Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Simple comme un bout de fil.

Publié le 27 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

commentaires

Water Makes Money.

Publié le 27 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil

commentaires

Ordre du jour du conseil municipal du jeudi 28 février

Publié le 24 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Approbation du procès-verbal du conseil du 17 décembre.

 

Finances

 

Þ    Débat d’orientation budgétaire 2013.

Þ    Budget Assainissement Collectif. Décision modificative n° 4.

Þ    Vente d’une parcelle de terre à Pechnauquié.

Þ    Vente de la maison 38 rue du Colonel Caillassou.

Þ    Avance sur la subvention 2013 à l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Villemurien.

Þ    Avance sur la subvention 2013 à l’association «  Les doigts d’or ».

Þ    Spectacle du 4 Avril 2013à la Tour de la défense : tarifs.

Þ    Acquisition du site Labinal. Annulation de la décision n° 2011 /097 du 24 octobre 2011.

Þ    Acquisition du site Labinal. Demande de subvention.

 

Personnel

 

Þ    Modification du tableau des effectifs. Accroissement temporaire d’activité pour les espaces verts.

 

Administration générale

 

Þ    Déclassement du domaine public d’une bande de terrain au lieu dit Ste Rafine.

Þ    Signature d’une convention avec l’OGEC et l’école St Famille.

Þ    Modification du règlement de la Médiathèque.

Þ    Médiathèque ; Don aux associations locales.

Þ    Tirage au sort des Jurés d’Assises et Citoyens Assesseurs pour 2014.

 

Urbanisme travaux

 

Þ    Rénovation de l’éclairage public sur le pont suspendu métallique. Dossier 01 BR 984.

Þ    Rénovation de l’éclairage public de la promenade des Allées Charles de Gaulle. Dossier 01 BR 985.

 

Affaires diverses :

Þ    Rendre compte au titre de l’article L. 2122-22 du Code Général des Collectivités Territoriales.

TELECHARGER

commentaires

LA CASSE DU SIECLE

Publié le 20 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

DSCF0815

 

Nous Villemuriens connaissons hélas le sens de l’expression. Molex disparu, Brusson toujours en galère même sous la gouverne de General Bakery.

Voilà maintenant les bâtiments de la fabrique des célèbres pâtes devenus un gruyère et pillés par des inconscients qui aggravent la situation de la poignée de travailleurs encore sur les lieux.

Il y a déjà longtemps que le pillage a commencé, nous avons même vu des pilleurs légalisés emporter des machines dans de grands camions er ce sans grande déclaration péremptoire

Brusson où  même les poignées de porte sont d’époque, c’est dire la situation, on comprend qu’une entreprise ne puisse y  prospérer.

Que vont devenir les bâtiments, que va devenir la société, aura-t-elle les moyens de partir  vers la ZIR de Pechnauqié comment nous l’avons tant espéré pour sa survie, sera t’elle aidée ?

En mai 2012, lors des journées Prévert le chanteur Nevchehirlian qui avait redonné vie pour un soir  à une partie des bâtiments recevait en gage de remerciement un sympathique tableau ou figurait en bonne place l’emballage d’un paquet de « cheveux d’ange ». Un hommage culturel à cette chose noyée dans le bouillon des affaires.

Se pourrait-il que 2014 soit pour Brusson et le « cheveux d’ange » une année cruciale, une année pleine de promesses angéliques !!!

 

Marie-Gabrielle Gimenez

commentaires

« une alternative à l’austérité, c’est possible ! »

Publié le 19 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Politique

 

 

Le réseau Front de gauche organise

une assemblée le vendredi 22 février 2013

aux Greniers du Roy à 20h30

 

 

Le point de départ est notre opposition à l’austérité.


La situation économique, industrielle et sociale que connaît notre pays est gravissime en termes d’emploi, de précarité, de flexibilité et de souffrance au travail.

François Hollande et son gouvernement ne répondent pas aux attentes populaires et à celles du monde du travail. Ils porteront une lourde responsabilité dans l’échec qui s’annonce de la gauche. Ils se contentent pour l’instant d’accompagner le libéralisme sans s’attaquer aux causes profondes de la crise du système capitaliste et financier.

Nous appelons les gens qui souhaitent le changement à ne pas se résigner

Faisons entendre qu’une autre logique existe à gauche

 

commentaires

Exploitation locale et délocalisée.

