Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Festival Henri IV

Publié le 30 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

Festival Henri IV
Festival Henri IV
commentaires

Conseil Communautaire du 26 juin 2014.

Publié le 30 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

 

 

Je n’aurai pas le temps …Pas le temps…

 

Vous la connaissez la chanson de Fugain ! Même en courant plus vite que le vent…

Rien qu’à la lecture de l’ordre du jour il était prévisible que ce conseil communautaire revêtirait une importance non négligeable pour notre intercommunalité. Nous reste un sentiment d’inachevé…

Il aurait pu être plus abouti qu’il ne le fut ce conseil,  mais il y a ce diable de temps .En ce mois de juin il semble faire défaut à tout le monde. Nous avons ressenti, encore faute de temps certainement, un manque de concertation anticipée, mais nous n’allons certes pas nous plaindre qu’il ouvre la porte à des débats publics permettant de cerner les priorités de chacun.

Des débats en toute franchise (comme précisé par Monsieur le Président de l’intercommunalité qui n’a pas joué de  «  la langue de bois ») ont débouché sur une rébellion finalement unanime contre des statuts établis sans concertation pour un PETR qui pose questions.

Si nous n’étions pas conscients des dangers de toutes sortes de manipulations, nous aurions pu nous délecter que quelques élus qui ont imposé en catimini une Délégation de Service Public pour la collecte des déchetsà leurs concitoyens, connaissent à leur tour ce sentiment étrange que l’on peut éprouver lorsque l’on se sent méprisés en tant que simples citoyens non élus.

Voguerions nous au fil de Val’Aîgo vers plus de démocratie ?

Entre élus, il ya des discussions ouvertes et presque paisibles, tous prennent la parole, c’est un fait. Au niveau de l’écoute et de la concertation avec les citoyens, qui vivra verra.

 

Bien des procurations pour ce conseil d’avant vacances, nombre d’élus avaient des obligations par ailleurs.

Nous ne traiterons et surtout ne  résumerons que les points essentiels, vous savez maintenant que vous pouvez retrouver le compte-rendu sur le site internet de Val’Aïgo. Vous pourrez certainement  y prendre connaissance du rapport sur la collecte des ordures ménagères en  2013, rapport par ailleurs consultable dans toutes les mairies de l’intercommunalité.

Monsieur le Président a débuté en faisant part de sa déception plus que de son mécontentement pour le peu d’intérêt accordé à la réunion concernant l’élaboration d’un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal. Il souhaiterait  qu’en conscience de l’importance des informations dispensées qui seront primordiales pour la construction d’un PLUi concerté, au moins un représentant par commune soit présent lors de prochaines réunions.

 

Du domaine routinier…

 

 

La rubrique exonération de la TEOM est routinière et concerne les entreprises qui assurent par leur propre filière la récupération de leurs déchets. Il en est de même pour la convention Eco TLC qui est purement administrative.

La Commission Intercommunale des Impôts Directs est une obligation identique à celle votée lors des conseils municipaux. Le flou artistique a régné quant à la nomination de ses membres, cela pourrait suggérer son peu d’importance mais nous tenterons d’approfondir le sujet. Consultation citoyenne porteuse ou leurre ?

La partie consacrée à la Cotisation Foncière des Entreprises ou CFE a été renvoyée à un prochain conseil, Monsieur Raysséguier a souhaité mettre en avant son désaccord sur ce point qui devra être réétudié avant de passer en conseil. Il s’agit de travailler sur la progressivité des bases minimum.

Au niveau du tourisme, la question à l’ordre du jour a été reportée.

Au sujet de la vente d’une parcelle sur la ZIR de Pechnauquié, si aucune opposition ferme ne s’est manifestée, des questions précises ont été posées sur la société qui souhaite s’installer et le rappel des critères a été mis en avant avec si nécessaire possibilité de les réviser.  «  Il n’est pas question de vendre pour vendre. «  a précisé Monsieur Canevèze, élu de Bessières qui s’est abstenu pour ce vote. Le compromis de vente concerne une parcelle de 2000m2 au prix de 20€ le m2, soit 40 000€.

Au niveau des finances, la communauté dispose d’une ligne de trésorerie de 500 000€ afin de faire face entre autre  à des investissements en attente de subventions. La commission des finances a voté pour que cette somme soit placée dans un établissement bancaire sélectionné en fonction de critères précis.

Toujours au niveau finances, le prêt relais nécessaire pour le financement des travaux de la ZIR de Pechnauquié a été prolongé d’un an au taux consenti lors du contrat.

Il reste à percevoir une subvention de 1 280 000 € et la FEDER devrait verser 600 000€ sur les 1 000 000 octroyés.

Monsieur Raysséguier dit s’être rangé à l’avis de la commission mais tient à relever qu’il faut être très prudent avec l’usage des prêts relais et qu’il est préférable lorsque c’est possible de les transformer en prêts fermes et définitifs.

