Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le bal des complaisants

Publié le 31 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur

 

Ce livre se veut paroles d’un magistrat libre.

Avocat Général pendant 20 ans Philippe Bilger a préféré quitter la magistrature avant d’atteindre la limite d’âge.

« A mi-carrière, j’étais déjà certain de ne pas appartenir à la famille des magistrats » dit-il.

Imprévisible, trop libre de parole, à force de petites et grosses déceptions il a préféré prendre la porte que d’abandonner sa liberté d’autonomie.

En rappelant la formule utilisée par ce dernier « les juges alignés comme des petits pois », Il considère que l’actuel Président n’aime pas les juges.

Il le pense « indifférent aux règles de la morale publique ». Il ne cache pas son admiration pour Henri Nalet, un garde des Sceaux, son appréciation par contre de Michèle Alliot Marie est implacable

Il est plus nuancé quand il évoque Rachida Dati qui « a fait preuve de courage ».

A la question, un ministère vous plairait-il, il répond « être ministre est une envie mais ce poste a été gâché par trop de ministres en action ».

 

Lire :

Le bal des complaisants

De Philippe Bilger et François Sionneau

Aux éditions Fayard

 

commentaires

INTOUCHABLE N’EST PAS BATTU.

Publié le 30 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

 

 

 

Le dernier film diffusé sur 9 chaines avait pour titre « Président Courage », 16 millions de téléspectateurs.

Les seconds rôles ont eu bien du mal à s’imposer face au héros de la soirée.

Peut-être songeaient-ils au vrai courage qu’il va nous falloir à nous français pour affronter les mois et années à venir si…

Peut-être songeaient-ils à tout ce que nous risquions de perdre, y compris notre reste d’indépendance.

Peut-être songeaient-ils à leurs places à eux dans ce monde médiatique.

Ils ont même empiété sur le domaine économique du voisin, n’ont pas osé réagir face à la suffisance, aux trous de mémoire de l’acteur principal, aux lacunes du scénario.

 

« Une sincérité apparue

dans toute sa splendeur »

 

Revenons à cette mémorable soirée digne d’une entrée en campagne.

Trois mesures phares indolores selon notre président, trois mesures visant à déplacer le débat lancé par l’adversité vers des sujets propres à inquiéter les maires, les écolos, les consommateurs, les travailleurs, les citoyens en général.

Trois sujets sur lesquels on polémiquera, laissant le temps d’oublier l’essentiel…

Sincérité, si si le mot est apparu dans toute sa splendeur lors de cette soirée conviviale.

Peut-on juger de la sincérité d’un individu à travers l’image véhiculée par ce petit écran devenu bien trop grand dans nombre de foyers, ce petit écran qui nous invite au rêve à travers ses téléréalités, tout est possible…

Un homme politique sincère, cela existerait donc !

Machiavel a écrit « Il est nécessaire à un prince, s’il veut se maintenir d’apprendre à pouvoir n’être pas bon et d’en user et n’user pas, selon sa nécessité. »

Tout l’art en politique consisterait-il dans l’art d’exploiter le vilain mensonge ?

Serait-il acceptable de mentir pour le bien public, en trompant ennemis et citoyens ?

Il est certain que la sincérité complique souvent les relations aux autres, beaucoup peuvent en témoigner.

En politique, le fait de se vouloir représentant du plus grand nombre incite t-il à dissimuler sa vraie nature ?

Est-ce une explication au foisonnement de flatteurs et d’opportunistes prêts à sacrifier leur vérité première et leur sincérité.

La sincérité serait donc à ce point redoutable en politique, toute spontanéité serait donc à bannir, nous n’osons le croire…

Faut il en déduire que l’immoralité peut se confondre avec l’art politicien ?

Comment peut-on se revendiquer sincère en laissant enfouies les vérités dérangeantes, en développant des thèses subjectives au mépris d’éléments objectifs et vérifiables.

Bien sur il faut admettre une dose de courage et de persévérance pour être véritablement sincère en cette période tourmentée.

En politique aussi on est prisonnier du langage et les mots peuvent être interprétés et source de malentendus, surtout quand on est jeune, mais…

Il est aussi des périodes ou il est arrangeant de se dire sincère en occultant la vérité car le propre de la sincérité est de vous rendre transparent donc sans défense.

Nous sommes cependant obligés de constater qu’il est des êtres pour lesquels la mauvaise foi est une seconde peau et le mensonge un art, au point qu’eux même ne peuvent plus démêler le vrai du faux.