Publié le 19 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Infos pratiques - droit - services - social ...

 

A l’exception de quelques chanceux, nous sommes habitués sur notre territoire à rencontrer des problèmes de téléphonie et d’ADSL.

Les lignes sont vétustes, il suffit entre-autre d’une période humide suivie d’une vague plus chaude et voila les grésillements qui rendent les communications inaudibles. Votre box passe du rouge au vert pendant que vous hésitez entre vert de rage et rouge de colère.

 

LE 22 A ASNIERES

 

Pour contacter le service dépannage armez-vous d’un portable ou squattez le logis d’un voisin charitable encore raccordé à la téléphonie.

Composez X FOIS les quatre chiffres avant d’arriver à un temps raisonnable d’attente.

Enfin une voix, une voix oui mais venue d’où ?

Faites de terribles efforts pour comprendre pendant que la voix en fait tout autant car elle ne comprend pas non plus mais  a besoin de manger et à quel prix ?

Répétez inlassablement les mêmes choses pendant que la voix récite le texte que vous avez X FOIS entendu, il y a déjà un moment que vous avez débranché, rebranché la prise téléphonique, vérifié la connexion, changé le filtre, relancé la box…

Vous n’êtes pas technicien, la voix venue d’ailleurs non plus…

Vous vous en voulez de vous énerver contre un innocent mais le ton finit  par monter comme le prix de la communication. Vous n’arriverez pas à vous expliquer alors avec hargne vous raccrochez.

 

Le PARCOURS DU CON BATTANT

 

Vous avez bien sûr reconnu l’accent qui fréquemment envahi vos lignes pour vous inviter à saisir cette exceptionnelle offre de dégroupage à laquelle vous avez droit et qui vous donnera bien sûr entière satisfaction.

Le service commercial que vous arriverez à contacter… lorsque internet reviendra, affiche bien son nom, le service après-vente lui est inopérant.

Tout le monde est épuisé, vous comme eux. Que peuvent-ils vous répondre, du vent, rien que de vent, ils ne sont pas techniciens et les techniciens sont dépassés par l’état des lignes.

On vend des abonnements en conscience de ne pas respecter le service dû, on espère que l’interlocuteur se fatiguera, qu’il optera pour un autre opérateur qui ne lui rendra pas un meilleur service. C’est le principe des vases communicants, les pigeons que nous sommes volent d’un bocal à l’autre.

Les lignes de France Télécom sont vétustes et surchargées.

Il faut satisfaire les actionnaires, on ne peut pas être sur tous les fronts, l’option est vite choisie.

Internet est devenu incontournable surtout professionnellement alors, les usagers sont exploités comme les voix venues d’ailleurs.

 

LE BONHEUR AU BOUT DU…

 

Heureusement dans les hameaux, nous voilà rassurés, l’urbanisation pointe son nez, nous allons devenir économiquement intéressants.

Vous ne croyez bien sûr pas ce que dit l’élu face à vous, l’élu déplorant cet aspect économique lié à la privatisation.

La grande ville, Villemur connait aussi des problèmes de connexion, serait ce en prévision d’un désert ?

L’élu face à l’assistance déclare que le seul service légalement dû est celui de la téléphonie, donc acte. Si un jour, vous mourez seul chez vous faute d’avoir pu contacter les secours parce que votre téléphone ne fonctionne pas, avant de pousser le dernier soupir n’oubliez pas d’écrire en gros le nom de « l’assassin par négligence », vous aurez le choix !

 

QUELQUES SOLUTIONS S’OUVRENT A VOUS…

 

·         Optez pour ce prestataire décrié pour ses offres bon marché, il ne vous satisfera pas davantage mais vous paierez moins et en cas de panne aurez au téléphone une personne maitrisant votre « langue ».

·         Ecrivez partout, médiateur, élus de toutes collectivités en expliquant que vous n’êtes pas en zone blanche, que le satellite coûte cher (équipement, abonnement) et n’est pas la panacée.

·         Cherchez un interlocuteur qui sans être Dieu le Père sera pour le moins capable de vous entendre, de s’investir pour tenter de peser sur un opérateur dont l’Etat est tout de même actionnaire à 27%.

 

  Marie-Gabrielle Gimenez.

commentaires

La cupidité au nom de l'intérêt général.