Poursuivant au niveau des finances, la communauté a délibéré sur les amortissements liés aux investissements. Ils  permettent de renouveler les biens lorsque c’est nécessaire.
A ce niveau il faut expliquer qu’une somme est prélevée sur la section fonctionnement du budget et versée sur la section investissement.

Cette opération prévisionnelle est obligatoire pour les intercommunalités qui ont en leur sein une commune de plus de 3500 habitants.

L’association « Los Groulos Longagnos » a sollicité comme chaque année une subvention de 500 euros.

La communauté veut bien concéder cette entorse au principe pour cette année.

Le prétexte que cette association entretient les sentiers de randonnée qu’elle emprunte est tout de même contesté, les pêcheurs aussi par ex entretiennent les berges…

Monsieur le Président admet qu’il s’est engagé pour cette subvention et demande qu’on excuse ce « faux pas »  de débutant, il conçoit que toutes les associations  doivent recevoir la même considération et être traité avec égalité.

Monsieur Jilibert vient à son secours en précisant que cela fait 3 ans qu’une entorse est faite au règlement. Tous tombent d’accord sur la nécessité de s’en tenir à la ligne de conduite actée dans les statuts et acceptent pour cette année encore de verser cette subvention à titre dérogatoire.

Monsieur Ranson précise que 25Km sont entretenus et il est unanimement reconnu que les manifestations  de cette association drainent de nombreuses personnes.

Monsieur Dumoulin évoque une fois encore la nécessité qu’il va y avoir à mutualiser les moyens au niveau associatif, Villemur va connaitre rapidement un problème de salle.

Il fait un aparté pour expliquer que la situation dégradée du théâtre pose problème, le Président de l’association des « Bons vivants » viendrait de réaliser le risque pénal pris si un accident était survenu lors des activités au sein du bâtiment.

Pour ce qui est des l travaux de La Magdelaine, il s’agit d’une opération comptable. Les travaux de voirie sont de compétence communautaire mais ceux là concernent un busage qui ne fait pas partie des travaux pris normalement  en charge. Le paiement sera tout de même assuré par l’intercommunalité qui récupérera par la suite le montant des travaux busage pour une estimation de +- 28 000€.

 

Deux sujets importants.

 

Les sujets qui suivent ont donné lieu à des débats qu’il sera difficile de reporter en totalité mais que nous allons traduire le plus respectueusement possible.

  • Police Municipale Intercommunale.

Il est proposé de voter ce jour une délibération de principe pour la prise de compétence de la police par l’intercommunalité.

Monsieur le Maire de Bessières avance la date de janvier 2015 et explique l’urgence de ce débat important qui nécessite du temps pour une bonne préparation. Il propose deux conseils courant septembre sur ce sujet qui ne rencontre pas l’unanimité.

La volonté des élus de Bessières qu’il représente est de ne pas se retrouver à prendre des compétences où on nivelle, si ce n’est par  le bas, au niveau moyen. Nous avons eu  la surprise d’entendre, «  Bessières a accepté une fois, nous venions de rentrer (dans l’intercommunalité), pas deux, il s’agissait des ordures ménagères. »

POUR RAPPEL : http://www.valaigo.fr/wp-content/uploads/2014/01/proces-verbal-12-07-2012.pdf

Revenons au sujet. Le territoire serait découpé en deux secteurs :

Le premier serait composé de Villemur, Le Born, Villematier, Bondigoux.

Le second comprendrait Bessières, Mirepoix, Layrac,La Magdelaine.

Le Directeur Général des Services, Monsieur Landier explique l’impact de voter cette délibération de principe qui officialiserait ses démarches auprès des personnes concernées qu’il rencontre pour monter un projet de terrain concret et réaliste.

Deux versions sont évoquées une police avec 10 agents ou une avec 13 agents, tout est histoire de coût et d’efficacité. Rien n’est tranché.

Bessières défendra le projet mais « on ne peut pas faire croire aux gens que tout est parfait s’il y a des lacunes, tout cela a un coût et les choses au-delà du fond doivent être mises en perspective »

Monsieur Raysséguier suggère donc un débat de fond sur les différentes possibilités de transfert de compétences.

Monsieur le Président évoque une étude déjà faite, dit qu’il faut mener une véritable réflexion,  rendre service à la population et en considérer l’impact financier. Il poursuit en relevant que l’étude faite sur Bessières est cohérente, il faut voir comment l’appliquer au territoire.

La démarche doit être concertée, «  faire du sous-produit ne m’intéresse pas et ça intéresse encore moins le contribuable. » La collaboration avec la gendarmerie est indispensable mais il faut avouer que cette dernière se concentre sur les missions de sécurité routière.

Monsieur Dumoulin souhaite une présence de territoire partagée et uniforme en efficacité.

Monsieur Raysséguier insiste,  «  il faut assurer un service de qualité pour que la population voit ce qu’on est capable de faire. ».  Il est vrai qu’assurer la sécurité des concitoyens est un acte politique fort accompagné de pensées électoralistes.

