Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SECU F D

Publié le 27 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

 

En cette époque où de nombreux spécialistes avancent leurs interrogations ou le professeur Grimaldi de la Pitié Salpêtrière sort un manifeste pour une santé égalitaire, comment combattre le trou sans fin de la sécu ?

L’objectif budgétaire de diminuer le déficit peut-il menacer l’avenir d’une sécurité sociale solidaire ?

On dépense beaucoup  mais est-ce le gage d’être mieux soigné ?

Même pas !

Les français seraient des drogués consommant huit fois plus de psychotropes que les autres pays européens.

Est-il utile d’aborder le cout du MEDIATOR (à lui seul pour le moment 10 millions d’euros) et des autres scandales qui tuent.

Parmi les problèmes recensés …

Les laboratoires qui n’innovent plus mais refusent de voir leurs bénéfices diminuer.

L’évaluation du médicament à revisiter.

Des patients devenus des clients de médecins commerçants qui pratiquent le clientélisme face à des malades adeptes du chantage « j’irai voir ailleurs ».

Une médecine curative préférée à une médecine préventive.

Des campagnes de prévention qui, quand elles existent conduisent parfois à des explosions d’interventions inappropriées comme pour le cancer de la prostate qui ne nécessite pas toujours de traitement chirurgical. Autre exemple, le cancer du col de l’utérus, la campagne pour le vaccin prend le pas sur des campagnes de dépistage qui ont fait leur preuve.

Si nous parlions des soins optiques si mal remboursés, ils sont à l’origine de 60% des fractures du col du fémur chez les plus de 65 ans.

Et les soins dentaires peu pris en charge alors qu’ils sont à l’origine de bien des troubles.

La population est vieillissante, on devrait penser à revaloriser ces soins pas anodins pour l’état général des patients.

Certes, les moyens se raréfient et on ne peut plus faire n’importe quoi, il faut veiller à la pertinence des soins, lutter contre la mauvaise utilisation du médicament, les interactions médicamenteuses…

Il faut lutter contre les abus recensés, pourquoi pour la dégénérescence maculaire  (DMLA) accepter un inexplicable écart de prix pour la même molécule commercialisée sous deux noms différents.

Pourquoi tant de césariennes dans certains établissements ou on atteint 45% d’actes alors que dans d’autres on arrive à 15%.

Pourquoi dans ce domaine accepter des interventions dites de « confort » remboursées par la sécurité sociale alors que les jeunes mamans en question accouchent dans de luxueuses maternités.

Ca vous parait fou qu’on préfère une césarienne qui n’est pas sans risque aux douleurs d’un accouchement, à nous aussi et si l’on en croit les spécialistes ça existe.

Peut-on continuer à raisonner en quantité plutôt qu’en qualité ?

Espérons qu’on ne touchera pas au numérus clausus comme à une époque avec le fallacieux prétexte qu’en réduisant l’offre on réduirait la demande, on voit le résultat, des déserts médicaux…

A nous tous de remettre nos pratiques en question.

De l’avis de quelques médecins il faut freiner l’évolution des dépassements d’honoraires conduisant aux urgences les plus démunis atteints de pathologies qu’ils ont faute de moyens laissé évoluer.

Le sort réservé aux arrêts maladie, à différencier des actes qu’on quémande pour bobologie, aggravera le sort des « pauvres et malades » qui ne se paieront pas le luxe d’interrompre leur activité, eux connaissent dans le sens vital l’expression un sou c’est un sou…

Actuellement cinq millions de personnes n’ont pas de complémentaires pour raisons financières et toutes les taxations supplémentaires pénalisent les petits.

Les petits ils subissent déjà l’augmentation du coût de la vie qui grève le budget alimentaire et tout le monde sait les bienfaits d’une alimentation saine comprenant toutes les classes d’aliments dont certaines deviennent inaccessibles aux foyers modestes et même aux classes moyennes.

Et nous n’aborderons pas la vie stressante et tous les symptômes bien connus …

Et si on cernait différemment le problème du financement en taxant réellement les spéculations, si comme en d’autres lieux on était peu frileux pour taxer les importations chinoises, si on créait de l’emploi source de rentrées financières et…

Une question primordiale se pose ; 11% de la richesse nationale sont consacrés à la santé.

Quelle part veut-on y consacrer ?

La solidarité est un choix de société.

Marie-Gabrielle GIMENEZ

commentaires

FETE PAROISSIALE DES 10 CLOCHERS

Publié le 26 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Foi et société

 

 

fete paroissiale

feuille paroissiale cr

commentaires

EN CE JARDIN SECRET…

Publié le 24 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

- Hé Gigi !

- Que t’arrive t-il l’ami ?

- J’ai un secret à te dire.

- Un secret, à moi ? Tu plaisantes !

- Si, si, mais surtout tu promets de garder le silence.

- Il porte sur quoi ton secret ?

- Oh, rien de vital, juste une histoire de gros sous !

- De gros sous ! Actuellement il y a des valises pas très propres, ce n’est pas innocent.