Publié le 18 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur

En ce mois de Novembre 2009 le PDG et le conseil d’administration du groupe VEOLIA débâtent du salaire de « Loulou » ancien patron de la marque au losange.

Il y a autour de la table le patron de Groupama, le « bâtisseur » de Sanofi Aventis, les dirigeants de St Cobain, de la caisse des dépôts, d’Accord, des représentants du BTP, un ex patron d’une grande banque reconverti dans une autre grande banque …

 « Loulou est à la tête de la HALDE (Haute Autorité de Lutte contre les Discrimination et l’Exclusion),  pour cela il perçoit 6700€ bruts par mois « un pourboire » car il a bien d’autres sources de revenus …

En ce début 2013 nous venons d’apprendre le suicide horrible d’un demandeur d’emploi, une famille endettée s’est délivrée par la mort, il y avait deux jeunes enfants.

Partout, il y a des malheurs, des luttes, des sans emplois, de ceux qui veulent sauver le leur. Il y a aussi le scandale des travailleurs qui ont assumé des fonctions dangereuses et sont aujourd’hui des malades en quête de reconnaissance. Le Canard Enchainé du mercredi 13 Février dénonce  l’histoire de cet employé d’une société de sous-traitance qui a travaillé pour EDF dans les réacteurs de centrales nucléaires.

Aujourd’hui malade il se bat pour la reconnaissance de sa maladie professionnelle.

Le PDG d’EDF n’est autre que monsieur Henry Proglio, PDG de VEOLIA en 2009.

 

IL faut c’est sur, une part de masochisme pour ouvrir le livre de Sophie Coignard et Romain Gubert qui révèlent les privilèges de patrons, hauts fonctionnaires, élus, experts d’une oligarchie qui nous explique que l’austérité est une mesure indispensable pour relever le pays.

Monsieur Carlos Ghosn semble vouloir consentir un énorme sacrifice, 20 à 30% de son salaire variable, quel impact pour lui !

Ils ont laissé s’aggraver la dette du pays, nous imposent des sacrifices alors qu’ils s’octroient des privilèges faramineux.

L’exemplarité, ce n’est pas pour eux, ils ne changeront pas leur rapport à l’argent, et si nécessaire avec les arrangements entre amis, l’impunité est garantie.

De leur confortable situation, ont-ils conscience que la fracture entre eux et le peuple arrive au point de rupture.

 

A lire :

 

« L’oligarchie des incapables » Sophie Coignard Romain Gubert. Edition Albin Michel (20€)

 

A voir aussi les méthodes de ces grands groupes pour redorer leur image et se donner bonne conscience, et ce à tous les niveaux.

 

 

 

http://www.tarbes-infos.com/spip.php?article8428

 

http://www.lacademie.org/tl_files/CP_DP/RAPPORT%20ACTT%20internet%201.pdf

 

http://www.lacademie.org/index.php/lire-lactualite/items/L_Acad%C3%A9mie_Christophe_Tiozzo_Toulouse_et_ERDF_Sud_Ouest_signent_aujourd_hui_une_convention_de_partenariat_.html

commentaires

Une réunion en campagne.

Publié le 12 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

Compte-rendu de la réunion publique au hameau Le Terme.

 

 

 

Le nouvel an chinois est placé sous le signe du serpent, nous ne sommes pas assez présomptueux pour imaginer que 2013 pourrait être l’année du hameau Le Terme.

Dans la salle, peu d’habitants ont répondu présent à cette première réunion municipale. Peut-être ne se sentaient-ils pas concernés par les travaux d’un assainissement collectif qui n’arrivera pas chez eux ou par l’urbanisation future du centre du hameau.

Si les habitants n’étaient pas nombreux on notait autour de monsieur le maire la présence de plusieurs adjoints et conseillers. Messieurs Amiel, Régis, Azo, Bragagnolo (en charge de l’assainissement), mesdames Wolff, De Vecchi, Arnal, Ramos, Héron, Pirola.

Etait absente madame Ingrid Terrancle, adjointe à l’urbanisme.

Est-ce une préfiguration de l’équipe de 2014 ?

Monsieur Dumoulin, notre Conseiller Général, était également à l’écoute des projets.

De nombreux cadres et employés de la mairie ainsi que des techniciens appartenant aux entreprises chargées de l’étude et des travaux d’assainissement complétaient l’assistance.