Sont alors abordés différents points de vue et différentes interrogations portant sur l’intérêt pour les petites communes de cette prise de compétence par l’intercommunalité et la définition des missions, nombre de tournées, lieux, heures, migration de policiers entre communes...

Le sujet du coût et de la capacité de financement de l’intercommunalité est mis en avant de même que l’opportunité de l’embauche d’un ou une ASPV(auxiliaire de sécurité pour la voie publique) qui tournerait sur l’intercommunalité et s’occuperait de verbaliser les infractions tant au niveau des dépôts sauvages qu' au niveau  stationnement et libérerait du temps pour les policiers municipaux..

Rappel est fait de la mise en garde de la Cour des Comptes en 2012 par rapport à l’état financier de l’intercommunalité.

Monsieur Raysséguier remarque l’amélioration des finances intercommunales. Le pacte fiscal acté pour la durée du mandat est évoqué.

 

 Monsieur le DGS explique que nous vivons une situation de transition et qu’il peut arriver des incidents mais que dans l’ensemble la situation est saine, il faut attendre encore de passer le cap de 2014 et les éléments financiers pour 2015 pour affirmer une position.

Cela n’empêche pas d’avancer dans le projet. Il  précise que bien sûr ce n’est pas lui qui décide mais bien les élus, il a cependant besoin de cerner la volonté de chacun afin de ne pas travailler sur un dossier lourd, en liaison avec les services de l’état,  pour rien. Un travail sur ce dossier est entamé depuis plus d’un an.

Monsieur Landier bien au fait de la difficulté que peuvent avoir les élus à se positionner sur deux niveaux, commune et intercommunalité émet la possibilité de rencontrer tous les élus des conseils municipaux du territoire afin de dialoguer, expliquer…

Deux éléments essentiels sont rappelés.

  Il est indispensable que le transfert de compétence soit approuvé par 2/3  des conseils municipaux, et la loi va exiger des intercommunalités d’au moins 20 000 habitants.

Ce deuxième élément implique des fusions entre intercommunalités, les compétences exercées par les intercommunalités en question seront alors cumulées. Il y a peut être intérêt à s’y préparer.

Monsieur Dumoulin admet que même avec une vision de territoire, même en se voulant proche des citoyens, il y a des paramètres que les élus peuvent ne pas mesurer. Et de citer deux situations qui viennent de lui être soumises.

Képis et uniformes peuvent avoir un effet dissuasif  un effet d’apaisement, de sécurisation, on est tous conscients dit-il de la volonté citoyenne de se réapproprier les lieux publics, cela il faut le permettre.

 

Lors du vote de cette délibération de principe, 4 élus ont voté contre.

Pour ce qui concerne la délibération de principe du transfert de la compétence petite enfance, le vote a été unanime.

Sue  ce sujet le débat qui a eu lieu en commission a du recevoir un avis favorable car il n’y a pas eu de réelle discussion lors du conseil.

Nous avons compris que le transfert serait organisé en deux temps, le transfert petite enfance en premier. Un projet pour une deuxième crèche est en cours sur Bessières, le reste de la compétence sera étudié ultérieurement.

 Vous retrouverez plus d’éléments sur le compte-rendu de l’intercommunalité.

 

  • Un PETR controversé.

Le deuxième grand sujet concernait la mise en place des statuts du Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR) du Pays Tolosan.

Lorsqu’un syndicat mixte composé exclusivement d’établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre remplit les conditions fixées à l’article L.574-1 1du Code Général des Collectivités Territoriales, il peut se transformer en PETR. Le Scot Nord Toulousain répond à ces exigences.

Ces PETR créés par la loi MAPTAM du 27 janvier 2014 peuvent revêtir une importance plus que conséquente sur l’action supra-intercommunale des EPCI à fiscalité propre qui les composent et nos élus s’inquiètent à juste raison du manque de concertation lors de l’élaboration des statuts.

Il est bon de savoir que le PETR a un rôle très important puisqu’il définira les conditions de développement économique, écologique, culturel et social du territoire.

Nos élus de droite comme de gauche reprochent le manque de concertation qu’ils imputent à l’ambition du Président du Pays Tolosan.. Le siège du PETR est à Paulhac.

Le périmètre du Pays Tolosan n’est pas identique à celui du Scot Nord Toulousain, il comprend une intercommunalité de plus, celle des Coteaux de Bellevue.

Il est rappelé le travail de l’intercommunalité VAL’ AÎGO qui a souhaité une représentation équitable de toutes les communes et un poste de vice-présidents pour tous les maires de l’intercommunalité.

Monsieur Raysséguier dit ses inquiétudes, le Conseil Constitutionnel a décidé de revenir au partage des postes au prorata de la population lors de tout changement.

Il faut réfléchir a ce que nous avons à gagner et il y a danger à suivre ce que voudraient certaines personnes.

D’ici 2017, notre intercommunalité devrait se rejoindre avec celle de Fronton, le rapport de population est de 1 à 3, cela donne à réfléchir ;

 

Les avantages du PETR ont été présentés, notamment au niveau des subventions mais les dangers pour les compétences des EPCI ont été occultés.