- Je t’en parle, tu trouveras une solution pour faire croire a certains, en douce, que mon projet est tout différent de ce qui se dit. Les gens ils m’énervent, pas moyen de bouger, veulent  pas avancer, toutes ces rumeurs…

-Dis l’ami, prends tes responsabilités, tu veux quoi au juste ? Informer cette amicale compagnie composée d’agents non secrets.

- Mais tu sais bien que je te fais confiance Gigi !

- Je n’en doute pas l’ami, ta confiance est égale à la mienne. Même un aveugle trouverait les ficelles énormes, je n’ai pas l’intention de m’y pendre. Connais-tu la définition du secret l’ami ?

Secret : Qui n’est connu que d’un nombre limité de personnes ; qui doit être caché au public.

Comment peux tu l’ami, en cette docte assemblée me considérer différente du bon peuple que tu aimes passif ?

Je garderai ton secret de Polichinelle non susurré, tu devras chercher d’autres boucs émissaires pour divulguer tes œuvres secrètes.

 

Salut l’ami.

 

GIGI

commentaires

LACHER DE TRUITES AU LAC DE NOHIC - COMITE DES FETES DU TERME

Publié le 24 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

truites

commentaires

PASSE - PRESENT

Publié le 23 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Associations

 

A3

cats                                      RESPIRATION

ici video copier

commentaires

SAINT MICHEL : le centre ville se réapproprie la fête !

Publié le 23 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

Depuis plusieurs années, le centre ville s’était éteint pour les fêtes de la Saint Michel. Point de guirlandes, point de musique, point d’animations.

Cette année 2011 aura quelque peu rompu avec la monotonie ambiante.

Le Comité Multifêtes, soucieux de faire vivre le cœur de notre ville, avait décidé, pour ce nouveau millésime, de renouer avec cet esprit festif qui a abandonné nos concitoyens.

Dès le début des festivités, ce sont les majorettes de la MJC qui ont inauguré la Fête de la Saint Michel avec une superbe représentation armées de leurs bâtons de feu.

2011-09-23 122333los amigosSamedi matin, l’aubade, véritable coup d’envoi de ce week-end, a réussi le trait d’union avec les différents quartiers de la ville grâce à l’engouement et à la bonne humeur de la Banda Los Amigos venue en force. Une rencontre un peu atypique pour notre ville, mais perçue positivement par ses habitants.

Le pari du Comité Multifêtes s’est concrétisé en fin de matinée avec un moment extraordinaire de partage culturel durant lequel le groupe folklorique « Les Troubadours du Comminges », les majorettes de la MJC et la Banda se sont spontanément rejoints place de la mairie pour une représentation commune amicale. S’en est suivi un vin d’honneur placé sous le signe de la bonne humeur dans la salle d’honneur des Greniers du Roy. La journée s’est achevée par un pique-nique sur le site de la fête foraine, repas un peu compromis par les conditions climatiques, mais qui a pu être maintenu grâce au soutien du Comité des Fêtes du Terme venu prêter main forte avec le prêt d’une tente et surtout la bonne volonté qui les caractérise.

Mais le rendez-vous n’allait pas s’arrêter là ! Dimanche matin, C’est le groupe Amanita Muscaria qui a fait résonner ses percussions dans notre bourg, faisant s’entrouvrir les portes et les fenêtres, engageant certains, plus audacieux, à suivre le défilé multicolore jusqu’aux Greniers du Roy.

2011-09-23 122424

Cette année 2011 sera donc une première pour le Comité Multifêtes qui souhaite que la fête de la Saint Michel se réapproprie le centre ville, poumon humain et historique, lieu de rencontres et d’échanges, cœur de notre cité qui s’endort un peu trop, réveillant au passage toutes ces familles anciennes et moins anciennes qui ne craignent qu’une chose : être oubliées !

Le Comité Multifêtes a clôturé ce week-end, le cœur léger et la tête pleine de projets pour l’année prochaine avec sûrement un bal musette le dimanche après-midi et bien d’autres surprises.

Un seul regret pour cette association et pour la population, l’absence remarquée de la quasi-totalité des élus qui ont boudé cette fête populaire… La Saint Michel n’étant que le 29 septembre, peut-être ont-ils manqué le rendez-vous…

 

 Catherine TIZON

commentaires

LOTO – BINGO !

Publié le 22 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

 

Si vous avez les bons numéros vous ne gagnerez pas de supers  lots !

Simplement, de la tranquillité , point d’arbres arrachés, de pompe à refouler, de gaines à chercher, de tranchée à creuser, de facture doublée…

Si vous avez les bons numéros, peut-être dans huit ans on vous contrôlera, et encore, vous n’en n’êtes pas là !

Quel est ce jeu étrange ?

C’est le loto de l’assainissement qui détermine, si oui ou non, à quel moment, vous serez raccordé.

Les gros tuyaux passeront devant votre maison mais DIEU seul sait pourquoi, ne vous concernant pas.

