin.

 

DSCN1433Comment ne pas penser à l’intergénérationnel qui sera bientôt à l’honneur dans notre ville en voyant se succéder sur scène les jeunes enfants du solfège, des adolescents, de jeunes adultes et des personnes à qui les différents printemps ont apporté expérience et plénitude. Un bel exemple de complémentarité auquel ont participé plusieurs associations en apportant leur aide pour la réalisation de cette soirée.

 

DSCN1413L’école de Musique de Villemur a prouvé, s’il fallait encore le faire, l’importance et le sérieux de leur association dont l’objectif est sans nul doute atteint et l’investissement récompensé par les jeunes talents qu’ils nous ont présenté.

 

 

 

 

 

 

 

Catherine TIZON

commentaires

Bilan d’activité de la majorité municipale : première partie

Publié le 23 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

En plein dans l’Œil


Cette réunion publique destinée à présenter les actions en cours, les projets à venir, a gagné en rééquilibrage des rôles.

Avec plus ou moins de bonheur chaque adjoint a pris la parole pour exposer son œuvre, quelques uns ont abordé l’avenir avec conviction, d’autres manquant d’ouverture sur ce futur sont restés dans un constat à courte-vue.

Vous retrouverez un succinct compte-rendu après une nécessaire et cordiale mise au point.

 

« Un œil sur Villemur » a été évoqué à la fois dans la salle et en réponse sur la scène.

Nous contentant du rôle de spectateurs, d’éventuels interlocuteurs, nous n’avons souhaité réagir en direct à « un site concurrent » pour l’un, « des commentaires » pour l’autre.

 

La concurrence en la circonstance nous paraît inadaptée, elle signifierait une rivalité, soit de personnes, soit d’intérêt.  Nous n’avons pas pour objectif une quelconque compétition.

Quand nous avons créé le blog, le site de la mairie n’existait pas, nous avions identifié le fort besoin d’information de nombre de citoyens (nes).

Aujourd’hui le site officiel de la mairie existe, est exploité comme l’entendent les élus aux manettes.

Nous poursuivons, de notre côté, un travail d’information le plus honnêtement possible en fonction des renseignements obtenus. Nous approfondissons certains sujets et tentons de coller à l’actualité.

Il n’est pas toujours évident de se retrouver dans les méandres des logos, des structures …

Nous essayons d’apporter nos modestes lumières afin de favoriser un éclairage différent des dossiers, des enjeux macro et micro sociétaux auxquels notre cité n’échappe pas.  Nous contribuons à une forme de transparence de la vie sociale et citoyenne.

 

Attachés à la démocratie, nous souhaiterions que le mot « participatif » revête véritablement du sens.

Parce que nous vivons sur un territoire que nous avons appris à aimer, à respecter, nous disons haut et fort que c’est dans le but de le faire s’épanouir que nous nous investissons avec une réelle arrière pensée : celle de l’éducation populaire.

 

Nous souhaitons faire évoluer positivement notre environnement, tant sur le plan économique, social que culturel en favorisant les idées républicaines et de gauche mais aussi dans le respect des opinions autres (du moment que  celles-ci ne tendent pas vers le rejet des différences).

Gauches nous pouvons l’être parfois, dans nos colères, nos révoltes, nos espérances.

Nous n’éprouvons pas la nécessité de nous en excuser car nous mettons tout notre cœur à construire et à tendre vers un monde meilleur.

Nous tentons de mettre nos actes en conformité avec nos idées en nous investissant sur le terrain et ne nous contentons pas de commentaires ou d’interprétations gratuites. Au delà d’une approche critique, nous nous voulons force de propositions alternatives à un consensus de bon aloi. Ce dernier peut conduire à la passive désespérance, au découragement destructeur de toute initiative, à l’indifférence manifeste à toutes formes de devenir. L’ère Sarkozy le prouve.

Enfin, vous avez dit Commentaire, ou comment taire ? Nous pensons à l’instar de Beaumarchais que « sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur »

L’équipe du blog

commentaires

CHAPEAU !

Publié le 22 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

100 1409 edited

 

Que dissimulaient ces dunes blanches dans la fraiche pénombre de la salle des Greniers du Roy ?

Des dunes qui tout à coup se sont animées pour laisser naître plein de jeunes comédiens en herbe.