Il ressort de ce débat que les intercommunalités pourraient voir leurs compétences s’entre choquer voire être absorbées par les EPTR. Il s’agit d’une perte de souveraineté.

Les statuts du PETR octroient 5 délégués titulaires et 5 suppléants à notre intercommunalité. Fronton 10 délégués, le canton de Cadours 2,  les coteaux du Girou 8, Saves et Garonne 10.

Nos élus n’approuvent pas les statuts sous la forme actuelle et souhaitent concertation et renégociation. Se pose pour eux la question du service rendu à l’ensemble de leurs concitoyens. Pour info, la Dépêche.

Apparemment, si le vote des statuts n’est pas approuvé à l’unanimité, il y a suspension du PETR.

Il semblerait intéressant que d’autres intercommunalités concernées rejoignent la position de Val’aîgo. Si nous avons bien compris les élus ont trois mois à partir du 24 juin  pour délibérer sur les statuts qui si aucune contestation n’est formulée seront considérés comme acceptés.

Il nous a semblé entendre que sept élus s’étaient  déjà abstenus lors de la délibération sur le PETR. Le PETR a nécessité de loi mais c’est une sorte d’abus de pouvoir d’aller trouver tout le monde et de faire peur en expliquant les dangers qu’il y a à ne pas le  voter.

Messieurs Dumoulin, Raysséguier et Sallières ont affirmé leurs positions avec conviction pour l’intérêt général ont-ils précisé. La menace plus ou moins voilée de ne pas obtenir de subvention ne semble pas impacter leur détermination.

Monsieur Raysséguier a affirmé qu’appartenir à un parti ne l’avait jamais empêché de dire ce qu’il pensait et qu’il l’avait payé cher.

Monsieur Dumoulin a affirmé ouvertement et sans ménagement son rejet de la méthode d’éviction de Monsieur Eric Oget de la présidence du SCot pour des visées a-t-il précisé uniquement politiques car les compétences et le travail vertueux  de Monsieur Oget ne pouvaient être mis en doute.

Son remplaçant se serait vassalisé au président du Pays.

Il a évoqué la réforme territoriale expliquant qu’elle allait diminuer le nombre de postes de conseillers régionaux et qu’il est indispensable d’exister sur un territoire pour garder certaines fonctions. Il est revenu sur la volonté de travailler sur ce territoire en bénéficiant des compétences de chacun et sans arrière-pensée politicienne.

 Avec véhémence  il a poursuivi, « Moi je ne peux pas. Vous faites comme vous voulez, mais moi je ne peux pas me laisser manœuvrer, je ne peux pas supporter que l’on détruise des communes, des Conseils Généraux pour éviter un millefeuille  et regardez, on  n’est pas arrivé aux fonctions qu’on va créer une autorité supérieure pour animer un territoire et cela avec des intérêts partisans… »

Monsieur Dumoulin explique que rien n’est simple que des divergences se font jour mais que l’essentiel est de dialoguer, il est possible de s’opposer mais il ne faut pas perdre de vue la volonté de construire collectivement pour l’intérêt général.

A son avis,  ce qui se passe revient à déposséder des EPCI des énergies indispensables au profit d’intérêts particuliers.

 

Nous n’avons pu tout retranscrire tant ce débat à été animé.

 

Vote à l’unanimité contre les statuts présentés.

Trois derniers points que nous verrons rapidement. L’accord de principe pour le remplacement d’un agent de service, le positionnement de l’aire des gens du voyages qui devient de compétence intercommunale(Loi Lebranchu) et la loi ALUR qui a des impacts à ne pas négliger sur les zones AH ;

Monsieur Rebeix très impliqué dans ces deux derniers points a tenu à les évoquer bien que cette fin de conseil soit précipitée par des obligations en différents lieux et notamment un conseil municipal à La Magdelaine.

 

 En conclusion, vous voyez, nous n’avions pas menti dans notre introduction, les débats se sont révélés ouverts, constructifs, le besoin de concertation a été acté à différents niveaux et même conforté par un vote unanime  contre les statuts du  PETR tels qu’ils sont.

Des personnes inquiètes face à un manque de concertation, de transparence, des personnes qui se questionnent politiquement  et socialement  sur la perte de la souveraineté, qui  voudraient voir refuser dans l’unanimité la signature de statuts  imposés dans la plus grande opacité, ça ne vous rappelle rien ?

Comment se fait-il que ces élus qui au niveau local se positionnent et s’affirment  aient tant de mal à concevoir les dangers du Grand Marché Transatlantique ?

Leur semble t-il si lointain ce traité, si inoffensif pour notre souveraineté ?

Leur semble t’il moins dangereux que cette réforme territoriale qui touche leurs prérogatives et que beaucoup rejettent, mettant en avant des intérêts citoyens.