Si logique il y a, il faudrait expliquer.

Que cette jalousie est vraiment déplacée !

Jalousie dites-vous ?

La défense est légère et quelque peu osée.

Au pays de la DEMOCRATIE, quelques mots seraient-ils désuets ?

                               EGALITE   = LEGALITE

                               LEGALITE = EGALITE

 

Marie-Gabrielle Gimenez

commentaires

CONSEIL MUNICIPAL DU 19 SEPTEMBRE 2011.

Publié le 20 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

 

Entre assainissements et vente des biens immobiliers…

 

Rentrée automnale pour ce conseil, regrets de vacances bien paisibles, bruissements, chuchotements, point trop de bruit.

Quelques nuages noirs à l’horizon, prémices d’un hiver frileux où l’on se cachera, s’emmitouflera dans le douillet  cocon d’une attente muette et complice du renouveau printanier.

Jouerons nous les marmottes, sortirons-nous le bout de notre nez ?

 

Trois absents avec procuration pour la majorité, un absent. Un absent excusé pour la minorité, un absent.

 Approbation du procès verbal du 27 juin 2011. A l’unanimité

 

Administration générale :

 

  • Désaffectation des maisons jumelles implantées avenue de la Gare à Villemur.

 

La MJC qui utilise les deux maisons va déménager vers Bernadou en juillet 2012 si les dates sont respectées.

La première procédure pour vendre les maisons est la désaffectation qui autorise à les remettre dans le secteur privé.

Le prix sera surement raisonnable.

Le conseil municipal votera ultérieurement la vente.

Vote à l’unanimité.

 

  • Déclassement de l’immeuble communal 3 avenue Saint-Exupéry à Villemur.

 

Un acquéreur serait trouvé pour la maison.

Les garages seront vendus séparément.

Il faut entamer la même procédure que précédemment.

Monsieur PARIZE inquiet de la pollution des sols des garages dit qu’il s’abstiendra.

Le diagnostic serait en cours en commençant par le devis. C’est à l’intercommunalité, dernier utilisateur des lieux de prendre en charge la dépollution.

Monsieur DUMOULIN soumet l’idée de louer les garages aux habitants des HLM à la recherche des lieux pour leurs véhicules.

L’idée ne semble pas recevable. « La commune n’a pas vocation à avoir un parc locatif important ».

Défend monsieur le Maire.

Monsieur DUMOULIN revient sur la question posée par la présidente du comité multifêtes lors du dernier conseil municipal, elle regrettait de n’avoir pas de local sécurisé.

Que va devenir l’association qui a pris la place dans le bâtiment en vente de la rue Caillassou (ex PRAIE).

Monsieur le maire confirme que le bâtiment est déjà dans les agences et qu’il a rencontré la présidente du comité multifêtes pour solutionner le problème du local.

Monsieur DUMOULIN soulève le problème du logement d’urgence.il n’y a pas beaucoup de demande sur Villemur et la possibilité d’avoir une chambre d’hôte au foyer logement « les Magnolias » suffit à répondre à d’éventuelles urgences. Les lieux sont de plus sécurisés.

Une abstention.

 

  • Assainissement du hameau du « Terme ». Acquisition de terrains pour l’implantation des

stations.

 

La MISE, police de l’eau, qui avait émis des réticences à accorder la possibilité d’extension de l’actuelle station qui va doubler sa capacité.

Une enquête publique est en cours pour les deux stations de SAYRAC et LE TERME.

Elles seront constituées de filtres, plantés de roseaux. Les terrains sont en cours d’acquisition pour le hameau du TERME. Il s’agit d’un espace de 5 000 m2 situé route de Nohic et d’une parcelle de 20 m2 pour installer le poste de refoulement au niveau du pont.

Il faut indemniser le détenteur du fermage pour une somme de 5 850€ HT (1.05 ).

Les terrains seront acquis à 2€50  le m2 comme pour la crèche multi-accueil.

Les sommes seront prises sur le budget annexe assainissement collectif.

Les dossiers de demande de subvention sont partis au conseil général.

Dès 2012 les travaux devraient commencer.

Monsieur PATRICE BETIRAC relève le prix de l’indemnisation pour le fermage qui est bien supérieur à celui qui était proposé pour l’achat de ses terrains (0,80 centimes/m2 ).

Monsieur le maire dit s’en  tenir aux  conseils du notaire et que par ailleurs le cas de monsieur BETIRAC est du ressort du président de la communauté de communes.

Vote à l’unanimité.

 

  • Indemnité de gardiennage des églises pour 2011.

 

L’indemnité de gardiennage en fonction de la circulaire règlementaire accordée au PERE BACHET est de 474,22€.

Vote à l’unanimité.

 

Finances :

 

  • Demande de subvention. Acquisition de matériel pour le service « espaces verts ».

 

Comme expliqué lors des conseils précédents les statuts de la communauté de communes avaient été rejetés par la préfecture.

Il a fallu modifier l’attribution des compétences. La commune a récupéré l’entretien des espaces verts, la communauté celle des trottoirs.