Monsieur le maire souhaitait tout d’abord rappeler qu’en 2013 Villemur fêtera ses mille ans, de nombreuses manifestations sont prévues mais la primeur est réservée à la réunion au théâtre lors de laquelle monsieur Régis, adjoint à la culture prendra la parole.

 

Etat des lieux.

 

Monsieur le maire a fait un rapide état des lieux des travaux effectués et à venir.

  • Aménagement du local de rangement pour les associations à la salle polyvalente : 64 000 €
  • Réfection d’une partie de la route de Nohic : 57 000 € (compétence de l’intercommunalité), le reste de la réfection sera bien sur effectué après les travaux d’assainissement, la station de lagunage étant implantée sur le secteur.
  • Courant 2013 la façade de la salle polyvalente devrait être restaurée.

 

Le PLU.

 

Il a semblé utile à monsieur le marie d’expliquer le PLU avec toutes les contraintes qu’il impose et qui lui sont imposées. (Nous ne nous étendrons pas sur ce sujet déjà largement expliqué dans nos colonnes).

Monsieur le maire a insisté, les habitants doivent comprendre la problématique du PLU plus contraignant que le POS. Il s’est dit ne pas être  « Dieu le Père » et ne pas guérir les écrouelles.

 Il s’estime heureux au constat du nombre de personnes « qui se sont appropriées le PLU », le terme de consultation nous paraîtrait plus conforme, chacun son ressenti.

Il poursuit en affirmant que dans la mesure des possibilités il sera répondu positivement aux sollicitations, mais encore une fois, ne confondons pas un élu avec Dieu le Père.

Le PLU devrait être approuvé en conseil municipal en juin avant d’être livré aux tiers pour d’éventuels appels.

En respect du SCOT, la commune de Villemur a pour objectif la consommation de 85 hectares sur 20 ans pour un accroissement de 2 000 habitants. Au premier janvier 2013 la population serait de 5 758 habitants.

Après avoir présenté sur un plan difficilement lisible les zones appelées à l’urbanisation à différentes échéances, à savoir 1AU1T, pour 2,3 ha et 1AU2T pour 2,7 ha, monsieur le maire a souhaité évoquer la difficulté de répondre aux vœux des propriétaires fonciers.

« Si quelqu’un se présente en affirmant que votre parcelle inconstructible peut s’ouvrir à la construction, demandez lui un écrit signé car il est trop facile de faire de la démagogie. »

Le temps consacré au PLU est clos par l’intention affichée de préserver la qualité de vie du hameau, sa ruralité.

 

L’assainissement.

La parole est donnée à monsieur Bragagnolo.

L’esprit consenti aux ruraux, nous l’avons par moment ressenti lors d’explications qui semblaient couler de source, à savoir que quand on fait des tranchées pour des travaux on les referme. Comprenons bien sûr que la réfection ne sera totalement effectuée que bien après la fin des travaux d’assainissement afin de laisser les terres se tasser. Le bon sens n’a pas déserté la ruralité.

Il est vrai que la redondance d’explications tant au niveau des travaux que du tarif de la participation au branchement avait de quoi irriter des esprits assez vifs pour saisir les nuances entre logement construit avec un assainissement autonome et logement à construire.

Une délibération du conseil municipal du 26/03/2012 aurait voté la participation à 612 € pour les constructions existantes et le 18/06/2012, le conseil municipal a voté une délibération à 2 500 € pour les constructions neuves reliées à l’assainissement.

Ces  montants  sont pour 2013 et d’après monsieur le maire qui n’a pas signé de papier mais a répondu à une question, le premier (612 €) devrait rester le même ou prendre 1 à 2 % pour 2014, le second passera à 4 500 €.  PFAC.

Le prix du mètre cube sur la commune de Villemur ne devrait pas être impacté par les travaux. Il faut entendre que les habitants du Terme desservis par l’assainissement collectif assumeront sur leur facture la taxe d’assainissement en deux parties, une fixe et une variable en fonction de la consommation. Leur facture augmentera donc sans modification du prix du m3.

Les contacts individuels avec les habitants concernés devraient commencer en mars, la station devrait être implantée en avril, en juin les travaux sur la voie publique devraient commencer.

 

Coût de l’assainissement : 730 000 € TTC répartis ainsi

  • Commune : 355 000 € soit 55 %
  • L’agence Adour Garonne : 48 000 €
  • Conseil Général : 214 000 €
  • Fonds de compensation pour la TVA (FCTVA) : 113 000 €, récupérables deux ans après la fin des travaux.