Le mensonge, on l’excuse parfois, mais pas quand il est volonté de puissance, de domination, il devient alors immoral car il peut provoquer des souffrances ; il écrase, il détruit. Il est un lent poison.

Tout est question de choix, d’arrangement avec son « moi ».

 

« Le peuple ?

il est fatigué »

 

Le bon peuple, il est fatigué, fatigué des mensonges, fatigué des combines politiciennes, fatigué qu’on l’étouffe sous des mesures dont on lui cache la portée. La portée, le bon sens la leur laisse deviner, ils n’ont pas besoin d’explications chiffrées dans lesquelles on tente de les noyer.

 

Les chiffres, ils ont les leurs, ceux de leurs endettements, de leurs comptes en banque, de leurs factures, de leurs salaires ou pensions… Ainsi le peuple fait donc de la politique au sens premier du terme. Ne prendrait-il plus les vessies pour des lanternes ?

 

Les travailleurs ils sont de plus en plus ronchons quand on leur explique que les pouvoirs publics demeurent impuissants face aux délocalisations. De plus, en période électorale, qu’un super Rapetou, complice du pillage de notre nation endormie depuis trop longtemps, se transforme en satire des consciences en voulant réveiller la belle Marianne au bois dormant aux cris « Je vais, je peux » cela tient de la mauvaise série B. Marianne mérite mieux qu’un hâbleur prétentieux.

 

Pour en savoir plus sur les réformes envisagées :

VOIR ICI

Marie-Gabrielle Gimenez

 

commentaires

LOTO PCF A BOULOC

Publié le 29 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

loto pcf

commentaires

ENTRE RAPACES ET PIGEONS, LA COLOMBE DOIT GAGNER SA PLACE

Publié le 29 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

 

Combien sommes nous à l’avoir ressenti, à le ressentir ce sentiment d’impuissance.

Impuissance face à la maladie, les éléments naturels, bien sur.

Mais que dire de l’impuissance face à une société construite par les hommes, par nos « semblables ».

Nous voilà en pleine campagne électorale, les mots semblent soudain recouvrer du sens.

Démocratie, égalité, fraternité, certains vont jusqu’à évoquer « un peuple sans relation et sans privilège », est-ce l’équivalence des « sans voix » dont ils se veulent les défenseurs ?

Consentent-ils à admettre que des castes existent sur ce territoire, vous laissant dans la posture de « moulins à vent » ?

Ils ont tout bien verrouillé, tout mécontentement, toute insatisfaction, tout questionnement. Toute requête se heurtera au mur de l’unité d’intérêt au nom d’une profession, d’une règlementation administrative, d’un pouvoir.

Vous vous sentez victime d’injustice, vers qui vous tourner pour l’exprimer ?

Vous avez envie de hurler qu’il est impossible que certains agissements restent impunis, voire légalisés, qu’au nom de l’indifférence on reste sourd à vos appels.

Impuissant parce que seul, non pas seul à traverser l’épreuve mais seul à crier.

Combien sommes nous, dépités, exaspérés, seuls à maugréer dans notre coin ou plus triste à en arriver au suicide comme ces employés ou aujourd’hui cet homme face à l’administration fiscale.

Les castes soi-disant dominantes ont su avec leur intelligence de classe monter les gens les uns contre les autres, les fonctionnaires contre le privé, les blancs contre les gens de couleur, les français contre les étrangers, le jeunes contre les ainés, les actifs contre les chercheurs d’emploi…

Au point qu’on a si bien oublié, nous les modestes, la nécessité de la solidarité.

Nous sommes quelque part fautifs de leur avoir abandonné le pouvoir, de les laisser nous diviser pour mieux régner.

Jusqu’à quand tolèrerons-nous que quelques « indignés » montent tous seuls au créneau pour mettre au pilori telle « vérité » ou dénoncer haut et fort la rouerie de certains, l’indifférence d’autres.

Où ira notre monde si nous continuons ainsi ?

A quel titre celui-ci aurait-il le pouvoir de… ?

A quel titre sa parole aurait-elle plus de valeur que… ?

Pourquoi sa fonction ou sa fortune lui confèrerait-elle la suprématie de mal faire et de faire le mal.

Qui sont-ils ces puissants, ces patrons méprisants, ces banquiers, cette justice trop souvent de classe qui ignore ou feint d’ignorer que la corruption est partout ?

De quel droit certaines professions sont-elles jugées par des pairs ?

Pourquoi soudainement tous ces scandales dans le domaine de la santé ?

Vous ILS ne vous ratent pas, au moindre découvert, à la moindre infraction.