Deux agents ont été recrutés pour l’entretien des espaces verts, il reste du matériel à acquérir.

Monsieur DUMOULIN soulève la possibilité de mutualisation du matériel entre les deux entités.

Cette idée a déjà été explorée mais le matériel est utilisé dans les mêmes périodes.

L’entretien des terrains de sport est de la compétence de la commune et il y a une forte utilisation des produits phytosanitaires.

Un décompacteur  permettrait de modérer l’utilisation de tels produits qui par ailleurs ont un prix conséquent. Le retour sur investissement s’avèrerait rapide.

Monsieur PARIZE demande qui est chargé des entretiens des arbres.

Il s’agit là aussi d’un problème de territorialité.

Monsieur DUMOULIN relève le prix 16 000€ pour le décompacteur et demande si la location a été envisagée.

La question s’est posée mais c’est trop cher précise Monsieur Boudet

Il revient sur la participation de Villemur au budget primitif de l’intercommunalité en soulignant la reprise en charge de certaines compétences qui ont un impact sur le budget communal.

Monsieur le maire réexplique que les statuts de l’intercommunalité étaient « illégaux ».

Il cite des exemples de travaux indument effectués par les deux entités et affirme qu’il y a des compensations entre les différents budgets.

Monsieur ANDRE BETIRAC sollicite une taille plus précoce des platanes de la place CHARLES OURGAUT en considération du nombre d’oiseaux qui s’y réfugient avec les conséquences qui en découlent pour les véhicules stationnés.

Pour des raisons inhérentes à la santé des végétaux il faut attendre les premières gelées qui interrompent la montée de la sève.

De  plus il faut établir un planning pour les agents de la communauté de communes afin de répartir le travail sur l’année.

Vote à l’unanimité.

 

  • Demande de subvention. Acquisition d’un véhicule utilitaire frigorifique pour le service « portage repas ».

 

Le directeur de la maison de retraite a souhaité cet achat qui s’avère nécessaire par rapport aux normes et à la taille de l’actuel véhicule qui sera lui utilisé pour les cantines au règlement moins drastique.

Cinquante repas sont livrés à domicile tous les jours, un véhicule à la contenance supérieure évitera des allers-retours pour récupérer les plateaux à distribuer.

Une subvention est demandée au conseil général.

Vote à l’unanimité.

 

  • Subvention exceptionnelle. Saveurs et senteurs du frontonnais.

 

Une subvention de 100€ est accordée en considération des viticulteurs installés sur le territoire.

Monsieur DUMOULIN insiste sur l’intérêt qu’il y a à une présence plus conséquente auprès des producteurs locaux.

Monsieur le maire assure que l’intercommunalité est déjà présente lors des salons avec l’office du tourisme et qu’au-delà le Pays Tolosan a lancé une étude auprès des cantines essentiellement scolaires pour leur approvisionnement par les producteurs locaux.

Il a évoqué le concept des magasins Intermarché qui ont vendu à un prix intéressant, tant pour le producteur que pour le consommateur des productions locales.

Cette relation existera de plus en plus, le territoire du Pays Tolosan est pertinent pour ce développement, il n’y a qu’a voir le succès du guide « la balade gourmande ».

Vote à l’unanimité.

 

  • Subvention exceptionnelle. FNACA

 

Elle est portée à 150€ par an.

 

  • Travaux d’extension de la station d’épuration. Demande de subvention.
  • Programme de travaux d’assainissement collectif 2012. Demande d’inscription. Extension de la station d’épuration. Tranche 2.
  • Programme départemental 2012 d’assainissement des eaux usées. Demande d’inscription. Assainissement des hameaux de Sayrac et Le Terme.

 

Le coût du projet d’extension serait de 2 millions 135 mille euros HT.

L’autofinancement communal sera égal à 984 000€ en tenant compte de la subvention du conseil général et de celle de l’agence Adour Garonne.

Le budget assainissement collectif est autonome et ne peut provenir que des sommes payées par les usagers.

L’ancienne municipalité avait économisé un million d’euros.

Techniquement il n’y aurait pas de recours à l’emprunt.

Chaque année ce budget s’avère excédentaire.

200 000€ pour l’année écoulée.

Même avec les travaux pour l’extension de l’assainissement du collège et alentours et la création des deux mini-stations on ne devrait pas augmenter le coût de l’assainissement.

Le coût des deux mini-stations serait de 1 million 417 mille euros.

Il y a moins de subvention de l’agence Adour Garonne.

900 000€ resteront à la charge de la commune.

Monsieur PATRICE BETIRAC s’intéresse au financement de l’assainissement pour le futur collège.

Il reviendrait à 300 000€ dont il faudrait déduire la part provenant du PUP (Projet Urbain Partenarial).

Il y a nécessité de reformuler la demande de subvention pour la station d’épuration à agrandir.

 

  • Décision modificative n°1. Ouverture de crédits.

 

Le budget est établi à un temps T et il est fréquent de devoir l’augmenter.