 

ADSL.

 

Monsieur le maire de multiples fois interpellé à ce sujet à préféré anticiper les questions en affirmant que son équipe ne s’était jamais engagée financièrement à ce sujet.

En conscience du coût des travaux et de la responsabilité de France-Télécom Orange nous pouvons préciser qu’en certains lieux des élus agissent (Mirepoix sur Tarn).

Il semblerait que l’urbanisation future laisse espérer une réelle prise en compte du problème. Monsieur le maire précisait alors que toute société privée travaille pour faire du bénéfice, le nombre d’habitants croissant poussera peut être Orange à investir.

Monsieur le maire laissait alors percevoir une sorte d’attachement au service public. Cela fait chaud au cœur en pensant à la DSP consentie à Véolia pour la collecte des déchets ménagers.

 

Souvenir.

 

Nous avons pris l’habitude d’entendre que les promesses n’engagent que ceux qui les croient, qu’un maire ne peut tout faire.

Un candidat lui, s’engage.

reussir003

Malheureusement il n’y avait pas de signature !

 

La voie verte.

 

Une question sur l’ancienne voie ferrée devenue en certains endroits voie verte.

La transformation serait de la compétence « tourisme » dévolue à l’intercommunalité qui a préféré consacrer l’argent au développement de la ZIR de Pechnauquié dédiée à l’emploi, de bonnes surprises nous attendraient.

Le choix est totalement concevable et primordial dans notre situation.

Cependant un intérêt à été accordé à la question, va t’on pour la nième fois voir ressurgir une promesse à ce sujet en 2014.

 

Nous conclurons en reconnaissant que les voies du Seigneur sont impénétrables mais un maire n’est pas le Bon Dieu, sa parole n’est donc pas parole d’évangile…

commentaires

Va-t-on valser à Villemur ?

Publié le 12 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

Nombre d’entre-vous a pu prendre connaissance de l’article de « la Dépêche » consacré aux bâtiments Brusson.

En 2010, le 25 octobre le conseil municipal à voté :

delib

Pour rappel compte-rendu du conseil municipal apr l’oeil :

 

Finances :

 

Réhabilitation de l’espace BRUSSON. Création d une salle de spectacles. Demande de subvention.

Monsieur Régis précise que la commune est propriétaire depuis 2004 et qu’il est indispensable d’accélérer le processus de réhabilitation.

Il y a de nombreuses réflexions sur le devenir des lieux.

Monsieur le Maire précise qu’une demande de subvention n’entérine pas un projet définitif.

Les études menées ont établi le constat qu’il y avait un besoin à l’échelle du nord toulousain d’une salle de spectacles conforme aux différentes activités artistiques, danses, chants, théâtre…   .

Il n’y a rien en dehors de Montauban, Toulouse et Albi.

Le projet prendrait place dans le bâtiment le plus à même d’accueillir ce genre de salle, l’ancienne scierie Brusson à proximité d’un parking.

Le coût de réhabilitation serait à la base de 1 650 000€ HT. Toutefois, si on ajoute le coût des études et différents frais annexes, on arrive à un montant de 2 170 740€ H.T.

L’Etat, le Conseil Régional et le Conseil Général sont sollicités.

Il y a urgence car la réforme territoriale va modifier les dotations de chacun.

L’architecte des bâtiments de France ne semble pas opposé à la démolition des bâtiments sans valeur architecturale.

Monsieur André Bétirac demande la capacité d’accueil de la salle, elle sera de 370 à 400 places.

Monsieur Parize rappelle que durant la campagne électorale, l’équipe s’était engagée à réhabiliter le théâtre et à répondre au souhait des habitants qui semblent attendre une grande salle polyvalente afin d’accueillir des lotos, bals, repas associatifs. La salle prévue sera-t-elle susceptible d’accueillir ce genre de manifestation ?

Monsieur Régis répond qu’il est prévu un système escamotable afin de libérer de la place mais que cette salle n’aura pas vocation à accueillir prioritairement ce genre de manifestations. Il doit y avoir dans les 150 salles polyvalentes dans tous les alentours, nous avons besoin d’une salle de spectacle. Il y a besoin d un espace pour réorganiser la vie culturelle, il faut répondre à des besoins sans retomber dans le même genre de salle existante par ailleurs. Les lieux pourraient être loués à des compagnies.