Vous vous n’avez pas les moyens de vous battre, d’acquitter des cautions, de trouver des soutiens…

Si au lieu de nous morfondre, de ruminer, tentés par des idées vieilles comme le monde qui ont déjà prouvé leur pouvoir de nuisance, de destruction, si nous nous unissions pour partager les problèmes et rechercher les solutions.

Nous découvririons sûrement que les victimes sont plus nombreuses qu’on ne le croit et nous pourrions mettre en pratique le principe qui veut que l’union fasse la force mais nous l’utiliserions nous dans un sens honorable, pour contrer les dérives de notre société.

Ce qui vaut dans l’indignation, ce n’est pas son côté négatif mais bien la puissance qui peut en ressortir.

L’amour de la justice ne peut se satisfaire de la haine de l’injustice, il doit pousser à chercher, à trouver les moyens de construire le meilleur.

Cessez mesdames, messieurs les politiques à la veille des élections de nous gaver de beaux mots devenus prestigieux pour mieux par la suite vous y asseoir dessus

Ils ont un sens les mots, ils ne sont pas qu’un enchainement de sonorités agréables à vos oreilles, propres à satisfaire les égos de ceux qui s’écoutent, s’entendent « causer ».

Passez aux actes, concrétisez ce que vous dites, commencez par écouter, écouter vraiment ceux qui dénoncent, arguments à l’appui, ceux qui souffrent…

 

Travaillez afin que plus jamais on n’évoque les « sans voix ».

 

Marie-Gabrielle Gimenez

commentaires

RENCONTRES A LA MEDIATHEQUE DE VILLEMUR

Publié le 28 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

MEDIATHEQUE

commentaires

LE CINEMA DE FEVRIER A VILLEMUR

Publié le 28 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

 

cine 1

cine 2

commentaires

Thé dansant au Terme.

Publié le 28 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

EVASIONVenus en voisins, l’orchestre EVASION DANC’E qui nous a fait danser lors du Téléthon 2011 animera de 15 heures à 18 heures le Thé dansant de ce 5 février.

Le comité des fêtes du Terme vous attend tous, rois et reines de la piste pour un après-midi sympathique et virevoltant.

Entée 10 € avec une part de galette et une boisson.

commentaires

CA CHAUFFE EN PAYS TOLOSAN

Publié le 27 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

Avec le bois énergie bien entendu.

 

Monsieur Didier Bosque, président de la commission transport et environnement a débuté cette rencontre en remerciant la commune de Fronton et madame le Maire, retenue par des obligations pour son accueil dans la « maison des vins » qui représente une vitrine pour le vignoble mais peut également recevoir des entreprises pour toute réunion de travail.

 

Le thème de cet atelier portait sur l’utilisation du bois en tant qu’énergie.

Comme l’image monsieur Raymond Gabriel animateur du réseau « Zéro Déchet Vert » (association Coteaux 21) ne dit-on pas une pile de bois, le bois est bien une pile à énergie.

 

Madame Claire Ruscassie, chargée de mission de l’association SOLAGRA a pris la parole pour expliquer l’importance de cette énergie et comment sont accompagnés les maîtres d’ouvrage tout au long d’une installation.

Le bois est une énergie locale renouvelable dont l’utilisation est ancrée dans la politique énergétique nationale. Cette filière emploie autour de mille personnes.

Le bois peut couvrir 34% des besoins énergétiques français, 2,5% des collectivités sont équipées de chauffage bois collectif.

La carte de France montre le développement de la filière en Rhône-Alpes, dans l’Est et même en Bretagne et Pays de Loire, moins équipés mais volontaires.

Il est nécessaire de travailler au renouvellement du parc de chauffage domestique, les performances des nouveaux appareils utilisant le bois sont supérieures.

Il y a sur le territoire de Midi-Pyrénées une quarantaine de chaufferies comptant 27 réseaux de chaleur.

Les chaufferies collectives, d’utilisation et d’entretien peut contraignants sont automatiques et ont déjà fait leurs preuves avec des ressources bois variées allant des granulés au bois déchiqueté et plaquettes …

La filière bois favorise les circuits courts entre ressources et utilisateurs, elle s’avère pour le moment parmi les moins coûteuse tant il est difficile à ce niveau de maîtriser la majorité des autres énergies.

 

Avant d’installer une chaufferie et son réseau il est indispensable d’en définir l’opportunité en fonction du type de bâtiments, de la distance les séparant et du montant de la facture énergétique…

L’étape de faisabilité est donc très importante de même que le montage juridique avec contrat de mise en service et d’entretien et distinction entre un chauffage en interne ou une vente d’énergie.