 

Concernant la zone LABINAL l’architecte doit faire des études.

Ces études sont indispensables pour entreprendre des demandes de subvention.

Des ordres de services seront établis au fur et à mesure de l’évolution du dossier.

Une promesse de l’état pour une somme de 300 000€ devait se concrétiser.

Monsieur DUMOULIN s’inquiète du coût de ces travaux et du coût des études.

La rémunération de l’architecte est fonction de la complexité de l’ouvrage et des démarches.

L’architecte devra s’engager sur le montant des travaux.

Pourquoi un seul architecte pour construire le projet ?

Il s’agirait d’un problème de contrôle de légalité.

Ce n’est pas toujours le même architecte qui travaille sur les projets villemuriens.

La construction de la salle de spectacles est évoquée avec une estimation du coût de la maitrise d’œuvre de 187 000€ TTC.

Un avant projet sommaire est établi pour les demandes de subvention ; une de 600 000€ proviendrait de l’état.

Le programme ne sera engagé que lorsque le montant des subventions sera connu et ce sera au conseil municipal de décider de la poursuite du projet.

 

L’enrobé réalisé dernièrement sur les berges a résisté à la crue et il est envisagé de l’étendre à l’ensemble de l’ouvrage. Il faut ajuster le coût de 30 000€ par un apport supplémentaire de 2000€.

Monsieur DUMOULIN demande si un recours est possible contre les entreprises et s’inquiète plus particulièrement des travaux effectués au pied de la tour, ils n’ont pas résisté à la crue.

L’architecte a dégagé toute responsabilité sur ces parties particulièrement exposées. Il a pris les devants par lettre recommandée avec AR. Il n’y a pas possibilité d’indemnisation.

Monsieur DUMOULIN affirme que cette partie va constituer un gouffre financier ; un puits sans fond.

Une abstention.

 

  • Décision modificative n°2.

 

Elle concerne les malfaçons de la piscine.

Monsieur le maire qui lors d’un des premiers conseils municipaux suivant son élection disait avoir pris la responsabilité d’attaquer le maitre d’œuvre parle de la procédure engagée par l’ancienne municipalité ( ?) pour réparer le toboggan, le liner …

Les malfaçons ont été reconnues, en référé, les entreprises ont été condamnées à verser 293 000€ à la mairie.

Elles ont fait appel pour réviser à la baisse la somme consentie.

La cour d’appel a ramené à 240 000€ la condamnation.

La mairie doit donc reverser ± 50 000€.

La probabilité que le tribunal revienne sur la première décision est faible mais il faut rembourser et donc budgétiser la somme qui par ailleurs n’a pas été utilisée.

Vote à l’unanimité.

 

  • Travaux aux bâtiments communaux groupes scolaires. Demande de subvention.

 

Une alarme a été mise en place dans la cuisine centrale et les écoles maternelles.

La commission de sécurité a demandé d’autres travaux qui ont été réalisés par les services techniques de la commune.

 Qui se déplace si l’alarme se déclenche ?

Ce serait l’adjoint de permanence.

Vote à l’unanimité.

 

  • Travaux aux bâtiments communaux théâtre. Demande de subvention.

 

De petits travaux doivent être effectués pour une première mise aux normes ; des devis sont en cours pour la mise aux normes plus conséquente.

Monsieur PARIZE s’inquiète des risques pour les usagers du théâtre dont la réfection rappelle-t-il était un engagement de campagne.

Monsieur le maire dit ne pouvoir condamner à la fermeture tout lieu nécessitant des mises aux normes, il est prêt à engager sa responsabilité personnelle.

Vote à l’unanimité.

 

  • Réhabilitation du château de Bernadou en pôle de services publics. Demande de subvention auprès du département de la Haute-Garonne.

 

Pour Bernadou le montant prévisionnel est de 2 millions 160 642 euros HT.

Il faut procéder aux demandes de subvention.

Monsieur PARIZE demande si les modifications extérieures sont comprises.

Le projet tout compris, coutera moins de 500 000€ aux villemuriens en tenant compte des différentes subventions.

Une voix contre.

 

Personnel :

 

  • Modification du tableau des effectifs. Création d’un poste d’adjoint technique de 2ème classe. Transformation d’un poste de CDD en CDI.

 

Passage en CDI pour une personne en CDD depuis 2005.

Vote à l’unanimité.

 

Affaires scolaires :

 

  • Règlementation de l’accueil périscolaire.

 

Le règlement pour l’accueil scolaire a été rédigé en accord avec les enseignants et les représentants des parents d’élèves.

Une garderie est assurée de :

  • 07h00 à 09h00.
  • 12h00 à 14h00
  • 16h30 à 18h30 avec étude surveillée.

Les parents sont appelés à respecter les horaires surtout à 18h30. Après discussion, il semblerait que l’enfant non récupéré à 18h30 serait dans un premier temps gardé par l’adjoint de permanence, si le retard s’avère trop important il serait remis à la gendarmerie comme c’est acté dans le règlement.