Monsieur Parize semble penser que l’équipe souhaitait prendre en compte les attentes de la population.

Monsieur le Maire souhaite synthétiser, « nous devons ce soir nous prononcer uniquement sur une demande de subvention. » il poursuit en disant que par rapport aux besoins de la population il faudra rénover le théâtre, le mettre aux normes, cela prendra du temps et il faut attendre de pouvoir lui substituer provisoirement une autre salle. Il insiste sur le fait qu’il s agit aujourd’hui de se prononcer sur des demandes de subventions et non sur un projet.

Vote à l’unanimité.

 

 

Dans le hall de la mairie on peut prendre connaissance de la demande de réhabilitation et d’extension du bâtiment Brusson en salle de spectacles présentée le 25 juin 2012 signée par monsieur le maire le 14 décembre 2012 et affichée le 18 décembre.

Numéro du permis de construire : PC-031584-12-W0017.

 

Evidement, obtenir un permis de construire ne signifie pas construire…

brusson

avant apres

VOIR ICI

VOIR ICI

commentaires

ELECTIONS MUNICIPALES :

Publié le 11 Février 2013 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

LA NOUVELLE SAISON  DE PLUS BELLE LA VIE (LE MUR)

 

Par Jean Philippe TIZON

 

 

Depuis quelques semaines, la frénésie de propos marqués  « confidentiels », entre deux apartés, ni vu ni connu, devient  une pratique récurrente. Cela va de l'anecdote au sordide. Ces proses annoncent une campagne électorale locale d'une grande hauteur de vue. Aussi haute que le trottoir d'un caniveau.

 

Si le propos de caniveau se voulait la tasse de thé de ce blog, cela transformerait notre « Œil » citoyen en support « people » comparable -dans le cynisme- aux meilleurs tirages britanniques, l'argent en moins.

Au vu de l'efficience du ramassage privatisé des ordures ménagères, il serait des plus mauvais goûts de rajouter des  rumeurs nauséabondes dans des poubelles cognitives en mal de triage.

 

Chacun l'aura compris, mais vaut mieux le préciser de nouveau  pour  les éternels littérateurs invertébrés, par éthique ou par principes, ce support numérique n'entrera donc pas dans ce jeu dans lequel  des individus  voudraient l'enfermer.  De tels travers, du sommet de l'Etat aux collectivités locales, conduisent l'esprit et les principes républicains, de citoyenneté et de démocratie vers la géhenne  de l'autocratisme. Ainsi,  par manipulation, par boulimie du pouvoir, voire même par inconscience, des  éléments liberticides se mettent en place subrepticement à tous les échelons de la société développant le sentiment d'un « tous pourris »

 

« Du général...... »

 

Les uns dans leurs propos ambigus et les autres dans des  actes contraires à leurs engagements prennent la responsabilité politique de  conforter  l'assise d'un FN dont la stratégie de respectabilité, conduite par sa présidente, marque des points. Il faut dire, cette formation se trouve depuis  quelques années devant un boulevard dégagé grâce notamment à la légitimation de ses thèses par une partie de  l'UMP, aux reniements au nom de l'idéologie du « réalisme »  des pouvoirs en place face aux dérives financières, à des stratégies parfois à l'emporte pièce du Front de Gauche et au ras le bol des citoyens (nes) devant les iniquités croissantes.

 

Dans un tel contexte, au vu de  notre société ancrée dans l'émotion  de l'instant présent  -par conséquent éloignée de toutes pensées républicaines raisonnées-  la présence de listes d'extrême droite dans nos contrées ne semble pas si improbable. Il suffit de poursuivre dans l'optique d'une campagne digne d'égouts de plein air et d'un peu de courage politique de la part de « militants »  FN locaux pour y aboutir.

 

La désespérance gronde.... pourtant certains veulent enfermer le débat  politique (polis ; gestion de la cité) dans des histoires de personnes parfois les plus sordides (1) afin d'éviter les vraies questions portant sur le  comment vivre ensemble dans les richesses des différences.

 

« ...au particulier »

 

La démocratie citoyenne ou de proximité ne peut donc s'inscrire dans des histoires de personnes, « d'appréciation » à l'emporte pièce, ou de logique d’intérêts forts particuliers.