La conception mérite que l’on recherche la meilleure compatibilité entre matériel et combustible (granulométrie) en partant du constat que plus l’installation est importante moins le combustible nécessitera d’’être affiné, avec la répercussion logique sur le coût.

L’intervenant de l’ADEME a attiré l’attention sur divers éléments et notamment sur l’importance du lieu de stockage et son étanchéité car si les grosses installations peuvent admettre un combustible humide, il en va différemment des autres.

Le financement peut provenir de plusieurs sources, le Conseil Régional tient compte pour sa part du respect de divers critères.

 

Quand est posé le problème de la ressource et de son renouvellement, c’est un technicien du Conseil Général qui explique qu’en Midi-Pyrénées l’importante filière bois est sous-exploitée.

Le morcellement des forêts et le grand nombre de propriétaires a pour résultante un coût d’exploitation supérieur au rapport.

Il faut envisager une revalorisation du prix du bois pour motiver son utilisation tout au moins au niveau exploitation.

 

Monsieur Jean Pierre Azalbert, maire adjoint aux affaires sociales de Paulhac expose le cas de sa commune.

Après étude des différents coûts et possibilités de créer un réseau à l’occasion de la rénovation du groupe scolaire, la commune a opté pour l’installation d’une chaufferie bois qui devrait entrer en fonction autour du25 février.

Deux chaudières sont installées pour prévenir le risque de toute éventuelle avarie.

Un silo de 5 mètres par 9 mètres a été construit et intégré au paysage.

Il faut envisager une consommation de 67 tonnes de bois par an pour chauffer l’ensemble des bâtiments communaux, école, salle des fêtes, mairie.

L’ensemble des intervenants s’est attaché à relever l’importance de l’investissement du maître d’œuvre dans la création d’une telle structure.

 

Monsieur Raymond Gabriel est ensuite intervenu avec passion et conviction pour expliquer la nécessité d’informer et d’agir localement pour la récupération de la source d’énergie représentée par le bois.

(Voir document joint).

 

Tout au long de cet atelier diverses questions ont été posées prouvant l’intérêt des participants pour cette cause d’actualité, le développement durable option énergie.

 

Nous présentons nos excuses à tous les intervenants dont nous n’avons pu préciser le nom.

 

Vous pouvez assister aux trois dernières réunions avec pour thèmes :

• Le 04 février à 10 heures à Cadours (à côté de la mairie), circuits courts et de proximité.

• Le vendredi 10 février à 18 heures au café du Burgaud (place de la Halle), culture et territoire. (un spectacle décrit comme alléchant clôturera ce thème).

• Le mardi 14 février à 14 heures au lycée l’Oustal à Montastruc la Conseillère, habitat et action sociale.

Vous pouvez retrouver la plaquette sur le site de ce blog.

 

commentaires

Les trésors de Papic

Publié le 26 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

 

 

Un spectacle poétique pour les tout-jeunes enfants

 

DSCN2018Plus de 200 jeunes enfants des écoles maternelles de Villemur ont assisté à une séance du spectacle « Les trésors de Papic » présenté par la compagnie parisienne Au Fil des Flots, mercredi 18 janvier aux Greniers du Roy.

 

L’histoire, tirée d’un ouvrage paru aux éditions Bayard, a été écrite par Emilie Soleil – qui avait fait le déplacement depuis Cahors pour assister à la représentation de Villemur. Les singulières illustrations de Christian Voltz, réalisées à partir de matériaux de récupération (fil de fer, laine, bois, tissus, objets divers et variés), ont servi de modèle à la réalisation des personnages et des décors du spectacle.

 

Cette création a été réalisée dans les ateliers de l’UsinoTOPIE qui a accueilli la compagnie en résidence l’an dernier. C’est Isabelle Ployet qui a mis en scène le spectacle. Elle a choisi de le faire en utilisant le théâtre de papier pour rester proche de l’univers du livre.

2012-01-26 213321

Le thème : Les Trésors de Papic, aborde la question du temps qui passe : Sachou grandit mais Papic vieillit… Sachou est au début de sa vie et nous rappelle l’importance des grands-parents et des histoires qu’ils ont à transmettre aux petits-enfants. Une jolie morale qui, au-delà du divertissement, fait passer un message tendre, qui séduit toutes les générations.

commentaires

LE CLUB EXPANSION.