Pour ce qui concerne les règles de vie dans l’établissement, face à un mauvais comportement une exclusion temporaire ou définitive peut être prononcée.

Pour respecter une demande de monsieur PARIZE la procédure sera communiquée par écrit aux parents.

Le directeur ou le représentant de la mairie entendra les parents de l’élève, l’entretien sera ensuite rapporté aux autres membres du conseil de discipline, représentant des parents d’élèves et administration.

Monsieur PARIZE déplore que les parents et l’enfant ne puissent s’exprimer face au conseil qui décide du sort de l’élève.

Il argumente que le ressenti personnel de l’auditeur peut influencer la décision finale.

Il lui est opposé que sa suggestion pourrait faire penser à l’enfant qu’il se trouve face à un tribunal, que cet aspect pourrait lui être préjudiciable.

 

  • Vote des forfaits cantine scolaire.

 

 Concernant le forfait cantine scolaire, les tarifs sont de 2,50€ le repas et de 3,50€ pour les externes adultes compris.

Le forfait trimestriel parait plus avantageux pour les familles, sept repas ne sont pas facturés, ce qui peut compenser certaines absences.

La participation des parents est au maximum de 110€ par trimestre, la facture étant envoyée à mi-trimestre.

Une vingtaine de cas particuliers a trouvé une solution.

Vote à l’unanimité.

 

 

 

Urbanisme/Travaux :

 

  • Convention de servitude à ERDF

.

ERDF prévoit de renforcer son réseau sur Nohic en empruntant entre autre l’ancienne voie ferrée.

La tranchée se situerait à 3 mètres de l’axe de la voie.

 

Industrie alimentaire de villemur (IAE)

L’ordre du jour étant clos monsieur PARIZE souhaite savoir ce qu’il en est des rumeurs sur l’activité de l’ex entreprise BRUSSON.

Monsieur le maire dit ne pas pouvoir tout vérifier.

Il a rencontré le patron qui s’il n’est pas dans l’erreur est apparemment quelqu’un de très bien.

L’entreprise était en état de dépérissement, s’y serait ajouté un manque d’investissement du personnel.

Le début d’année a été difficile, les objectifs voulus n’ont pu être atteints et ce manque de rentabilité a entrainé des pertes conséquentes.

Bien que la toiture ait été refaite en partie par la commune propriétaire des bâtiments, l’état des lieux est pire que ce qu’il pensait.

Une partie de la production n’a pu être effectuée à Villemur.

L’investisseur se donne jusqu’à la fin de l’année pour essayer de redresser la situation avec l’appui d’un responsable de production qui devait arriver ces temps ci.

Il paraît sincère dans sa volonté de maintenir l’entreprise.

Tout le monde a fait son possible pour se mobiliser, la commune avec d’autres a été présente au moment de la reprise.

Dans l’immédiat il n’est pas question de déménagement sur la nouvelle zone.

Monsieur DUMOULIN rappelle l’humilité nécessaire face à la situation, « il ne faut pas faire rêver les gens ».

Monsieur le maire dit ne faire que retranscrire, le nouvel investisseur serait allé de déconvenues en déconvenues, il réitère « il me paraît respectable, je ne sais pas ce que cela va donner, l’outil de production est pitoyable ».

Il est confirmé que le repreneur n’a pour le moment bénéficié d’aucune aide financière de la région.

 

 

Démolition de la Maïserie

Monsieur PATRICE BETIRAC souhaite des informations sur la dépollution de la maïserie.

Le bâtiment désaffecté depuis deux ans se trouve en zone PPRI, cela dessert les possibilités de reconversion recherchées par le propriétaire.

Un permis de démolir a été accordé. Le désamiantage commence et monsieur le maire doit rencontrer prochainement le propriétaire.

 

Quelle est l’entreprise sélectionnée pour la construction de la crèche ?

C’est la moins chère ayant répondu à l’appel d’offre.

Ou en est l’engagement de la CAF ?

Il est verbal et devrait se concrétiser l’an prochain.

 

Ce compte rendu est ouvert à toute rectification ou tout complément d’information.

 

 

Dans la salle une question.

 

Comment se fait-il que les bâtiments communaux soient toujours mis en vente par la même agence ?

Monsieur le maire s’est déjà fait cette réflexion, toutes les agences sont informées des ventes par écrit, il se trouve que c’est toujours la même qui offre ses services.

TELECHARGER

 

commentaires

JE GREVE, TU GREVES, NOUS GREVERONS LA BOUCHE OUVERTE ET PAS EN CHŒUR

Publié le 20 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Par Jean Philippe TIZON


Le droit de grève est un droit arraché dans le sang par la classe ouvrière reconnue par notre constitution mais de plus en plus bafouée par le MEDEF, la « world compagny », le sarkosysme tout comme d’ailleurs les principes de démocratie sociale. Que des entrepreneurs fassent grève, ce serait souvent mérité, mais c’est fort rare. Pourtant entre les pratiques usurières des banques sensées soutenir l’investissement productif voire de faciliter les jointures de trésorerie, les différences de traitements fiscaux  entre les grands groupes et les PME, et les pratiques de la « libre concurrence » au plan européen avec en sous mains les  dérives liberticides des technocrates lobbyifiés,  nos petits chefs d’entreprises auraient de quoi dénoncer (1).