Ces simples citoyens tirent la sonnette d’alarme partout dans le pays, en Europe et même aux USA et nos élus, si inquiets du devenir de leurs compétences sur le terrain ne voient pas le danger, pourtant là aussi il y a urgence, le temps presse.

Certains seraient ils favorable à cette dérégulation que nous promet le TAFTA?

 

Nos soucis actuels bien que concrets  ne représentent pas grand-chose face à ce qui nous attend si nous ne nous réveillons pas.

Se positionner contre le TAFTA ou GMT constitue aussi un choix politique dont nos élus répondront, à tous les niveaux.

 Impossible de croire, du moins pour ce qui concerne les élus municipaux encartés dans des partis qu’ils ne connaissent pas le GMT et ses ambitions. Les effets de ce traité peuvent paraitre lointains, encore une histoire de temps, nos élus pensent peut être qu’ils ne seront plus en activité, c’est possible, leur restera leur conscience qui s’y l’on en croit les débats auxquels nous avons assistés reste opérationnelle, alors ?

commentaires

TAFTA,  TISA même combat…

Publié le 27 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité, Politique

 

Si après cette lecture nous ne comprenons pas qu’il est temps de se mobliser…

 

 

commentaires

LE TAFTA

Publié le 26 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Au coin de l'oeil, Notre actualité

Il ne passera pas par là… ?

 

Il faudrait faire une chanson

Pour réveiller les opinions.

Trouver des paroles ludiques,

Et savoir les mettre en musique.

Sachez les artistes rebelles,

Le TAFTA signera la mort s’il passe

De notre exception culturelle

Quoiqu’on vous dise en la place.

Le Grand Marché Transatlantique,

Nous devons lui faire la nique.

Un partenariat qu’ils  nous disent,

Oubliant d’évoquer les devises.

Nos représentants aux fonctions

Tentent de noyer le poisson.

Experts en communication

Pour mieux tuer l’information.

Le fric mène déjà le Monde,

Là, nous serons pris dans la ronde

De ce mécanisme infernal

Qu’ils  nous présentent comme banal.

Mort aux obstacles réglementaires,

Sherlock dirait « élémentaire ».

Pour atteindre leurs objectifs,

Rendre les marchés plus lucratifs,

Veulent des normes mondialisées,

Veulent des peuples anesthésiés.

Free, ça veut dire liberté,

La nôtre sera conditionnée

A la volonté primordiale

De goulues multinationales.

A quelle sauce seront mangés

 Les droits des hommes, de la santé,

 Droit du travail, diversité…

Tous les secteurs seront visés,

Eau, énergie, services publics…

Veulent tout rendre privatif.

De par le monde réveillons nous !

Et vous élus, qu’attendez vous ?

Dés maintenant à nos cotés,

Majorités, minorités, vous toutes collectivités,

Ensemble crions nos exigences,

 Consultations, débats et transparence.

Voulons choisir, pas qu’on impose.

Ne voulons pas mourir d’overdoses

De transactions, de lâchetés et de carences.

Elle mérite mieux notre France.

 

Marie-Gabrielle Gimenez.

 

 

 

commentaires

Voix corses polyphoniques

Publié le 24 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

Voix corses polyphoniques
commentaires

Comment ça marche ?

Publié le 23 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Le Conseil Municipal de ce 20 juin a été consacré à l’élection des délégués du  conseil municipal et de leurs suppléants pour le scrutin des Sénatoriales du 28 septembre prochain.

Pour répondre à nos questions : http://www.senat.fr/senatoriales2014/#main

 

Monsieur le Maire remercie ses collaborateurs, élus pour leur présence, et administratifs en conscience du travail que procurent ces élections.

Le résultat de ce vote est sans surprise et la liste de la majorité aura donc 12 délégués titulaires et trois suppléants, et la liste de la minorité, 3 titulaires et 1 suppléant.

Les noms des élus concernés sont affichés sur la porte de la mairie.

Monsieur Le Maire ne figure pas dans cette liste, il exprimera surement son vote en tant que Conseiller Général.

A la fin de cette séance consacrée au seul scrutin sénatorial Madame ARNAL, élue de la minorité a souhaité connaitre la réalité de ce qui se murmure au niveau du théâtre.

Monsieur Dumoulin a donc confirmé que le montant des travaux prévus (+-260 000€) était très important et qu’il y aurait concertation à ce sujet. La Commission Sécurité est passée le 5 juin dernier et une demande de dérogation a été adressée à la préfecture.

Une deuxième question pour s’enquérir de la date et de la forme du forum des associations a permis de donner les dates, les 6 et 7 septembre, une journée étant consacrée aux associations sportives, la seconde aux associations culturelles et autres.

Monsieur Dumoulin a indiqué qu’une réunion consacrée au CCAS se tiendra le 30 juin. Les élus de la majorité ont sollicité sans succès la nomination d’une personne autre que celle désignée pour représenter l’Union Départementale des Associations Familiales.