Publié le 24 Janvier 2012 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

Ce mardi 17 janvier s’est tenue la première réunion pour l’année 2012 de l’association EXPANSION, réseau d’entreprises qui compte une cinquantaine d’adhérents.

 

Malgré quelques absents, retenus par des obligations professionnelles, un large panel d’entrepreneurs a pu, lors du tour de table, se présenter, définir son entreprise et son investissement dans l’association. Plusieurs « membres fondateurs » ne cachaient pas leur plaisir de se retrouver, l’ambiance était à une certaine connivence, si ce n’est une connivence certaine autour de France Monribot, présidente fondatrice du club EXPANSION, coordinatrice nationale pour le Réseau des Comités de Bassins d’Emplois (RNCBE) et chargée de mission auprès des entreprises pour l’Espace Emploi Entreprises (E3).

 

En fonction du désir et des besoins des adhérents un calendrier de manifestations mensuelles a été mis en place.

France Monribot a insisté sur le fait que ce calendrier n’était pas fermé et que toute suggestion serait étudiée.

A noter que 3 des réunions seront publiques, ouvertes aux entreprises qui le souhaitent adhérentes ou non. Les 7 autres réunions seront spécifiquement réservées aux adhérents.

Les thématiques dédiées aux entreprises seront traitées par des professionnels des sujets abordés et, quand ce sera possible par des adhérents.

 tableau

La discussion qui a suivi la présentation de ce calendrier a fait apparaitre la nécessité et le besoin de mieux connaitre le territoire et son devenir. Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) actuellement en enquête publique préoccupe plusieurs personnes par les contraintes qu’il impose.

Peut-être un manque de lisibilité, des difficultés de compréhension qui méritent de s’appesantir sur cet instrument d’urbanisme qui a pour but de préfigurer l’avenir de notre Nord Toulousain à l’échéance de vingt ans.

Autre thème soulevé, le développement durable sur le territoire, l’importance de la performance et de la maîtrise énergétique pour les entreprises entre-autre.

Le site web verra le jour, sûrement fin février, il reste à affiner sa présentation et son contenu.

Jean-Christophe Boussion présente sa vision de ce site en insistant sur son attractivité qui nécessite une actualisation régulière donnant envie de le consulter fréquemment, ce qui représente entre-autre, un moyen d’améliorer son référencement.

 

Diverses rubriques seront présentes sur ce site, certaines en accès libre afin de présenter le réseau d’entreprises Expansion, son travail, ses objectifs, créant une motivation pour le rejoindre, d’autres seront, en toute logique, réservées aux adhérents.

Chaque entrepreneur adhérent présentera son entreprise et son actualité.

Ce sera un site vivant et interactif, permettant à chacun de trouver les informations recherchées tout en créant un lien entre les divers acteurs du club, mais aussi avec des intervenants externes en recherche de partenaires ou susceptibles d’enrichir la vie et l’avenir du club.

 

France Monribot a ensuite évoqué brièvement la possibilité de mettre en place un système de référencement avec certains fournisseurs. Intérêts : chaque adhérent bénéficiera de tarifs « groupe » tout en restant maître et responsable de ses achats, le club se limitant aux négociations de base pour obtenir ces tarifs intéressants.

 

En droite ligne de cette proposition, une adhérente d’Expansion, Madame Sylvie Carbonnières, représentante de la société 60LIFE.com, entreprise nationale crée en 2002 a présenté la possibilité d’intégrer un Comité d’Entreprise externalisé.

D’une manière ludique elle s’est adressée aux adeptes du management positif en présentant un moyen de motiver les collaborateurs, de fidéliser les employés sans pour autant augmenter les charges sociales. La cotisation est annuelle avec un contrat de 3 ans.

Ce Comité d’Entreprise offre les mêmes avantages que ceux réservés aux grandes entreprises, il constitue un CE mutualisé.

Des voyages, des locations saisonnières, une billetterie, des tarifs en électroménager … bien des avantages sans problème de gestion pour l’entreprise, sans charges sociales, avec une déductibilité de 100% du résultat opérationnel à titre social.

Il y a possibilité de faire bénéficier 4 personnes de son entourage d’avantages similaires.

 

La participation de tous étant de mise, chacun a pu s’exprimer en toute liberté et la communication s’est prolongée autour d’un apéritif campagnard qui a confirmé que l’on pouvait être femme d’action sans négliger les fourneaux puisque madame France Monribot avait mis « la main à la pâte » pour finaliser l’ambiance conviviale et sympathique de cette réunion.

 

Vous pouvez consulter le site du SCOT et laisser des commentaires.

 

 

commentaires
1 2 3 > >>