 

L'enjeu pour les futures échéances municipales  porte, non pas sur le « tout sauf Dupont ou Durant », mais bien sur la nécessité ou non de conduire une  métamorphose politique afin de rendre  obsolètes les principes d'un potentat démocratique (2) reproduit à l'infini jusqu'à aujourd'hui. Sortir d'un schéma de reproduction sociale et culturelle  dominants / dominés, tel est donc l'enjeu vital pour le devenir de la cité

 

« Quelques questionnements d'avenir : »

 

 A propos d'une collusion pouvoir économique/pouvoir politique

 

Jadis les Brusson seuls, puis les industries locales  (Brusson, SGE, etc) et les collectivités (municipalité, Conseil Général)  se retrouvaient dans un modus vivendi d'intérêts différenciés mais complémentaires  dont était exclu d'un commun accord le pouvoir citoyen. Celui-ci était maintenu dans un état volontaire de léthargie.  Aujourd'hui la transparence comme hier n'est pas au rendez-vous.

 

 Le quasi monopole Leclerc

Ainsi, un binôme propriétaire des Leclerc et hôtel de ville modèle le territoire à leur gré.

En pratique, la commune se retrouve sous une domination quasi monopolistique d'une seule enseigne voire d'une seule famille.

Un «  drive » en cours de finition à Pechnauquié, un futur hyper commerce   à Magnanac avec comble de bonheur une « SCI Clairac » (appartenant  au même propriétaire) prête à construire du logement dit social à proximité du lieu de grande consommation. Devant un tel étalage, une interrogation se pose : A quand l'installation promise d'une future enseigne discount  concurrente ?

 

Veolia après les poubelles, l'eau ?

Les élus villemuriens siégeant à la communauté de communes à l'instar de leurs homologues ont voté en catimini la privatisation du ramassage des ordures ménagères sous couvert de mettre en place  le tri sélectif. Chacun reconnaîtra à sa juste valeur le succès de l'opération. Le dernier compte rendu du syndicat public des eaux (voir Dépêche du 29/01/2013) laisse prévoir des augmentations  de tarifs et des difficultés pour gérer les modernisations des infrastructures imposées par l'Europe. Une transparence médiatique appréciable mais subite qui interroge. Les citoyens ne seraient-ils pas confrontés à une stratégie implicite de renoncement de la mission service public  au nom des difficultés croissantes de gestion de l'eau? Difficultés qui nécessiteraient l'intervention d'un groupe spécialisé. Euréka, les usagers ont de la chance, une grande entreprise privée spécialisée existe déjà sur le territoire : VEOLIA.

Après la privatisation du ramassage des ordures ménagères les usagers connaitront-ils celle de l'eau sous le couvert sémantique de « mise en délégation de service public » ?

 

Un des enjeux pour le devenir commun est de savoir s'il faut ou non laisser  les clefs de la ville comme autrefois à une seule enseigne familiale et à un groupe multinational aux gestions contestables  avec les conséquences que chacun sait en terme de désertification du centre ville et de création d'une ville dortoir

 

 

Une ville ne peut se réduire à la gestion de business au service de quelques intérêts privilégiés.   Une ville a besoin de démocratie participative avec ses échanges contradictoires, de développement culturel et d'éducation populaire pour maintenir et développer son âme. Elle doit s'inscrire dans une approche gagnant/gagnant donc de compromis et non de compromissions. Il devient donc nécessaire de rompre avec d’anciens schémas de fonctionnement et  une représentation sociale spécieuse du pouvoir.

 

Devant les enjeux majeurs auxquels sont confrontés notre cité et sa population, ce support apportera son « œil » avisé au service  de la réflexion de tous les citoyens, de la démocratie et de l'idéal républicain. Quant à celles ou ceux qui voudraient faire l'économie de tels débats en détournant l'attention de l'opinion autour de ragots malodorants, ils en seront pour leur frais.

La démocratie reste un bien trop précieux pour la laisser entre les mains de politiciens (nes), grands (es) ou petits (es) dont le seul souci est de gagner quel qu'en soit le prix pour les citoyens, un « saint siège républicain ».

 

+++++++++++++++++++++

 

1)      -vraies ou fausses qu'importe, « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » dixit Beaumarchais-

2)      voir articles en cours de finition : «  en finir avec le potentat démocratique »

commentaires
1 2 > >>