Monsieur REBEIX, premier adjoint a annoncé que la convention avec le Conseil Général pour le rond-point du collège et du centre commercial a été signée fin mai ;

Des injonctions variées portant sur les accès, les voies douces, le passage souterrain, l’accès aux différents réseaux … sont émises par le Conseil Général.

Le Centre Leclerc maintient sa volonté d’implantation et le collège ne sera certainement pas opérationnel avant 2018.

Une enquête publique environnementale est obligatoire pour la délivrance du permis de construire du Centre Leclerc.

Des réunions de travail doivent se tenir mais l’accent est d’ores et déjà mis sur l’incongruité qui réside dans le fait de construire des infracstructures routières qui courront le risque d’être dégradées par les engins de chantier. Espérons pour nos deniers  que le bon sens l’emportera.

Ce conseil s’est terminé sans que la parole soit donnée à la salle.

A relever qu’il n’y avait que peu d’adeptes pour un conseil qui s’annonçait rébarbatif. La constance est toujours récompensée et cette fois encore autorise l’information qui sans être palpitante peut éviter « le bruit qui court ».

 

 

Comme toujours ce compte-rendu se veut le plus fidèle possible. Nous restons ouverts à tout complément d’information et à toute rectification qui s’avérerait nécessaire.

commentaires

 UN AU REVOIR ET NON UN ADIEU

Publié le 20 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

Par  Catherine et Jean Philippe TIZON

 

Depuis quelques semaines, chères lectrices et chers lecteurs de ce blog citoyen, vous n'avez plus l'occasion de lire   nos analyses, commentaires et autres traitements plus ou moins pertinents de l'information. Nous ne boudons pas. Cette situation s'explique uniquement par le fait que nous avons dû voguer vers d'autres cités pour des raisons professionnelles. Ainsi va la vie. Par contre, ce blog poursuivra son chemin avec les défauts de ses qualités et les qualités de ses défauts. Son ancrage à gauche -au sens gauche populaire- et une sensibilité chrétienne définissent sa ligne éditoriale. Un tel outil, d'éducation populaire n’entend  servir telle ou telle démarche électoraliste. Au contraire, il doit rester sur ce territoire une veille républicaine pour mettre le doigt sur des pratiques allant à l'encontre d'une morale politique, de l’intérêt général, mais aussi sur celles innovantes  issues de la création citoyenne et démocratique. Comme toute veille, il entend être indépendant mais pas indifférent à des orientations politiques d'où sa ligne éditoriale.

 

Depuis plus de cinq ans,  ce support  a informé, éveillé, questionné, grattouillé les consciences citoyennes, celles des élus  et de décideurs divers et variés.

Nous sommes fiers d’avoir pu y participer avec nos différences, nos sensibilités.

 L'engagement intellectuel, citoyen et désintéressé existe et nous l'avons montré et démontré. Tous ensemble, les « permanents » de ce blog, les collaborateurs plus occasionnels, et les lecteurs plumitifs avons commencé à libérer la parole sur ce territoire, soumis depuis trop longtemps à des potentats tant de droite que de « gauche ». Il faut continuer. Il ne peut y avoir de démocratie, de République vivante avec pour unique profil des  individus / sujets subissant, tels des moutons, les diktats de la pensée dominante du moment et/ou de roitelets en mal de reconnaissance, de pouvoir voire en quête d'argent.

 

Le vote ou la fuite vers les sirènes du Front National demeurent une impasse politique, sociale ,parce que fondamentalement,  malgré des discours contradictoires, il ne mettra pas en cause  un système capitaliste aliénant avec sa quête frénétique d’argent, de pouvoirs absolus. Au contraire,  l'Histoire en témoigne, il renforcera ce système en jouant de la passivité du peuple en attente d'un sauveur suprême, en fomentant les haines les plus viles  entre telle catégorie  et telle autre. Cette politique nous conduira jusqu'à une probable catastrophe. Sans être grand devin, le Bleu Marine donnera des bleus à l'âme de Marianne. Les récents propos de M Jean Marie Le Pen ne laissent planer aucun doute sur le fond de commerce de cette formation.

 

Au moment où cette planète compte trois cents millionnaires de plus donc x français, ce au détriment d'une répartition équitable des richesses, une telle formation au service du capital conduira  les français à se révolter contre ...des boucs émissaires, là les juifs, ici les « arabes », les musulmans,  ailleurs les pauvres qui parasitent la société, les petits contre les grands et  autres variables pour entretenir toutes les divisions possibles et imaginables.

Il faut reconnaître que la droite UMP et son sous courant la droite populaire ont bien balisé le terrain en banalisant la haine, le discours sécuritaire, en divisant les français, en propageant la peur. Pendant ce temps, l'argent coulait à flot, pour quelques uns à guichet fermé, comme le laisse paraître les affaires en cours au sein de ce parti.