Et pourtant, trop souvent, les entrepreneurs ne voient pas plus loin que leur bout du nez et leur nombril. Inconsciemment, ils deviennent l’avant-garde réactionnaire de décideurs du CAC 40. Si tout va mal c’est à cause des charges sociales, des salaires élevés, des arrêts maladies, des retraités qui coûtent chers, des taxes professionnelles, oubliant, prisonnier de leurs difficultés, qu’ils sont  aussi les  victimes  de pratiques de voyous mondialisés dont les traders reste la partie la plus visible de l’iceberg. Ils n’entendent pas se prévaloir comme des victimes d’un système négationniste de la valeur humaine et du travail parce qu’ils demeurent, sur le plan psychologique et idéologique, eux aussi des décideurs, du moins le pensent-ils,  au même titre que Bettencourt, Arnaud, Lagardère et autres Bolloré etc. Là,  le bas blesse ; cela tient du même effet que lorsque le chef de gare  de Moncuq  débute sa lettre au PDG de la SNCF  par un : Cher collègue. Ils possèdent le critère de cheminot,  mais ne roulent pas sur des voies similaires.

Un entrepreneur subit la même pression que le salarié quidam avec une  recherche optimum de profitabilité  du capital,  l’accompagnement des banques dans leurs délires par l’exécutif politique, les délocalisations,  la baisse du pouvoir.

Sans réflexion,  le petit entrepreneur devient par sentiment – non partagé -d’appartenance fielleux avec les « puissants » et dédaigneux avec les « petites » gens. Certains  prisonniers de l’idéologie dominante  s’enferrent dans une triste  logique  d’imitation et cherchent à prendre en otage, par défense corporatiste, la vie citoyenne et démocratique.  Ils deviennent ainsi la caricature à l’échelle d’une collectivité des traits les plus profond du système capitaliste actuel, à savoir : l’égocentrisme, l’égoïsme exacerbé, le féodalisme, la domination etc. Ce n’est pas très gai.

Il serait temps de comprendre que la vie d’une cité ressemble à celle d’une république. Elle se caractérise non par  l’empilement de strates d’intérêts particuliers, mais bien dans une  interaction dynamique, contradictoire et complémentaire (dialogie) de différents secteurs de la société. Bref,  si nous ne voulons pas « grever »tous  la bouche ouverte et pas  en chœur, il serait largement temps de passer de la brève de comptoir à la grève illimitée de la connerie.

 

1)      Nous ne nous étalerons pas sur les trous noirs cosmiques de la nébuleuse financière que demeurent, envers et contre tous, les paradis fiscaux dont l’Andorre.

commentaires

INAUGURATION DE L’EGLISE DE MAGNANAC

Publié le 20 Septembre 2011 par Un Oeil Sur Villemur dans Foi et société

 Foi, Ecoute, Pardon

Par J.Ph.Tizon


Certains chrétiens et socialistes auraient pu s’émouvoir du mélange des genres réalisé ce dimanche 11 septembre au hameau de Magnanac. Fêter la rénovation de l’église St Pierre et les 100 ans de la naissance de feu Léon Eeckhoutte-militant socialiste-  en simultané ressemblait à s’y méprendre  à l’alliance contre nature de l’eau et du feu et pourtant il en est sorti un triptyque insolite : « Foi, Ecoute, Pardon »

La démarche de Foi a été portée par  Pierre Izard. Devant la tombe de son ami et prédécesseur à l’hôtel du département, le Président du conseil général souligne avec force de conviction que sa présence ne se veut pas seulement un acte de recueillement mais aussi une démarche vivante pour l’avenir. Démarche qu’il inscrit dans l’approche visionnaire et socialiste de son camarade défunt. « La volonté d’un monde plus juste, plus pacifiste, plus égalitaire au service de la citoyenneté  voilà quel est l’idéal socialiste » tenait il à rappeler

Après avoir mis en exergue l’importance de la pensée et de l’action de Léon Eeckhoutte, « le meilleur hommage que les citoyens (nes), les militants (es) socialistes peuvent lui rendre c’est, selon lui, de poursuivre une démarche pour un monde de justice ».

Cet appel d’un homme qui semble-t-il se défini comme athée a dû raisonner aux oreilles des croyants. En effet, les chrétiens de leur côté ne peuvent pas, non plus, oublier la volonté de justice qui anime le Christ. Le choix prioritaire des humbles, des étrangers, des mécréants, le rejet d’une société gouvernée par l’argent et le vice (etc.) font partie des fondations christiques. L’affirmation de Jésus « on ne peut servir Dieu et l’argent » constitue un acte de foi aussi important que sa résurrection. Cette dernière se veut certes une victoire de la Vie sur la mort mais aussi une victoire de la Vie sur l’argent. Il y a quelques décennies, la JOC (Jeunesse ouvrière Chrétienne) clamait à sa façon sa soif de vivre : «  un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde ». Slogan plus que jamais d’actualité en ce temps de yoyo boursier.