Et s’il vous plait, pas du sinistre gazon, des herbes folles, fraiches, pleines d’humour, de chants, d’amour, d’humeurs dont le parfum vous envahissait, vous imprégnait, vous émouvait.

On en redemande encore et encore des jeunes comme cette troupe théâtrale venue d’Athis-Mons et de Corbeil-Essonnes partager, échanger avec nos enfants villemuriens.

Après « les yeux et la bouche » présenté l’été 2009, ce nouveau spectacle retraçait le parcours initiatique d’un jeune prince en quête de vérité pour l’amour de sa belle.

Notre monde décortiqué à travers des textes de Jean Claude Carrière, Ghérasim Lucas, Aimé Césaire, Michel Lauwers, Jean Michel Ribes …

Un trop court moment de bonheur, d’émotion, d’espérance lucide, créatrice dont on ne pouvait pas sortir indemne, indifférent.

 

Marie Gabrielle GIMENEZ

commentaires

LE GRAND OISEAU BLEU

Publié le 20 Avril 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre cadre de vie

Il revient régulièrement tous les trois ans, le grand oiseau bleu, vole parfois très bas, très bruyamment.

Il flirte avec la cime des arbres, de cet aérien flirt passager naît au printemps suivant un faire-part qui vous annonce la future visite d'hommes équipés de machines infernales ; ils grimpent sur les arbres qui ont eu le malheur de pousser il y a des années prés d'une ligne électrique qui s'est installée dans le paysage et procèdent à l'élagage.

Vous êtes conscients de cette nécessité me direz vous ?

Tout à fait, répondrons-nous.

La chandelle a bien des charmes mais nous sommes tous depuis longtemps attachés à l'électricité, nous en payons d'ailleurs le prix.

Aucune opposition donc à l'intervention, nous avons appris à nous en accommoder, veillons à entretenir ce que nous pouvons très régulièrement sous cette ligne, ne plantons bien évidemment pas d'arbres sur les lieux.

Cette année les élagueurs se sont présentés par deux fois, une première équipe jeune, respectueuse, pour dirons nous, procéder aux tailles sans danger.

Puis l'équipe est revenue avec un élément nouveau, le patron de la boite sous -traitante pour ERDF.

L'as de la tronçonneuse était là, le massacre pouvait commencer !

 

Des trois mètres habituels nous sommes passés à 5 mètres et bien au delà, un coup à droite, un coup à gauche, en haut en bas devant derrière, quelle dextérité ! Quelle adresse !

Impossible de l’arrêter.

Sous nos regards attristés, médusés, interrogatifs qui regardaient descendre les branches il a transformé des arbres en totem qui dans une dernière érection dressaient leurs silhouettes vers le ciel en une muette prière.

Conscients de la mort prochaine des arbres qui, bien que dans la verdeur de leur âge, ne résisteraient pas aux attaques parasites, nous avons sollicité leur euthanasie.

Décision cruelle pour tout amoureux de la nature, prise dans l'espoir d'espacer la rituelle visite meurtrière.

Car le meurtre s'étend au delà des arbres, les poules d'eau qui nichaient sous la verdure dans les joncs de cette zone boisée que nous tentons de protéger se sont enfuies, les oiseaux ont quittés les nids, les œufs sont restés, les iris sauvages n’apporteront pas cette année leur note d'or au paysage...

Pourquoi intervenir à cette époque de l'année plutôt qu'à l'automne quand la nature s'endort ?

Nous avons préféré qu'ils ne procèdent pas à la remise en état obligatoire des lieux, redoutant la méthode.

Il faudra du temps mais nous sommes encore en capacité de procéder au nettoyage. Que se passe-t-il chez les personnes âgées ?

Les photos parlent d'elles mêmes, les arbres abattus contre ce poteau risquent de rester là, attendant les ronces, sous les autres branches passe un ruisseau.

DSCF2571DSCF2564

 

DSCF2569

DSCF2565

 

De bonnes âmes tenteront de procéder au nettoyage.

Ou est le respect de la nature, au nom de la rentabilité, il fallait aller vite, on a laissé sur place des arbres décapités, des branches tronçonnées...

La prochaine fois que le grand oiseau bleu survolera notre territoire nous serons vigilants ...

 

Marie-Gabrielle GIMENEZ

 

Voir : http://www.wix.com/villemursurtarn/un-oeil-sur-villemur#!urbanisme

commentaires
1 2 3 > >>