A gauche, François Mitterrand et ses conseillers d'alors portent aussi une lourde responsabilité morale. En autorisant  et en favorisant le passage de Monsieur Le Pen sur les média publics, ils ont fait rentrer le loup dans la bergerie afin de diviser la droite et l'affaiblir. Le contrat est en passe  de réussir définitivement mais à quel prix ? La maison commune sent le chaud, elle commence à brûler.

 

Devant l'état de déliquescence des valeurs républicaines lié au renoncement des engagements pris, au manque d'éthique, à la privatisation du pouvoir,  à l'affairisme, le seul échappatoire, chers lecteurs, reste LA CITOYENNETE. Il revient tout à chacun de prendre en charge individuellement mais aussi collectivement pour non seulement REJETER  une situation mais aussi pour CONSTRUIRE une autre société. Cela demande beaucoup de volonté et un peu de courage politique. L'abstention ou le FN ne peuvent devenir une solution en la matière

 

« DE L'UTOPIE REALISTE

 OU DYSTOPIE ? »

 

Certains, en lisant ces lignes dénonceront la dimension utopique au nom d'un pragmatisme paravent d'une idéologie du renoncement. Renoncements malgré les engagements pris à une démocratie sociale, à de véritables contre-pouvoirs citoyens, à une mise au pas de la finance. De toute manière entre l'utopie réaliste de tendre vers plus… de partage des richesses, de justice, de fraternité et la dystopie du renoncement institutionnel, nombre de citoyens (nes) ont clairement choisi sur ce territoire.

 

SOUVENEZ VOUS,  VOUS AVEZ PARTICIPEZ  à bouger cette ville, cette Communauté de communes, les Institutions régionales et nationales.

 

  • La lutte exemplaire des « molex » avec le soutien de la société civile a permis non seulement de maintenir une année de plus le site en vie, mais  aussi à favoriser, en secouant le landernau, la création de VMI en obligeant le gouvernement sarkosyste à mettre la main dans le cambouis. Cette détermination se poursuit en Justice. Ainsi cette dernière vient de considérer que le plan de licenciement n'était pas justifié. Le temps de la Justice ne se veut pas celui du capitalisme. Celui-ci, tel un prédateur, fomente ses mauvais coups, ses crimes à la vitesse de l'éclair ou des placements des capitaux à la seconde numérique. Remettre l'humain au centre des décisions, l'idée grandit à travers le monde même aux USA. Sans cette détermination « molex villemur » serait passée dans les oubliettes des hold-up légaux et aurait conforté par le silence des pratiques de voyous. Tel ne fut pas le cas.

 

  • La mobilisation de la société civile avec les salariés (es) de La Mie Occitane pour sauver leur outil de travail fut exemplaire. Une réussite tant que les uns et les autres sont restés unis et maintenaient un  droit de regard sur l'évolution en cours. La dynamique de mobilisation combinée à l'élaboration d'un projet viable et à la recherche d'un repreneur (scop, privé ou autres) a permis non seulement de sortir des sentiers battus mais aussi de maintenir l'emploi, un savoir faire, durant deux années supplémentaires. La suite tout le monde la connaît, la division des salariés, le silence des institutions (dans quel but?)  ont permis le départ des machines vers l'Espagne mais aussi détruit pour un temps la possibilité d'élaborer au plan local un circuit cours innovant entre les producteurs de céréales et une usine de transformation modernisée.

 

  • Le rassemblement des parents d'élèves et de la société civile ont, par deux fois, empêché les fermetures de classe sur cette ville où la paupérisation culturelle dépasse la moyenne départementale. Les plus humbles, les mères célibataires, les grands parents, des personnes non concernées directement ont su non seulement dire non à l'injustice sociale mais ont fait reculer l'inspection d'académie et par conséquent le ministère avec ses ratios aberrants. L'idée de mettre les enfants au centre de l'école, de la cité a alors progressé y compris dans des consciences prêtes à la capitulation face aux injonctions du pouvoir national et de l'administration alors en place.

 

  • La privatisation du ramassage des ordures ménagères, a été dénoncée par ce support numérique. Cette décision prise en catimini en plein été 2012 n'est pas à l'honneur des élus (es) qui l'ont votée. La politique du fait accompli avec les résultats que chacun connaît aujourd'hui conduit souvent les électeurs à douter du poids de leur vote. La mobilisation de citoyens a permis de mettre ouvertement cette aberration sur la place publique. Ces élus n'ont jamais été mandatés pour conduire une telle décision qui s’avère souvent déficiente. Les citoyens (nes) ont alors rappelé  que les édiles  n'étaient pas à leur compte mais bien au service de l'ensemble des personnes et  à ce titre une concertation digne de ce nom avec référendum aurait du se tenir

 

Vous avez conduit d'autres formes d'action, il serait trop long d'en élaborer la liste. De mémoire, il faut souligner le merveilleux travail effectué autour de l'intergénérationnel, la création de « Pouss les murs » ou du souci de transparence financière et d'orientation politique (au sens associatif) par la publication sur  blog des comptes et des débats lors des AG du comité des fêtes. Avec pour principe philosophique simple : l'utilisation de l'argent public doit être absolument tracée. Il appartient à la collectivité et non à quelques uns..