Bien entendu, Léon Eeckhoutte,   tout visionnaire qu’il était,  demeurait, comme tout à chacun, un être humain imparfait. Certains dans la cité, de droite  à gauche et y compris au PS revendiquent doucement un  droit d’inventaire.  La perfection n’est pas de ce monde, mais qu’est-ce qui est le plus important, les quelques failles humaines d’un homme ou sa ferme volonté de tendre vers plus de justice ?

Pierre, dont l’église de Magnanac porte le nom, symbolise pour les catholiques  à la fois l’incertitude, le  doute et  la peur qui font renier d’un bloc les convictions profondes ; il est synonyme d’un acte de trahison.  Lui qui affirme la veille au soir qu’il ne trahirait pas Jésus, le renie par trois fois au petit matin avant le chant du coq. Le premier des apôtres résume nos lâchetés –grandes et/ ou petites- mais pour l’essentiel la capacité de se reprendre en main  afin d’assumer pleinement nos engagements humanistes et ceux des organisations auxquelles nous appartenons les uns et les autres.

Si tout droit d’inventaire reste nécessaire, il doit se réaliser non pas à charge mais  à partir  d’un moi (collectif et individuel) profond,  sincère et décentré (1) afin de distinguer au mieux le bon grain de l’ivraie et faire œuvre collective  de mémoire vivante (2)

«  Du don au pardon »

Le père Legall, et Gérard Bapt l’ont souligné, chacun à leur  façon. L’engagement commence par la capacité d’écoute de l’autre  dans son intégrité, son histoire, ses références, ses différences et ses expériences explique le patron du diocèse. Quant au  député socialiste de la circonscription, président entre  autre de la mission parlementaire sur le Médiator, il pointe également l’importance  de l’écoute au sein d’une démarche d’éthique au plan médical.

Dans un monde atomisé,  sans véritable repère hormis celui de l’accumulation financière, redonner du sens aux mots et à une  morale (3) passe par la reconstruction d’un lien social. Il ne peut exister de liens sans confiance ni morale. C’est cela le véritable Don que doit porter la politique et les citoyens (nes). Dans le cas contraire, nous nous retrouvons devant la démarche politicienne de courte vue niant l’intérêt général. Grands ou petits élus, décideurs économiques (etc.), combien de fois avons-nous entendu : « les promesses ne concernent que ceux qui les croient ou les discours passent et moi je reste, etc. ».

Chacun se veut en conscience porteur de don ou du déni du don.  Par contre plus que le don, le pardon porte, précise le Père Legall, cette capacité de renaissance de soi et de l’autre.

En effet, comment un chrétien pourrait-il demander au Père de pardonner ses offenses si lui-même refuse de pardonner celui qui l’a offensé ? Le pardon dépasse le don parce qu’il permet la construction de liens  sur d‘autres bases

Ce 11 septembre à Magnanac  hameau de Villemur, en échos lointain  au recueillement de « ground zero »  ont été clamés sous leurs dimensions religieuse et laïque les principes d’un vivre en semble : Foi, Ecoute et Pardon.

Tout un programme utile en ce temps de campagnes électorales et de primaires un peu terne.

 

**********************

1)       Le décentrement : est en physique un dispositif optique permettant de conserver la bonne perspective, quel que soit l'angle de la prise de vue. Par extension, l’anthropologie post colonial l’utilise pour dépasser entre autre notre vision ethno centrée. Pour les militants cela revient à avoir un regard critique et constructif sur un parcours passé afin d’en ajuster le présent et construire l’avenir

 

2)       Mémoire (s) : Paul Ricœur  aborde cette question dans son ouvrage : « La mémoire, l’histoire et l’oubli » le Seuil 2000. Cette invitation à penser à l’histoire (avec un petit h et avec un grand H) souligne tant l’abus que le manque de mémoire quelle soit collective et/ou individuelle. Pour faire vite  la mémoire est un travail de construction ; un travail de construction soumis à bien des aléas, notamment celui des manipulations, à mettre sous des regards critiques et épistémologiques afin d’en limiter des interprétations  partisanes. Dans cet ouvrage, l’épilogue porte sur le Pardon. A lire également  l’article de François Bédarida in « revue historique n° 619» chez PUF 2001/3 : UNE INVITATION A PENSER L’HISTOIRE : PAUL RICOEUR. A découvrir  également la  réflexion de Tzvetan Todorov Les Abus de la mémoire, Paris, Arléa, 2004

 

3)       Morale : (lat moralis : moeurs) au sens philosophique : théorie des fins des actions des hommes. Elle renvoie aussi à une démarche de Foi (fides, fidere : se fier).

commentaires
1 2 3 > >>