 

Illustrées par Jean de la Fontaine,  ces mobilisations peuvent avoir pour morale : « Lorsque les moutons prennent conscience  de leur nombre et  de leur intelligence collective, les loups et autres renards repartent pour un temps bredouilles, la queue entre les jambes.

 

 

« UNE RESPONSABILITE COLLECTIVE

 ET INDIVIDUELLE »

 

Le contexte dans lequel nous vivons aujourd’hui se veut d'une complexité absolue. Si par complexité, il faut entendre l’asservissement de l'humain au culte du veau d'or il devient alors urgent non seulement de s’indigner mais de résister à cette barbarie afin d'y mettre un terme.

Chaque  citoyen (ne), militant politique, chaque élu possède une responsabilité en la matière. De terrain ou nationales, les implications de chacun afin de faire vivre les valeurs et l'éthique républicaines demeurent similaires et complémentaires.

 

Depuis des années, les tenants de l'ultra libéralisme entendent asservir notre culture, notre nation, nos valeurs. Notre idéal révolutionnaire (Liberté, Egalité, Fraternité) se confronte aux féodalités économiques. Ces dernières en dévalorisant la valeur travail conduisent souvent à une attitude quasi esclavagise des conditions de productions. Les tenants de ce système entendent tout corrompre, acheter les silences, détourner les regards.

 

Oser dire non, là ou chacun se trouve revient à passer de l'indignation à un début de résistance. Les petits ruisseaux d'aspiration à la justice font les grands fleuves de la métamorphose sociétale.

 

Les électeurs de gauche se sont exprimés lors des élections municipales et européennes en s'abstenant. Nombre de municipalités ont basculé de gauche vers la droite. Villemur a changé d’équipe mais reste dans une optique de centre droit. Donc acte.

 

Le déficit démocratique ne provient pas d'un changement d'élus mais bien del'incapacité de certains d’entre eux  (sortants comme entrants) de pratiquer une autocritique constructive – et non flagellatrice- en s'interrogeant : « en quoi mon (notre) discours, mon (notre) comportement, mes (nos) décisions ont dérangé, mis mal à l'aise les citoyens ? Mes (nos) pratiques sont-elles dissonantes par rapport à mon (notre) appartenance politique ? Il revient aussi à s’interroger sur les représentations du pouvoir (pouvoir comme une fin en soi, comme un outil de transformation, comme un outil au service d'une citoyenneté (etc.) ?).

 

Une telle approche, se veut plus constructive que,  par exemple, de rejeter ses propres erreurs sur le dos de support ayant permis l'expression et la mise en place de valeurs morales et de gauche. Il revenait un temps pour un certain Jérôme Cahuzac de rejeter ses propres erreurs sur la presse cause d'une « chasse aux sorcières ». Chacun connaît la suite.

 

« Un ancrage de gauche et chrétien ».

 

Ce blog entend défendre un ancrage de gauche populaire. C'est à dire une gauche qui entend valoriser une morale politique, le respect des différences, des fondamentaux de la république mais aussi une politique de répartition des richesses, de démocratie et de justice sociale.

La différence avec une droite républicaine défendant des pratiques similaires tient essentiellement dans la volonté de couper l'herbe sous le pied au système capitaliste en créant des régies, des SCIC ou en municipalisant certains services à l'instar de l'eau, du traitement des ordures ménagères, de la production d’électricité. Cette lutte commence là où nous vivons et travaillons

 

La dimension chrétienne se retrouve de son côté dans la capacité d'appréhender les systèmes en place sans juger les personnes qui en ont la charge mais bien en les interrogeant sur leur pratique. L'autre aspect vient de cette phrase : « on ne peut servir Dieu et l'Argent. L'un promeut l’émancipation humaine, l'autre sa soumission à une idole. Enfin,  les Béatitudes demeurent une des sources de l'engagement humain, Heureux les affamés de justice, ils seront rassasiés....

 

Interpellant les pharisiens effarés, Jésus leur demande, à propos du paralytique : «  qu'est ce qui est le plus difficile à réaliser : je t'absous de tes péchés ou lève toi et marche ? »

Savoir pardonner aide aussi à se mettre debout. Se mettre debout reste la première gestuelle pour apprendre à avancer.  Ce blog a décidé depuis sa création d'aider les personnes à se mettre en marche et ce en conscience, tant pis pour  nos pharisiens contemporains, de droite comme de gauche. Reste des « Nicodème ». Nous vous souhaitons bonne marche, bon vent à vous tous et qui sait sûrement à bientôt.

 

commentaires

Au temps de Jaurès...

Publié le 18 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Culture et loisirs

Au temps de Jaurès...
commentaires

Agir pour ne pas subir...

Publié le 18 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

commentaires

Prochain Conseil Communautaire

Publié le 18 Juin 2014 par Un Oeil Sur Villemur dans Notre actualité

commentaires
1 2 3 > >>